Socialisez

FacebookTwitterRSS

« La brigade de la jungle » pour lutter contre le braconnage au Gabon

Auteur/Source: · Date: 19 Avr 2011
Catégorie(s): Environnement,Société

Le Président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba, a annoncé le 14 avril dernier « la création immédiate d’une unité militaire de 240 hommes au sein de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN); baptisée « la brigade de la jungle ».

Selon le communiqué rendu public, « cette unité aura pour mission de sécuriser les parcs du Gabon et de protéger la faune et la flore sauvage, notamment contre le braconnage et le trafic illégal d’ivoire ».
Cette mesure fait suite à la découverte, le 6 avril dernier par des agents de l’ANPN, d’une trentaine de carcasses d’éléphants de forêt qui sembleraient avoir été tués récemment dans la réserve de Wongo Wongué, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Libreville.

Le Gabon avait déjà pris en mars de cette année la décision de classer l’éléphant de forêt comme espèce « intégralement protégée » en raison d’un niveau de braconnage jamais atteint jusqu’à présent.

L’éléphant de forêt d’Afrique – Loxodonta cyclotis – désormais reconnu comme une espèce biologique distincte de son cousin des savanes, réside dans les forêts d’Afrique Centrale et de l’Ouest. Il se caractérise par des oreilles généralement plus petites et plus circulaires que l’espèce des savanes et possède des défenses plus minces et plus droites. L’ivoire légèrement rosé de ses défenses a également un grain de meilleure qualité que celui de l’éléphant des savanes, ce qui en fait une proie de choix pour les braconniers.

DECOUVERTE D’UNE TRENTAINE D’ELEPHANTS MASSACRES DANS UNE RESERVE

Le 6 avril dernier, lors d’un survol de la réserve de Wonga Wongué, qui était encore récemment l’un des derniers refuges où les éléphants de forêt pouvaient circuler librement, le Directeur technique de l’ANPN Mike Fay et le conservateur de la réserve Norbert Pradel, ont dénombré plus de 30 carcasses d’éléphants tués récemment.

« Nous avons découvert un corps, puis un autre, et encore un autre, et en quelques minutes nous avons réalisé que quelque chose de grave s’était passé » a indiqué Mike Fay, qui a été un des acteurs clés dans la création du réseau des parcs nationaux du Gabon en 2002, en révélant l’extraordinaire beauté du patrimoine naturel du Gabon à l’ancien Président Omar Bongo Ondimba. Mike Fay a acquis une renommée internationale avec le récit de sa traversée à pied de l’Afrique Centrale, diffusée par National Geographic sous le titre de « Megatransect ».

« Nous avons alors décidé de contrôler la zone et en à peine une heure nous avons découvert 28 carcasses d’éléphants, tous massacrés ces derniers mois. La réserve de Wonga Wongué est en grande partie recouverte de forêt. Nous ne pouvons donc pas savoir le nombre exact d’éléphants tués mais nous sommes certains que ce niveau de braconnage est sans précédent dans l’histoire du Gabon. Ce n’est pas un acte isolé. Nous constatons actuellement une croissance exponentielle du nombre d’éléphants braconnés à travers le pays ».

UNE ESPECE EN DANGER

Au cours des trente dernières années, la grande majorité de la population des éléphants de forêt a été massacrée à cause du trafic illégal d’ivoire. En République Démocratique du Congo, la population a chuté de près de 500 000 individus à moins de 12 000 aujourd’hui.

Le Gabon et le nord du Congo constituent aujourd’hui le dernier refuge pour cette espèce. Les derniers événements confirment cependant la crainte de nombreux observateurs qu’une bataille décisive pour la survie de l’espèce vient de s’engager.

