Socialisez

FacebookTwitterRSS

Françafrique : Lumière sur le réseau des réseaux

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique

La sortie du documentaire choc “Françafrique” est prévue ce 2 décembre. Réalisé par Patrick Benquet, le double DVD de 160 minutes met à nu la politique occulte de la France qui lui a permis de dominer l’élite africaine depuis 50 ans et de s’approprier l’essentiel de ressources stratégiques de ses anciennes colonies.

Valises de billets, barbouzeries ou coups d’Etat: le documentaire “Françafrique” dont la sortie est prévue ce 2 décembre frappe fort pour décrire la politique occulte de la France depuis 50 ans en Afrique, où, selon de nombreux témoins interrogés, tout était permis afin que la source de pétrole ne tarisse pas.

En deux épisodes de 80 minutes, le réalisateur Patrick Benquet démonte les rouages du système “Françafrique”, mis sur pied par Jacques Foccart juste après l’indépendance des colonies d’Afrique noire en 1960, à la demande du général de Gaulle avec la complicité de Félix Houphouët-Boigny. Objectif: contrôler les dirigeants de ces pays riches en matières premières vitales pour la France, en tout premier lieu le pétrole. Et en dehors de tout contrôle gouvernemental ou parlementaire, la raison d’Etat a justifié tous les coups, même les plus tordus y compris les assassinats.

«J’ai voulu montrer que de Charles de Gaulle à Nicolas Sarkozy, il y a une continuité. Les gens connaissent un certain nombre de choses – le Biafra, les diamants de Bokassa, Bob Denard, l’affaire Elf… – mais ne font pas le lien. Tout cela s’inscrit pourtant dans une cohérence», a expliqué à l’AFP Patrick Benquet.

Le documentaire donne la parole à des témoins clés. «Certains n’avaient jamais parlé et d’autres n’avaient jamais parlé comme ça», souligne le réalisateur. Maurice Delaunay, ex-ambassadeur au Gabon, décrit ainsi sans retenue les manœuvres qui l’ont conduit à favoriser l’accession au pouvoir d’Omar Bongo ou, plus tard, la protection qu’il apporta au mercenaire Bob Denard après une tentative de coup d’Etat manqué au Bénin.

Albin Chalandon, PDG de Elf de 1977 à 1983, n’a pas davantage de scrupules à raconter comment il «arrosait» généreusement le financement des campagnes électorales des grands partis grâce aux énormes revenus générés par le pétrole africain. «Pour les législatives de 1978 et les présidentielles de 1981, dit-il, cela fait 7 millions de francs, partagés à égalité au nom du principe d’impartialité d’une entreprise publique entre la gauche et la droite», raconte ce dernier.

Des pratiques qui ont perduré, assure également Loïk Le Floch-Prigent, président d’Elf de 1989-1993, qui explique de surcroît qu’il a financé des guerres en Angola et au Congo Brazzaville afin de favoriser les desseins de sa compagnie. Le film montre également comment le rapport de force s’est inversé: après avoir été faits et défaits par la France, les dirigeants africains ont pris le dessus. Ils font notamment jouer la concurrence avec Américains et Chinois pour l’exploitation des matières premières.

«L’Afrique, ce n’est pas la tasse de thé de Sarkozy», explique Patrick Benquet. «Mais il doit effectuer des allers-retours afin de jouer les VRP pour Bolloré, Bouygues ou Areva», a-t-il poursuivit. Plus frappant encore, l’avocat Robert Bourgi, présenté comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l’Afrique, ne fait pas mystère de l’influence qu’a eu Omar Bongo, disparu en 2009, sur la politique intérieure française.

En 2002, au lendemain de la victoire de monsieur Chirac, raconte-t-il, avant que ne soit constitué le gouvernement, le président Chirac a dit : «Il serait bon, Robert, que vous présentiez au président Bongo les hommes de l’avenir». On s’est retrouvé dans l’appartement de Bongo (à Paris, NDLR), il y avait François Fillon, Jean-François Copé, Pierre Bédier, a-t-il poursuivi. «Il les a interrogés (…), à la fin de l’entretien, il a pris son papier à lettres et couché les noms des élus. Il a dit: Tu portes ça à Jacques. Il y avait sept noms et parmi les sept, cinq sont devenus ministres du gouvernement Raffarin», a affirmé Robert Bourgi.
Publié le 02-12-2010 Source : AFP Auteur : Gaboneco  


