Socialisez

FacebookTwitterRSS

Parler la dictature de Ben Ali

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2011
Catégorie(s): Monde

Depuis trois semaines, une effervescence médiatique sans précédent rattrape deux décennies de mutisme, de mensonges et d’ignorance sur la nature du régime tunisien. La révolution de janvier oppose un démenti cinglant à tous les discours de complaisance ou de complicité qu’il est inutile de recenser ici : un wall of shame se construit actuellement sur Facebook pour archiver la succession des déclarations honteuses des responsables français depuis la prise du pouvoir par Ben Ali en 1987.
Comment expliquer que de si nombreuses voix tunisiennes, depuis près de vingt ans, aient alerté l’opinion publique sans être entendues ? Comment comprendre qu’après tant de rapports de la Ligue tunisienne des droits de l’homme relayés par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), Amnesty International, Reporters sans frontières, la Tunisie ait continué à passer pour le pays ami vanté par les slogans publicitaires ?
Ben Ali a d’abord réussi, à l’intérieur du pays, à réduire la parole publique autorisée à un niveau de médiocrité rarement atteint. J’ai vécu, enfant, en Tunisie le “coup d’Etat médical” du 7 novembre 1987 et grandi dans le régime de Ben Ali. Comme tous les proches, conjoints et enfants des militants des droits de l’homme, journalistes et opposants – Sihem Ben Sedrine, Hamma Hammami, Radhia Nasraoui, Taoufik Ben Brik parmi tant d’autres -, j’ai été, plus que le reste de la population tunisienne, et plus tôt qu’elle, peut-être, exaspérée par la prose perverse du régime parce que nous avons été confrontés à l’écart entre le discours public et le prix que ces adversaires du régime ont payé individuellement – grèves de la faim, emprisonnement, harcèlement de tout ordre, procès arbitraires.
En 1992, après avoir quitté la Tunisie, où j’ai grandi, pour étudier en France, chaque retour a d’abord été le choc du contact avec la langue de la dictature. N’en déplaise à Frédéric Mitterrand, la Tunisie de Ben Ali a bien été la moins équivoque des dictatures, pour qui se donnait la peine d’ouvrir les yeux et de ne pas se boucher les oreilles. De l’arrivée à l’aéroport jusque dans la plus misérable des échoppes, dans les halls d’hôtel clinquants, sur les routes, des affiches de Ben Ali ornées de slogans à la gloire de l'”Artisan du changement” : “Ensemble derrière Ben Ali” ou encore “Ben Ali, on t’aime”.
Dans les taxis, impossible d’éviter l’omniprésente RTCI, Radio Tunis Chaîne Internationale : entre la millième rediffusion d’un tube ringard de pop occidentale – Whitney Houston ou Elton John – et un échange navrant avec un auditeur, le flash info : inlassablement, avant les brèves indigentes de l’actualité internationale, une série de communiqués lus par le “journaliste” porte-voix du régime, du type : “Le président Zine El-Abidine Ben Ali incite en permanence les associations et les organisations nationales à adhérer avec une responsabilité totale et avec efficience à la vie publique et au processus de développement global.”
On n’a pas seulement étouffé un peuple en le privant de tout espace de parole et de contestation mais aussi en produisant une novlangue inédite, hybridation monstrueuse de verbiage technocratique, de lexique pompeux, d’un usage délirant de la majuscule : l'”Ere du Renouveau”, la “Voie du Développement “, la “Promotion du Changement” ont noirci des milliers de pages des journaux officiels que plus aucun Tunisien ne se donnait la peine de lire depuis de nombreuses années.
Il faudrait de toute urgence archiver tous les numéros de La Presse, l’organe de propagande bénaliste où l’on pouvait lire à longueur de pages des prouesses stylistiques telles que : “Les journalistes tunisiens ont salué hautement le souci permanent du président Zine El-Abidine Ben Ali de promouvoir davantage le paysage médiatique tunisien, en cohérence avec la mutation qualitative du secteur de la communication, dans le monde, de manière à servir les ambitions de la société tunisienne, préserver son identité civilisationnelle et accroître davantage le rayonnement de la Tunisie, à l’échelle régionale et internationale, dans le cadre de l’engagement pour la crédibilité, l’objectivité et l’allégeance à la Tunisie.”