Le professeur Lee White, citoyen gabonais d’origine britannique, qui a été nommé à la tête de l’ANPN en 2009 par le Président Ali Bongo Ondimba, indique que « les dernières observations tendent à prouver que des bandes criminelles organisées pénètrent de plus en plus en profondeur au Gabon et massacrent des éléphants au sein même des forêts les plus reculées que compte encore le continent africain. Selon nos renseignements, la plupart des braconniers viennent de l’extérieur du Gabon et sont équipés avec les nombreuses armes encore en circulation dans la région suite aux guerres civiles qui ont déstabilisé l’Afrique centrale. Nos gardes sont eux en sous-effectif et sous-armés. Sans actions décisives de la part des dirigeants politiques gabonais, nous allons perdre la bataille de la protection des éléphants de forêt et, tout comme nous avons pu le constater ailleurs, cela marquera le début de la fin pour de nombreuses espèces des forêts tropicales. »

LE GABON ASSUME SES RESPONSABILITES

Le marché de l’ivoire connaît actuellement une croissance exponentielle. Une défense d’éléphant peut actuellement être négociée sur le marché noir jusqu’à 50 000 dollars. Les trafiquants arrivent à dégager des marges importantes en achetant aux braconniers le kilo d’ivoire aux environs de 50 dollars pour le revendre à près de 2 000 dollars sur les marchés asiatiques.

Le Président gabonais a tenu à souligner le fait que « la protection de la biodiversité et de l’environnement est le grand défi de notre époque. Si nous perdons nos éléphants, nous serons confrontés à la même spirale qui a amené à la disparition d’espèces animales et à la destruction de l’environnement dans d’autres pays africains, avec pour conséquences inévitables l’instabilité politique et le dysfonctionnement de nos écosystèmes au sein desquels l’homme ne peut plus vivre durablement en harmonie avec la nature. »

« Aujourd’hui, j’ai ordonné la création d’une unité militaire d’élite pour soutenir l’ANPN dans sa mission primordiale de protéger nos richesses naturelles. Cette décision est la preuve de l’engagement de mon gouvernement envers la politique du Gabon Vert et de la gestion de nos parcs nationaux comme un trésor à la fois pour le Gabon et pour le reste du monde. Je demande également aux pays importateurs d’ivoire, particulièrement en Asie, de prendre les mesures nécessaires à leur niveau dans la lutte contre le trafic d’ivoire tout comme le Gabon le fait aujourd’hui, et d’informer leurs ressortissants que l’achat d’ivoire sera réprimé avec la plus grande sévérité. Les trafiquants d’Ivoire travaillent de manière coordonnée au niveau international. Nous devons faire de même pour les combattre. Le Gabon ne peut résoudre seul ce problème ».

