Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La contagion du syndrome révolutionnaire arabe n’a pas fonctionné

Auteur/Source: · Date: 22 Fév 2011
Catégorie(s): Politique

La police a dispersé, le lundi 21 février, de nombreux groupuscules voulant participer à une manifestation consécutive à une campagne lancée la semaine dernière sur l’Internet en vue de «déloger Ali Bongo». Une dizaine d’arrestations a été effectuée selon une source de l’Union nationale.

Sans doute inspirés de la dernière actualité en Tunisie et en Égypte, des SMS, des post sur les forums et les réseaux sociaux d’Internet, ont circulé durant les dernières semaines appelant à un soulèvement populaire le 21 février dernier à Libreville.

D’abord lus sur Internet, des tracts ont été distribués ou éparpillés à travers la capitale gabonaise sur lesquels on pouvait lire : «21 février 2011, comme un seul homme, le peuple doit se mobiliser pour chasser l’imposteur. 21 février 2011, Ali doit quitter le pouvoir, de gré ou de force. 21 février pour briser les chaînes de la dictature héréditaire». D’autres tracts invitant militaires, étudiants, élèves, taximen, syndicats, commerçants, hommes d’affaires, chômeurs et handicapés à descendre dans la rue, se montraient prévoyant : « Armez-vous de courage et de patience car la lutte sera longue et difficile.» En général, ces messages demandaient «le Départ Immédiat d’Ali Bongo ; la création d’une nouvelle République, une nouvelle constitution (deux mandats du Président, les élections présidentielles à deux tours…)». Le lieu de rassemblement choisi est le centre-ville.

Dans la journée du lundi 21 février, outre un hélicoptère militaire qui survolait Libreville, sans doute du fait de l’ouverture du procès Ntumpa Lebani, la capitale gabonaise était quadrillée par les forces de l’ordre arborant l’attirail anti-émeute habituel. Ce qui a probablement rendu difficile tout rassemblement.

Des petits groupes allant d’une trentaine à une centaine de personnes, selon le témoignage d’un vendeur à la sauvette du centre-ville de Libreville, parvenaient à se former mais étaient très vite dispersés. Un journaliste d’afriscoop.net assure que le point culminant a été a atteint aux alentours de midi lorsqu’un attroupement de «près de deux cent manifestants» a été dispersé. «Peut-être étaient-ils plus nombreux, a-t-il assuré, parce que le centre-ville comporte de nombreuses issues par lesquels les manifestants se sont enfuis. Je parle de ceux qui ont été poursuivis par les policiers sur l’axe SEEG-Mont-Bouët.»

Régulièrement informé des arrestations consécutives à ce type de manifestations depuis la formation du gouvernement parallèle d’André Mba Obame, un membre de l’Union nationale (UN, opposition) soutient qu’une dizaine de personnes a été arrêtée le 21 février, avant de souligner : «En fait, c’était un truc d’Internautes. Nous avons suivi ça pour voir un peu mais ce n’était pas un mouvement initié par l’Union nationale même si certains de nos militants y sont allés.»

Vraisemblablement, l’idée a été inoculée par un certain Dr Thierry Gérard Obiang Ndong qui se présente sur le Web comme un «activiste gabonais, membre du Collectif pour la Libération Totale du Gabon.» Celui-ci souhaitait rassembler 100.000 Gabonais courageux pour «18 jours voir plus.»