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: Cousin retrouve la lumière
A bientôt 35 ans, l’attaquant gabonais réalise un superbe début de CAN. A l’image de sa sélection, qui affronte la Tunisie ce mardi (19h), l’ancien buteur de Lens, revenu spécialement au pays pour préparer la compétition, est en pleine confiance. De quoi attirer le regard des recruteurs européens ? LA CAN 2012 est pour l’instant placée sous le signe des surprises. Les qualifications avaient déjà été fatales au Cameroun, à l’Egypte, au Nigeria ou encore à l’Algérie. La phase de poules a vu sortir prématurément le Sénégal et le Maroc. Face aux défaillances des favoris, plusieurs équipes en profitent pour sortir ...
Lire l'article
Arrivé le 27 juin dernier à Lambaréné, dans le Moyen-Ogooué, Ali Bongo a répondu favorablement aux doléances des populations, qui souhaitent notamment l’exécution de la totalité des chantiers des fêtes tournantes de 2003 et 2009. Le chef de l’Etat gabonais a Face aux populations de Lambaréné (Moyen-Ogooué, Centre), où il est arrivé le 27 juin pour une visite de 48 heures, Ali Bongo s’est engagé à poursuivre les travaux des fêtes tournantes dans la province. En effet, comme dans les 9 autres provinces, le Moyen-Ogooué compte un nombre importants de projets non exécutés ou inachevés. C’est dans cet élan que ...
Lire l'article
Le réseau d’Ali Bongo Ondimba est dense. Du temps de son père, il a rencontré la quasi-totalité des chefs d’État du continent. Et il s’est lié d’amitié avec le roi du Maroc, Mohammed VI. En novembre 2009, quand il a été élu grand maître de la Grande Loge du Gabon, trois frères maçons sont venus assister à la cérémonie : le Centrafricain François Bozizé, le Congolais Denis Sassou Nguesso et le Tchadien Idriss Déby Itno. Dans la sous-région, un homme compte peut-être encore plus. C’est le Camerounais Paul Biya. « Ali respecte beaucoup son aîné », dit un proche. Côté français, ...
Lire l'article
Depuis quelques jours, des messages du ministère de l’Intérieur sont diffusés sur les chaînes publiques expliquant l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour l’aboutissement du vote électronique, une requête de l’opposition. Or, dans une correspondance adressé au ministère de la Communication, l’Union nationale (UN, opposition) précise que l’opposition ne réclame nullement le vote électronique mais l’application de la biométrie. Le parti réclame à cet effet l’accès aux mêmes médias pour édifier les populations. Face à la confusion sur la requête de l’opposition concernant l’introduction de la biométrie dans le processus électoral, le président de l’Union nationale (UN, opposition), ...
Lire l'article
Deux experts français, Charles Waline et Pascal Desrousseaux, ont mis en lumière vendredi à Libreville, les fondements de la loi de finances, au cours d’un séminaire sur la bonne gouvernance portant sur le thème ’’Etat de droit, démocratie et bonne gouvernance pour un avenir serein des pays de la CEMAC’’ Selon les exposants, la loi organique relative aux lois des finances (LOLF) a une longue histoire qui part de la Déclaration des droits de l’homme 1789, l’ordonnance organique française du 2 juillet 1959, reprise par la plupart des anciennes colonies françaises, jusqu’à la loi organique relative aux lois de finances du ...
Lire l'article
Contrôler les dirigeants africains, leurs richesses et leur influence, et en faire des alliés privilégiés de la France : bienvenue au cœur de la Françafrique, un monde où tous les coups sont permis. Rien n’a changé, dans les rapports franco-africains, depuis l’accession du continent à l’indépendance jusqu’à nos jours. C’est ce que veut démontrer le documentaire Françafrique* réalisé par Patrick Benquet qui dévoile les arcanes d’une diplomatie de réseaux plus ou moins occultes. Avec les conseils du journaliste Antoine Glaser, il a retracé l’histoire des relations entre la France et l’Afrique (banalisées sous le terme devenu péjoratif de « Françafrique »). ...
Lire l'article
Avant de gérer la fortune de Liliane Bettencourt courant 2003, l’expert-comptable Patrice de Maistre avait déjà, à titre personnel, quelques affaires en Afrique. C’est Roland Bru, père de Pascale, sa première épouse, mais aussi homme d’affaires élu sénateur en 1958 pour le compte du Rassemblement démocratique africain, affilié à l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) française, qui initie son aristocratique gendre aux subtilités des « affaires » françafricaines. Installé au Gabon avant l’indépendance, le prospère exploitant forestier, qui a soutenu financièrement l’accession de Léon Mba à la présidence du Gabon au détriment de son opposant, Jean-Hilaire Aubame, faisait ...
Lire l'article
Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis. Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de ...
Lire l'article
Le ministre de l'intérieur, chargé de l'immigration, André Mba Obame a apporté vendredi au cours d'un point de presse des éclaircissements sur l'affaire des trois leaders de la société civile gabonaise mis en détention. « L'ordre public et la sécurité de notre pays étant en cause, j'ai cru utile, en ma qualité de Ministre en charge de ces questions, d'apporter à l'opinion nationale et internationale les informations devant permettre à chacun et à tous d'être objectivement fixés. Cette démarche me paraît d'autant plus opportune qu'il apparaît clairement que notre pays est réellement la victime d’une tentative de déstabilisation par ...
Lire l'article
Un reportage E-D-I-F-I-A-N-T sur la Françafrique diffusé sur Canal + le 13/04/2008. Autrefois, la Françafrique se cachait. A présent, tout se fait au grand jour sans que personne ne semble trouver à y redire. Reportage sur la visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet le 10 avril dernier. Voir article AFP.
Lire l'article
Gabon: Cousin retrouve la lumière
Gabon : Ali Bongo promet «la lumière sur la gestion des fêtes tournantes»
Gabon: AMO et ABO, des hommes de réseaux
Gabon : Myboto veut rétablir la lumière sur la biométrie
Les fondements de la loi de finances mis en lumière
Cinquante ans de Françafrique, de De Gaulle à Sarkozy
Patrice de Maistre et les réseaux de la Françafrique
France-Afrique: Les nouveaux réseaux
Gabon: Affaire des détenus de la société civile gabonaise: André Mba Obame fait la lumière
Françafrique: La non rupture: La Françafrique a de beaux jours devant elle


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Déc 2010
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*