Socialisez

FacebookTwitterRSS

Un cadre juridique pour encadrer la médicine traditionnelle au Gabon

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2011
Catégorie(s): Culture,Santé,Société

L’inspecteur régional de la santé pour la province du Woleu-Ntem (nord), Pierre Nnang Obame a souhaité l’établissement d’un cadre juridique de la médecine traditionnelle en vue de sa reconnaissance par les pouvoirs publics lors d’une rencontre avec les tradipraticiens de cette région du pays, dans la perspective d’un atelier national prévu à Oyem du 22 au 23 avril prochain.

En prélude à cet atelier, M. Nnang Obame a invité les tradipraticiens de la province septentrionale à se faire immatriculer en vue de rendre cette corporation légale et performante.

‘’Mon approche est pédagogique et peut aussi revêtir un caractère répressif’’, a dit M Nnang Obame, soulignant que toutes les structures de guérison et d’initiation implantées dans la province ne répondent pas aux normes exigés par le ministère de la santé publique.

La rencontre d’Oyem permettra aux praticiens d’adopter et valider la politique nationale sur la médecine traditionnelle conformément aux résolutions issues de l’atelier national de normalisation tenu au Cap Estérias (Nord de Libreville) le 3 avril dernier.

Organisé par l’association gabonaise des tradipraticiens avec l’appui du service de la médecine traditionnelle et le secrétariat général du ministère de la santé, l’atelier de normalisation du Cap Estérias visait l’élaboration des grandes lignes de la politique nationale sur la médecine traditionnelle, la mise en place d’une législation réglementant sa pratique et l’élaboration d’un code de déontologie, d’éthique et de pratique de la profession

La volonté des autorités gabonaises d’organiser et de promouvoir la médecine traditionnelle s’est traduit en 1976 par l’adoption d’un décret créant un institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle (IPHAMETRA) au sein du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CENAREST).

En dépit d’un système de santé moderne, une bonne partie de la population gabonaise a toujours recours aux tradipraticiens pour trouver des solutions à leurs problèmes de santé, indique-t-on.