Comment a-t-on pu penser si longtemps que les symptômes de la dictature sont uniquement l’assassinat politique en pleine rue ? Le cas tunisien a témoigné avec une forme de génie de la bassesse que la dictature manifeste aussi dans l’instrumentalisation des discours que les opinions et les dirigeants occidentaux veulent entendre.
C’est ainsi qu’au moment où de plus en plus de voix, tunisiennes et occidentales, commençaient, dans les années 1990, à alerter sur la situation des droits de l’homme, le régime tunisien a inventé une ahurissante propagande en faveur des droits de l’homme, promouvant à tout-va la liberté d’expression dans un pays où presque aucun journal occidental d’information n’était disponible dans le hall d’un aéroport international, où Libération et Le Monde entraient au compte-gouttes, régulièrement interdits pendant plusieurs mois. En revanche, quotidiennement, les Tunisiens se sont vu infliger une prose pathétique, voire comique.
Alors même que tous les journaux d’opposition étaient peu à peu laminés, alors que le droit d’association était supprimé, qu’aucune manifestation n’a jamais été autorisée, pendant que les opposants politiques étaient harcelés, on pouvait lire dans La Presse en 2010 : “Les journalistes tunisiens célèbrent cette fête dans l’engagement à accomplir le rôle qui leur revient dans la consécration des attributs d’une société moderniste et ouverte fondée sur les principes de liberté, de démocratie, de dialogue, de pluralisme et d’acceptation de l’opinion contraire.”
Cette détermination puise sa force dans la volonté politique du président qui ne cesse d’accorder au secteur de l’information et de la communication une attention particulière et un appui constant et qui oeuvre inlassablement à renforcer davantage le rôle de ce secteur dans l’impulsion du processus démocratique pluraliste, à travers la consécration d’une information libre, pluraliste et objective qui répond aux aspirations et aux intérêts du citoyen et qui interagit avec ses préoccupations et ambitions, sur la base du principe que la responsabilité est le corollaire de la liberté.
J’ai aussi le souvenir surréaliste d’un Festival du logiciel libre organisé dans le port de plaisance d’une ville touristique : des chaises en plastique, vides, surmontées de bannières blanches avec des slogans, quelques types en bermuda et tongs, avachis derrière un ordinateur, écran éteint, et des touristes en short flânant devant, indifférents.
La cause des femmes, extraordinaire caution auprès des opinions publiques occidentales, a elle aussi été totalement manipulée par le régime de Ben Ali. Voici ce qu’on pouvait lire par exemple dans La Presse en 2003 : “Ouvrant les travaux du congrès, présidé par Chadlia Boukhchina, présidente de l’Union nationale de la femme tunisienne (UNFT), M. Kamel Haj Sassi, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la culture, de la jeunesse et des loisirs, a souligné l’intérêt dont bénéficie la jeune fille tunisienne depuis le changement et la place stratégique qu’elle occupe dans l’échelle des priorités du projet social du chef de l’Etat, relevant que la jeunesse féminine est une pionnière dans l’action menée par les associations féminines en matière d’encadrement, d’enracinement des valeurs du Changement et de sensibilisation aux défis de la modernité.”
Il n’y a pas jusqu’à la cause environnementale qui n’ait été elle aussi récupérée : alors même que le développement d’un tourisme de masse aux mains de la clique au pouvoir a accéléré une destruction sans précédent du littoral, tous les Tunisiens ont eu l’occasion de se voir gratifier, jusque dans la ville la plus modeste, d’un boulevard de l’Environnement, avenue sinistre, vaguement agrémentée de trois misérables palmiers et de quelques lauriers flétris.
Cette langue absurde et vide imposée dans les frontières d’un pays cadenassé a été soutenue en écho, à l’extérieur, et tout particulièrement en France, par le discours de nombreux responsables politiques, agences de communication et éditorialistes influents. Les arguties lexicales sur la nature du régime tunisien sont le symptôme criant de l’incapacité et du refus franco-français à distinguer le signifiant du signifié. La Tunisie de Ben Ali a servi sur un plateau doré tous les signes démocratiques que l’Occident voulait voir : des femmes cheveux lâchés, des plages accueillant des touristes autorisées à s’exhiber en monokini, des supermarchés remplis, des entreprises accueillies à bras ouverts, une libéralisation des services, une coopération active en faveur de la lutte contre le terrorisme.
