Socialisez

FacebookTwitterRSS

La Côte d’Ivoire, laboratoire d’une politique militaire française à tâtons

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

La Côte d’Ivoire apparaît comme le “laboratoire” de la politique militaire de la France en Afrique, qui oscille depuis 20 ans entre ingérence et retrait, sans ligne claire et sans débat public, affirme Richard Banegas, professeur de Science politique à l’université de Paris I et spécialiste de la Côte d’Ivoire.

Q: Comment peut-on expliquer les choix d’intervention ou de non-ingérence de la France en Afrique, et notamment en Côte d’Ivoire?

R: Pendant la guerre froide, la France avait un rôle de “gendarme de l’Afrique”. Après le génocide rwandais en 1994 — et le désastre qu’il a représenté pour la coopération militaire française — et celui de l’opération américaine à Mogadiscio en 1993, la donne change. C’est aussi le moment de la dévaluation du franc CFA, qui marque un désengagement de la France dans ses anciennes colonies africaines.
On est dans une logique de retrait. La Côte d’Ivoire a joué à cet égard un rôle de laboratoire de redéfinition de la politique africaine de la France.
Sur le plan militaire, cela va être théorisé par le gouvernement de Lionel Jospin (Premier ministre socialiste du président de droite Jacques Chirac de 1997 à 2002). C’est la ligne du “ni ingérence, ni indifférence”. Cette ligne l’emporte quand en décembre 1999 à Abidjan, Henri Konan Bédié est renversé par un coup d’Etat: la France n’intervient pas.
Ce mouvement va de pair avec une réforme de l’armée française et la volonté de favoriser la formation des armées africaines.

Q: Mais la France conserve des bases militaires sur le continent et continue à déployer des troupes au gré des crises, notamment en Côte d’Ivoire.

R: A partir de 2002, il va y avoir un réengagement direct dans le laboratoire ivoirien, avec le déploiement de la force Licorne, qui témoigne d’une implication forte (jusqu’à 5.000 hommes) et d’une nouvelle doctrine interventionniste qui se pare de la vertu multilatérale. La force est placée sous mandat de l’ONU mais demeure sous commandement français, ce qui entretient l’ambiguité de la position française quant au multilatéralisme.
Cette attitude est aussi celle du non-choix politique, puisqu’elle consiste à geler les positions: en 2002, on ne choisit ni d’appuyer Laurent Gbagbo élu en 2000, qui réclame un soutien en vertu d’accords de défense, ni la rébellion (qui sera empêchée de progresser par le déploiement de Casques bleus et de soldats français, ndlr).
Au fond, depuis les années 1990, la politique militaire de la France est une politique d’indécision, définie au coup par coup en fonction des enjeux immédiats, sans ligne claire et sans débat public.

Q: Paris choisit pourtant d’intervenir en 2004, en détruisant l’aviation ivoirienne.

R: C’est un choix contraint, dicté par les circonstances après la mort de 9 soldats dans un camp de Bouaké (ouest) bombardé par l’aviation ivoirienne. Après la crise de 2004 et avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy (en 2007), Paris revient à sa position de retrait, programme la fermeture de sa base permanente à Abidjan (fermée en 2009) et la renégociation des accords de défense dans huit pays africains.
Quand éclate la crise post-électorale fin 2010, tout le monde s’interroge sur la prudence affichée par la France. Après le lancement de l’intervention en Libye, on entend des critiques sur le deux poids deux mesures, entre une Afrique subsaharienne qui serait destinée à résoudre ses problèmes par elle-même et un limes méditerranéen qui obéirait à d’autres critères. En intervenant lundi, Paris a levé cette contradiction, mais cela va compliquer sa relation avec les autres pays africains. Cela pose aussi la question du message que l’on véhicule: si on impose la démocratie par les chars, cela risque de demeurer le symbole d’une chicotte coloniale plus que de l’émancipation et de la liberté des peuples.

(Propos recueillis par Sofia BOUDERBALA) 