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre gabonais de l’Education, en charge de la Culture, Séraphin Moundounga, à échangé mardi, avec les tradipraticiens de Libreville et ses environs sur la mise en place d’un cadre juridique permettant de mieux réguler la médecine traditionnelle considérée comme une source et une richesse indéniable qui doit être revalorisée et sauvegardée. En initiant cette rencontre avec les tradipraticiens du Gabon, Séraphin Moundounga a dit toute la volonté du gouvernement à recadrer les choses en vue de donner à cette science, ses lettres de noblesse tout en permettant son évolution pour des résultats plus fiables. Et cet objectif, selon lui, ...
Lire l'article
Un salon international de la médecine traditionnelle, le premier du genre organisé au Gabon, se tiendra à Libreville du 5 au 15 juin 2011, afin notamment de développer et promouvoir cette médecine et présenter à la communauté internationale le savoir-faire du pays en la matière. Organisé par le gouvernement gabonais, le salon doit également favoriser les échanged d’expériences entre praticiens, souligne un communiqué officiel publié à l’issue d’un l’atelier de normalisation de la médecine traditionnelle tenu du 29 au 31 mars dans la commune du Cap Estérias, au nord-ouest de Libreville. Organisé par l’association gabonaise des tradi-praticiens avec ...
Lire l'article
Pour circonscrire l'embrasement du front social, le nouveau gouvernement a décidé le 19 octobre de serrer la vis au niveau de la réglementation de l'exercice du droit syndical. Au titre des nouvelles mesures décrétées, le gouvernement brandit l'incompatibilité de l'exercice d'un emploi à la fonction publique et de responsabilités dans un syndicats, le contrôle des assemblées générales syndicales ou encore le non paiement des jours de grève. Face à un front social très menaçant à l'aurore de son mandat, le nouveau chef de l'Etat a initié un chapelet de mesures lors du Conseil des ministres du 19 octobre visant à réglementer ...
Lire l'article
Le 15e Colloque sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine a clos ses travaux le 4 décembre à Libreville au terme de quatre jours de travaux qui ont permis aux tradipraticiens, médecins et chercheurs venus de onze pays africains de baliser le renforcement du partenariat entre la médecine moderne et traditionnelle sur le continent. Les participants ont notamment insisté sur la nécessité de restructurer le programme de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle africaine (PHMTA) et de renforcer l’interconnexion des réseaux africains de recherches en médecine traditionnelle. Les médecins traditionnels et modernes africains viennent de jeter à Libreville ...
Lire l'article
Libreville abrite depuis le 1er décembre les travaux du 15e Colloque international sur la pharmacopée et la médecine traditionnelle africaine qui doivent permettre de baliser le renforcement du partenariat entre la médecine moderne et traditionnelle sur le continent. Organisé par le Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES) et le département gabonais de la Recherche scientifique, ce colloque de quatre jours devrait permettre aux chercheurs de l’espace CAMES de présenter le fruit de leurs recherches pour l’incorporation de la médecine traditionnelle dans le système de santé moderne. Treize des dix sept pays du Conseil africain et malgache de l’enseignement ...
Lire l'article
Pour Sim Lice Ami de la fédération internationale des tradipraticiens (FIT), il faut « une meilleure efficacité des tradithérapeutes dans les soins de santé primaire ». Elle a tenu ces propos à l’occasion de l’ouverture, samedi à Libreville, des manifestions marquant la célébration de la Journée de la médecine traditionnelle africaine. Selon Sim Lice Ami, praticien, spécialiste en herpétologie, la médecine traditionnelle, aussi vieille que le monde a été toujours au service de l’humanité. En effet a-t-elle dit, les plantes, l’eau, la prière et d’autres procédures additives ont été toujours connues et utilisés pour leur vertu. Ainsi, indique-t-il, « la médecine traditionnelle ...
Lire l'article
Pour le docteur Magaran Bagayoko, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « L’OMS a organisé la Conférence internationale sur les soins de santé primaires et les systèmes de santé à Ouagadougou, au Burkina Faso du 28 au 30 avril 2008, pour célébrer les 30 ans de la Déclaration d’Alma-Ata et réaffirmant ces principes», ainsi que pendant cette 6ème Journée africaines de la médecine traditionnelle. Selon le représentant de l’OMS, la conférence a réaffirmé les principes de la Déclaration d’Alma-Ata, en ce qui concerne la santé en tant que droit humain fondamental et le devoir qu’ont les gouvernements de veiller ...
Lire l'article
Les tradipraticiens du Gabon, par la voix du président de leur association, Mathieu Mouity Iwangou, à l’occasion de la célébration, samedi, de la VIème Journée africaine de la médecine traditionnelle, ont appelé à la mise en place d’un cadre juridique et constitutionnel devant réguler et protéger leurs activités. Selon Mouity Iwangou, « si dans de nombreux pays la médecine traditionnelle est reconnue d’utilité publique, cependant, déplore-t-il, son exercice se fait encore de manière, plus ou moins, informelle en raison de l’inexistence d’un cadre juridique et institutionnel propre à cette activité ». Aussi, fait-il remarquer, « le Gabon se trouve encore dans cette ...
Lire l'article
Le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, chargé de la Famille et de la Promotion de la Femme organise, en différé, du 6 au 7 septembre, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), au Centre hospitalier de Libreville (CHL), la 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle. Selon la Chargé de l’information et de la promotion de la santé de l’OMS/Gabon, Gislène Moussouamy, le thème de cette année est « le rôle des tradipraticiens dans les soins de santé primaires ». Ainsi, elle révèle qu’il y aura des conférences débats sur les thèmes suivants: « Le médecin traditionnel ...
Lire l'article
C’est dans le cadre des échanges de coopération bilatérale entre Libreville et Paris, notamment le département de la Seine Saint Denis, qu’une forte délégation d’infirmières françaises participent à un stage de formation à Port Gentil, dans la province de l’Ogooué Maritime, parmi leurs collègues issus des structures sanitaires locales, où les agents de santé ont pu bénéficier du savoir et de l’expérience des tradi-praticiens, sur les pratiques et les méthodes de travail de la médecine traditionnelle. Sous l’égide Du ministère de la santé publique et de l’OMS, la rencontre avec les tradi-praticiens aura été plus qu’édifiante, d’autant plus que cette collaboration ...
Lire l'article
Société / Le ministre Séraphin Moundounga échange avec les tradipraticiens du Gabon
Premier salon international de la médecine traditionnelle au Gabon en juin prochain
Gabon : Le gouvernement durcit le cadre juridique pour les syndicats
Gabon : Le CAMES le réseautage de recherche en médecine traditionnelle
Gabon : Le CAMES veut concilier médecine traditionnelle et moderne
Gabon: Il faut « une meilleure efficacité des tradithérapeutes dans les soins de santé primaire», Sim Lice Ami
Gabon: 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle à Libreville: l’OMS réaffirme les principes de la Déclaration d’Alma-Ata
Gabon: Les tradipraticiens du Gabon plaident pour légalisation de leurs activités
Gabon: Santé / OMS: Célébration en différé de la 6ème Journée africaine de la médecine traditionnelle à Libreville
Gabon: Santé: les élèves infirmières françaises, au contact de la médecine traditionnelle gabonaise

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Avr 2011
Catégorie(s): Culture,Santé,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*