L’histoire de la relation franco-française pendant deux décennies est celle d’un aveuglement volontaire, d’une acceptation de tous les signes clinquants d’un toc démocratique. Elle est l’exemple de la complaisance à l’égard du discours de communication, de la capacité des démocraties à rester les yeux figés sur un décor. La fin de la dictature tunisienne est à l’image grotesque de ce qu’on aurait pu qualifier de “dictature d’opérette” si tant d’hommes et de femmes n’avaient pas payé pendant près d’un quart de siècle le prix d’une véritable oppression.
Un despote gominé fuyant en avion, une régente de Carthage se réfugiant quelques jours dans un hôtel de carton-pâte à Disneyland avec une tonne et demie d’or sous le bras : quand les signes de la fin de l’ancien régime sont devenus à ce point criants, il est devenu impossible à la France, aux médias et aux responsables politiques de conserver ses “éléments de langage” sur la Tunisie.
 


SUR LE MÊME SUJET
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie »
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie » URGENT: Communiqué de presse, pour diffusion immédiate. (Imprimer la Version PDF de ce document) Chers compatriotes, La situation du Gabon est grave. Elle demande redressement. Notre pays ne peut plus continuer à vivre le viol des Bongo Ondimba en toute impunité. Cela fait 44 ans que cela dure. Et, au vu de la consolidation récente du pouvoir désormais quasi monarchique d’Ali Bongo sur le Gabon, notamment avec une Assemblée nationale mal élue lui désormais acquise à près de 100% et une Cour constitutionnelle toujours fortement tenue ...
Lire l'article
Treize ONG et syndicats ont demandé dans une lettre au Premier ministre français François Fillon, en visite samedi et dimanche à Libreville, à la France de ne plus plus soutenir le président Ali Bongo Ondimba dont elle qualifie le régime de dictature ignominieuse. La présidence gabonaise a réagi en rappelant que s'ils peuvent dire cela, c'est justement parce qu'ils ne sont pas dans une dictature. Ils (les signataires) critiquent l'ingérence de la France, ils disent que la France se mêle de nos affaires, et ensuite, ils appellent la France pour qu'elle intervienne. C'est quand même curieux, a ajouté à l'AFP la secrétaire ...
Lire l'article
Le Ministre Lazare Koffi Koffi, proche du Président Gbagbo a dénoncé mercredi la « dictature rampante » du nouveau régime ivoirien installé par la coalition armée Licorne-ONUCI-FRCI, dans une interview accordée au quotidien d’opposition « Notre voie ». « Tous les discours actuels, à la télé comme dans les journaux qui sont proches du nouveau pouvoir » laissent transparaître une « dictature personnelle ». « On est poursuivi, vilipendé, toisé, apostrophé etc. si on rame à contre- courant de la volonté du pouvoir. Des titres de la presse libre sont quotidiennement traqués et des journalistes poursuivis », constate depuis son exil ghanéen ...
Lire l'article
9Au terme de l’atelier de formation sur l’appui aux Organisations des professionnelles agricoles (OPA), le chef de service provincial de l’Agriculture, Suzanne Komba a procédé mercredi à l’installation du président du bureau du cadre de concertation des agriculteurs de la Ngounié. C’est Christian Magaussault, président de l’association agricole ’’Marifleur’’ qui a été porté par ses pairs agricoles à la tête de cette nouvelle structure associative dont les objectifs ont été définis durant les séances en atelier, parmi lesquels, la promotion de la solidarité entre les organismes professionnels agricoles (OPA), l’appui des OPA dans la recherche des marchés et la négociation des ...
Lire l'article
Une coalition de partis d'opposition et de candidats battus à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon a critiqué mardi les dernières mesures du gouvernement d'Ali Bongo, parlant de "dictature émergente". "La coalition continue de rappeler que le régime (...) est une dictature émergente", a déclaré à la presse le porte-parole de la coalition, l'ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong en référence au "Gabon émergent" qu'Ali Bongo a promis aux Gabonais lors de sa campagne électorale. Pour la coalition, la décision de la Cour constitutionnelle de reporter des élections législatives partielles destinées à renouveler les sièges de quatre députés exclus en juillet ...