SUR LE MÊME SUJET
Le ministère gabonais de la Santé a placé sous scellés, la semaine dernière, la pharmacie de "La Peyrie" à Libreville, point de ventre unique, sous préparation magistrale, de l’IM28, médicament controversé du Pr Donatien Mavoungou qui aiderait à lutter contre le Sida. Idem pour le Centre de recherche sur les pathologies hormonales (CRPH) où ce chercheur effectue ses travaux. Le Pr Mavoungou qui affirme que le CRPH ne dépend pas du ministère de la santé mais plutôt de celui de l’Enseignement supérieur, s’étonne de cet acharnement tandis qu’un groupe de chercheurs gabonais, installés au Canada et en Allemagne, a tenu ...
Lire l'article
Dans un communiqué parvenu ce mardi soir à la Rédaction de Gabonews, le Gabon prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire qui a abouti au retrait du Président sortant Monsieur Laurent Gbagbo le lundi 11 Avril 2011. Ggabonews, livre in extenso, la teneur du communiqué rendu public sur les média nationaux. « Le Gabon, à l’instar de la Communauté internationale, prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire qui a abouti au retrait du Président sortant Monsieur Laurent Gbagbo le lundi 11 Avril 2011. Suivant avec une extrême attention l’évolution de la nouvelle situation politique, institutionnelle et militaire ...
Lire l'article
L'implication de plus en plus forte de la force française Licorne en Côte d'Ivoire suscite des critiques en France. Sur RFI, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a exprimé de sérieuses réserves. A Paris, a eu lieu une importante manifestation de partisans du président sortant Laurent Gbagbo. Invité ce dimanche 10 avril 2011 de l'émission Internationales, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a estimé que « ce n'est pas un service à rendre à la Côte d'Ivoire et à M. Ouattara que ce soient les forces militaires françaises qui obtiennent la reddition de M. Gbagbo et que ce soit ...
Lire l'article
La journée a été émaillée de tirs et d'incidents à Abidjan hier vendredi 8 avril 2011. L'ambassade de France a affirmé que la résidence de l'ambassadeur avait à nouveau été attaquée par des éléments pro-Gbagbo, une information aussitôt démentie par le camp du président sortant. La situation militaire reste extrêmement incertaine, les fidèles de Laurent Gbagbo sont repassés maîtres de la radio-télévision d'Etat et auraient aussi renforcé leurs positions dans les quartiers de Cocody et du Plateau. Tandis que la situation humanitaire dans la capitale économique ivoirienne se dégrade encore. Avec notre envoyé spécial La bataille d'Abidjan se joue autour de plusieurs ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : l’intervention française pousse Laurent Gbagbo à la reddition
La reddition du président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, aux Nations unies semblait acquise hier soir. L'intervention des hélicoptères de la France, qui a reçu le soutien des Etats-Unis, a été déterminante. Au terme de longues et difficiles tractations, la reddition de Laurent Gbagbo, l'ancien président de la Côte d'Ivoire, semblait proche hier soir. Les négociations se poursuivaient pour finaliser l'ensemble des détails. Dans l'après-midi déjà le ton était donné par Paris. Le Premier ministre, François Fillon, avait déclaré que la reddition était « imminente ». Le contact des responsables des Nations unies avec le despote assiégé avait été établi via ...
Lire l'article
Le camp d'Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, espère que l'organisation régionale de la Cédéao se prononcera vendredi sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, selon un de ses porte-parole. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers, la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers. L'ONU a reconnu mercredi Youssouf Bamba, l'ambassadeur désigné par Alassane Ouattara auprès de l'organisation internationale. Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était ...
Lire l'article
Le nouvel Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Côte d’Ivoire, accrédité au Gabon, Roger Gnohite a été reçu ce lundi, après-midi par le ministre de la Communication, de la Poste et de l’Economie Numérique, Laure Olga Gondjout, dans le cadre d’une visite de courtoisie, a constaté GABONEWS. C’est la première visite officielle du nouveau représentant ivoirien en terre gabonaise depuis la présentation de ses lettres de créances au président Ali Bongo Ondimba, le 6 octobre dernier. « Je rends visite actuellement au gouvernement gabonais et madame le ministre de la Communication m’a fait l’honneur de me recevoir en premier, et c’est l’objet ...
Lire l'article
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article
La manœuvre militaire de deux unités française et gabonaise baptisée « Ngounié » débutée dimanche dernier dans la ville et les savanes environnantes de Mouila pour ’’renforcer les connaissances sur le terrain face à l’ennemi’’ s’est achevée vendredi sur une note de satisfaction, selon la partie française qui était dirigée par le chef de corps du 6ème Bataillon d’infanterie et de marine (BIMA), le Colonel Clément Benoît, au sortir d’un entretien sur l’exercice avec l’AGP. ’’C’est un exercice qui a commencé dimanche par les sauts. Je suis content qu’on découvre la région de Mouila, ceci en partenariat avec l’Ecole nationale des ...
Lire l'article
"Réfléchir à d'éventuelles inflexions sur les objectifs" de la politique africaine de la France, tel était l'objectif de la mission d'information sur la politique française en Afrique établie en juillet 2007 par la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Un an après la création de cette cellule, Renaud Dutreil (UMP), son rapporteur, a présenté, mercredi 9 juillet, ses recommandations. Mais celles-ci, compilées dans un rapport parlementaire, qui devait être publié mercredi, n'ont pas été validées par les membres de la mission. Un certain nombre de députés, et en premier lieu Jean-Louis Christ, président de la mission d'information et député ...
Lire l'article
Gabon : Quatre scientifiques réagissent à la mise sous scellés du laboratoire du Pr Mavoungou
« Le Gabon prend acte de la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire», communiqué
Côte d’Ivoire: critique du PS contre l’intervention militaire française et manifestations pro-Gbagbo à Paris
Côte d’Ivoire : guérilla urbaine et situation militaire incertaine à Abidjan
Côte d’Ivoire : l’intervention française pousse Laurent Gbagbo à la reddition
Côte d’Ivoire: le camp Ouattara espère une décision sur l’option militaire
Politique – Coopération / Le nouvel Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Gabon reçu par Laure Olga Gondjout
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
Gabon: Ngounié : Fin d’une manœuvre militaire de deux unités gabonaise et française à Mouila
Un rapport parlementaire sur la politique française en Afrique fait des remous à l’Assemblée nationale


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*