Publié le 22-02-2011 Source : Gaboneco.com Auteur : Gaboneco
 


SUR LE MÊME SUJET
Yémen : le Printemps arabe a fait sa quatrième victime
Le président Ali Abdallah Saleh a accepté de quitter son pays pour les États-Unis après avoir gagné son immunité totale. À l'occasion de son premier anniversaire, le Printemps arabe s'offre un quatrième dictateur. Un an après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, suivie de celle de Hosni Moubarak, puis de la mort de Muammar Kadhafi, c'est au tour d'Ali Abdallah Saleh de quitter le pouvoir. Après plus de trois décennies aux commandes du Yémen, le président a fait, dimanche, ses adieux à son peuple, devenant la victime moyen-orientale du Printemps arabe. Fait rare, juste avant son départ, le leader a ...
Lire l'article
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Les autorités syriennes ont rejeté lundi une nouvelle initiative arabe prévoyant à terme un départ du président Bachar al-Assad, les pays européens estimant que ce plan pourrait "changer la donne" à l'ONU. Ces développements politiques n'ont cependant pas influé sur la situation sur le terrain, où les forces du régime continuent de réprimer la révolte populaire lancée il y a plus de dix mois, avec la mort de 18 civils lundi à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Face à la répression sans répit malgré la prolongation de la mission des observateurs arabes, l'Union européenne a adopté de ...
Lire l'article
L’armée syrienne libre appelle la Ligue arabe à reconnaître l'”échec” de la mission
Le chef de l'Armée syrienne libre (ASL), qui regroupe les militaires dissidents, a appelé jeudi 5 janvier la Ligue arabe à reconnaître l'"échec" de la mission de ses observateurs en Syrie. Le colonel faisait référence au comité ministériel arabe qui se réunit dimanche pour entendre le rapport du chef de la mission des observateurs, de plus en plus décriée par l'opposition, le régime ayant poursuivi sa répression sanglante malgré leur présence sur le terrain. Mais en dépit des critiques émanant même de ses propres rangs sur le travail de ses observateurs en Syrie, la Ligue arabe n'écourtera pas leur mission, a ...
Lire l'article
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Les violences ne connaissaient pas de répit samedi en Syrie, faisant au moins dix-sept morts dont onze civils, à quelques heures de l'expiration d'un ultimatum de la Ligue arabe sommant le régime de cesser la répression de la révolte populaire. Dans le même temps, de plus en plus de voix s'élevaient pour mettre en garde contre une guerre civile en Syrie, l'un des pôles du Proche-Orient, allié de l'Iran, des groupes islamistes du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien. Faisant fi des appels internationaux à la retenue, le régime a poursuivi sa violente répression, faisant onze morts parmi les civils à travers ...
Lire l'article
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a aussi déploré la possibilité d'une "guerre civile, avec une opposition très déterminée, bien armée et finalement bien financée". Les forces syriennes ont tiré pour disperser des milliers de manifestants hostiles au régime vendredi, tuant au moins douze civils dont deux enfants, à la veille de l'expiration d'un ultimatum arabe sommant le président Bachar al-Assad de cesser la répression. Les Etats-Unis, l'Iran mais aussi la France et la Turquie ont dit craindre une "guerre civile" alors que se multiplient les attaques de militaires dissidents parallèlement aux manifestations pacifiques. Trois membres des forces de sécurité ont ainsi été ...
Lire l'article
S’il fallait voter un article du trimestre en Afrique, ce serait celui-ci. C’est le buzz depuis quelques temps, notamment sur les réseaux internautes gabonais, le lien d’article qui circule de mail en mail. De même que Gene Sharp, Prix Nobel de la Paix en 2009, a mis en lecture libre son ouvrage, "D’une dictature à la démocratie, comment réaliser une révolution" et que le "Manuel du guérillero urbain" de Carlos Marighela, est à la portée de tous, voici ce texte de Kidi Bebey et Alex Ndiaye. Pour une promotion de la Démocratie et pour que les dictatures africaines comprennent que ...
Lire l'article
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Le mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) condamne l’imposture, la dictature et le banditisme d’état d’Ali Bongo et note que les conditions d’une insurrection révolutionnaire, sous forme de guerre civile, de coup d’état et/ou de soulèvement populaire en bonnes et dues formes, sont désormais réunies au Gabon. C’est le constat qui s’impose suite à l’annonce du régime bongoïste du Gabon de renforcer, par une énième modification de la Constitution, les pouvoirs déjà excessifs et dictatoriaux du Président de la République gabonaise tels que définis par la Constitution actuelle du pays, une Constitution devenue chiffon après avoir ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Le Secrétaire du bureau de la Grande Jamahiriya arabe Libyenne populaire et socialiste au Gabon, Abdel Hakim Al Mahdi Al Chérif, a, pour commémorer le 40ème anniversaire de la Révolution Libyenne ayant conduit au pouvoir, le 1er septembre 1969, le colonel Mouammar Kadhafi, donné une fête lundi soir dans une structure de la coopération Gabon-Lybie à Libreville, a constaté GABONEWS. Actualité du :15/09/2009 L’événement, célébré en différé au Gabon, a été rehaussé par la présence des Ambassadeurs, des membres du gouvernement gabonais, des présidents des institutions nationales et internationales et ...
Lire l'article
PARTIE 2: ERE DU RADICALISME REVOLUTIONNAIRE Les événements et péripéties majeurs de la vie du BDP-Gabon Nouveau depuis sa radicalisation en 2005 . Visitez les diverses pages de notre site pour plus encore. Ci-dessous uniquement, les principaux développements, d'avril 2005 à décembre 2008, y compris les principaux articles de médias parlaent des activités du BDP-Gabon Nouveau. Le reste des activités du mouvement est trop vaste pour être présenté entièrement ici. Vous pouvez cependant visiter la catégorie "NEWS BDP" sur notre site (anciens et nouveau) pour encore plus de détails sur nos activités et nos prises de décision. Attention aux faussaires du Net, surtout ...
Lire l'article
Dr. Daniel Mengara Coordonnateur Premier ministre du gouvernement de salut national en exil BDP-Gabon Nouveau A. Introduction : Dictature et Illégitimité de l'état Bongo Les conditions de la transparence sont essentielles pour la crédibilité de tout processus électoral. C'est de la transparence électorale que découle le type de légitimité qui garantit la paix. Ainsi, qu'il soit du camp perdant ou du camp victorieux, le citoyen se satisfait nécessairement du résultat du vote transparent dès lors qu'il a confiance en les institutions qui régissent la vie de sa république. Cela suppose donc qu'il y ait au préalable une république régie par l'état de droit et des ...
Lire l'article
Yémen : le Printemps arabe a fait sa quatrième victime
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
L’armée syrienne libre appelle la Ligue arabe à reconnaître l'”échec” de la mission
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Syrie: 12 morts dans la répression avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Comment se débarrasse-t-on d’un dictateur? Vade-mecum pour un printemps arabe
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Gabon: La Lybie commémore, en différé à Libreville, le 40ème anniversaire de la Grande Jamahiriya arabe
Rétrospective Historique du BDP-Gabon Nouveau – Partie 2: ère du radicalisme révolutionnaire
De la nécessité d’un boycott révolutionnaire au Gabon: Répondre aux actes de guerre du régime terroriste d’Omar Bongo par des actes de légitime défense


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Fév 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*