Lire l'article
MOUILA, (AGP) - Le public versatile de Mouila, habitué à revêtir tous les Tee-shirt proposés lors du passage d’un candidat dans cette localité a encore vibré devant le franc-parler du candidat André Mba Obame, surtout lorsqu’il s’agit de défendre sa candidature à l’élection présidentielle du dimanche prochain, a constaté l’AGP. Car de tous les candidats déjà passés sur le plateau à Mouila, des indépendants jusqu’à ceux investis par leurs formations politiques, la sauce est la même : ’’tourner la page, changement, façon de voir autrement, rupture…’’, tous reçoivent les salves des ’’assoiffés de l’espérance’’, Tee-shirt du candidat au corps. Portés par leur ...
Lire l'article
Au micro de RFI, Rose Francine Rogombé, présidente par intérim du Gabon, évoque les perspectives politiques de son pays après la mort du président Omar Bongo Ondimba. Elle précise notamment que le délai pour organiser la présidentielle pourrait dépasser les 45 jours. C’est le terme prévu par la Constitution, sauf «cas de force majeure». RFI : Le 8 juin, le président Bongo est décédé. Comment combler ce vide maintenant ? Rose Francine Rogombé: Ca va être difficile. Mais dans l’héritage qu’il nous a légué en dehors de la paix, de l’unité, il nous a légué les institutions. Donc, depuis qu’il a été ...
Lire l'article
Dans une déclaration faite face aux médias internationaux, notamment français, lundi à Sharm El-Cheikh, le chef d’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, sous le questionnement inhérent aux nombreuses pressions internationales sur l’Union Africaine à charge non pas d’examiner avant un jugement conséquent, mais de condamner le régime Robert Mugabe sans une autre forme de procès, a rappelé le statut juridique du leader zimbabwéen à l’opinion internationale, statut qui lui a valu les honneurs dus à son rang à la Conférence ordinaire de l’Union Africaine (UA), avant un examen profond de la crise qui prévaut dans son pays au cours d’un huis ...
Lire l'article
Que sait-on aujourd'hui en France des circonstances dans lesquelles le Cameroun est devenu indépendant en 1960 ? Si de grandes figures africaines assassinées pour leur combat anticolonial, tel le Congolais Patrice Lumumba, sont connues, les leaders camerounais qui ont subi le même sort sont tombés dans l'oubli. Deux dictateurs ont régné sur le Cameroun depuis l'indépendance du pays : Ahmadou Ahidjo (1960-1982) et son successeur, l'actuel président Paul Biya. Ce dernier est peu désireux de voir exhumée la mémoire d'opposants populaires depuis longtemps disparus. Quant aux archives militaires françaises, elles ne sont pas toutes ouvertes. Le film de Gaëlle Le Roy et ...
Lire l'article
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate (BDP-Gabon Nouveau, 29 novembre 2007) - Le mouvement politique " Bongo Doit Partir pour la Construction d'un Gabon nouveau (BDP-Gabon Nouveau) " a lancé depuis mardi une campagne de distribution de prospectus dans la ville de Libreville, capitale du Gabon, visant à appeler les Gabonais au boycott des festivités pour les 40 ans de dictature du régime Bongo. Des équipes du mouvement ont été vues à pied d'œuvre mardi et mercredi sur les grands axes de Libreville distribuant des prospectus aux populations. La campagne de prospectus fait suite à l'annonce par le régime du projet de ...
Lire l'article
Message du Dr. Daniel Mengara aux Gabonais : « Au pays des sauvages, il faut parler le langage de la sauvagerie »
Gabon: la société civile demande à Fillon de ne plus soutenir la dictature
Côte d’Ivoire : La « dictature rampante » du RHDP
Les agriculteurs de la Ngounié unis au sein d’un cadre de concertation pour parler d’une seule voix
Gabon: l’opposition à Ali Bongo parle d’une “dictature émergente”
Ngounié : André Mba Obame ovationné pour son franc-parler
Gabon-Présidentielle : “On ne peut pas parler de candidat naturel”
Gabon: UA : Bongo Ondimba fait parler la bienveillance africaine avant le huis clos décisif sur la crise zimbabwéenne
Comment le Cameroun est passé de la colonisation à la dictature
Communiqué : Gabon : Le BDP-Gabon Nouveau lance la campagne pour le boycott des festivités pour les 40 ans de dictature d’Omar Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2011
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*