Texte et auteur: presidentalibongo.com


SUR LE MÊME SUJET
150 défenses d'éléphants et 200 fusils de chasse saisis pendant plusieurs années par les services provinciaux des forces de sécurité, du WWF et des Eaux et Forêt du Woleu-Ntem ont été recensés, immatriculés, mesurés et prélevés en début de semaine au tribunal de première instance d'Oyem par des service agrées de l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) du Gabon. Cette opération qui a enregistré la participation du conservateur du parc de Minkébé, Hérvé Ndong Allogho et de son adjoint Honoré Nguele Nguele, ainsi que du greffier en chef du tribunal d'Oyem, responsable des saisies, Adrienne Nkili, vise l'élaboration d'outils permettant à ...
Lire l'article
Donnant suite à la prolifération sans précédent du braconnage au Gabon, la direction des Eaux et Forêts, sous la houlette de Paul Koumba Zaou son DG, a organisé le 21 juin dernier à Kango, l’atelier inaugural d’une stratégie de lutte contre le braconnage. Des experts, des ONG, des autorités locales et représentants des populations autochtones ont pris part à ces travaux portant sur la vulgarisation de la loi faunique et placé sous le thème des "Enjeux de la conservation et de lutte contre le braconnage au Gabon". La ville de pour Kango, à 100 km de Libreville sur la route ...
Lire l'article
Le ministère de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et du Développement Rural a renforcé les capacités opérationnelles de la Direction générale de la pêche et de l'Agriculture par l’octroie de neuf vedettes qui devront permettre d’accroitre l’efficacité dans la lutter contre la pêche illégale et le braconnage sur le territoire national. Cette dotation est le résultat du partenariat entre le Gabon et la Banque Africaine de Développement (BAD) pour la réalisation d’une gestion rationnelle et durable des ressources halieutiques et fauniques. En réceptionnant ce matériel, le Directeur de la Pêche et de l’Aquaculture, Guy Anicet Rérambyah a déclaré que ce matériel ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a annoncé la création d'une unité militaire de 240 hommes, la "brigade de la jungle", qui aura pour mission de lutter contre le braconnage et le trafic illégal d'ivoire, selon un communiqué de la présidence jeudi. "Le président (...) vient d'annoncer la création immédiate d'une unité militaire de 240 hommes au sein de l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN)", indique le communiqué. "Baptisée +la brigade de la jungle+, cette unité aura pour mission de sécuriser les parcs du Gabon et de protéger la faune et la flore sauvage, notamment contre le braconnage et le trafic illégal ...
Lire l'article
Les autorités gabonaises et camerounaises ont convenu d’organiser chaque trimestre des missions transfrontalières de 15 jours pour combattre le braconnage qui prende de l'ampleur dans le parc national de Minkébé, situé au nord-est du Gabon, à la frontière avec le Cameroun et le Congo-Brazzaville. La décision a été prise à l’issue d’une mission d’une semaine, du 7 au 15 mars, effectuée au sud Cameroun par l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), afin de rechercher, avec les autorités de ce pays voisin, les voies et moyens de mettre un terme ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Eaux et forêts, Martin Mabala et le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) au Gabon, Thierry Mathisse ont signé jeudi à Libreville, un accord de partenariat en vue de lutter contre l’exploitation illégale et le commerce illicite du bois au Gabon. Il s’agit d’un compromis commercial qui, à terme, permettra aux deux parties de s’accorder sur des éléments techniques pour combattre ce phénomène d’exploitation et de commerce illicite des essences forestières du Gabon. « Ce qui est en cause, c’est la maîtrise de la chaîne de traçabilité de nos diverses essences forestières. C’est pourquoi l’initiative représente ...
Lire l'article
Le ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, et de l’Immigration, Jean François Ndongou, s’est voulu rassurant vis-à-vis de la population au regard de l’insécurité grandissante à Libreville, en confiant dans une interview accordée au quotidien L’Union que, « la tendance actuelle est de la création, nous y pensons, dans les tout prochains mois, de quelques commissariats avec des équipements pour assurer la sécurité ». Le ministre Ndongou entend véritablement se montrer pragmatique au regard de ses différentes interventions notamment en prenant l’engagement devant les habitants du Gabon en ces termes, « la psychose qui s’est installée va s’estomper progressivement ...
Lire l'article
Elle est trentenaire et elle est jolie, mais ce n'est pas à sa beauté que la chanteuse de gospel Bénédicte Wora doit son succès au Gabon: elle appelle à "briser le joug" du VIH-sida dans une chanson devenue un tube. "Je suis une artiste engagée. Je m'intéresse aux sujets sur la condition sociale, et notamment à la lutte contre le VIH-sida", explique à l'AFP Wora, fine jeune femme originaire de la province de l'Ogooué maritime (sud-ouest), refusant de révéler son âge exact. Pour aider à porter le message anti-sida aux jeunes, en particulier les élèves, l'Unesco a appuyé la production -clip vidéo ...
Lire l'article
Elle est trentenaire et elle est jolie, mais ce n'est pas à sa beauté que la chanteuse de gospel Bénédicte Wora doit son succès au Gabon: elle appelle à "briser le joug" du VIH-sida dans une chanson devenue un tube. "Je suis une artiste engagée. Je m'intéresse aux sujets sur la condition sociale, et notamment à la lutte contre le VIH-sida", explique à l'AFP Wora, fine jeune femme originaire de la province de l'Ogooué maritime (sud-ouest), refusant de révéler son âge exact. Pour aider à porter le message anti-sida aux jeunes, en particulier les élèves, l'Unesco a appuyé la production -clip vidéo ...
Lire l'article
Dans le cadre de l’étude de l’impact sur l’environnement, un protocole d’accord portant sur la gestion de la faune et de la chasse le long du corridor du pipeline en projet, entre Coucal et le terminal de Gamba, a été signé dernièrement à Libreville entre Addax pretroleum Gabon et le ministère gabonais de l’économie forestière. « Addax a pris un certain nombre d’engagements, notamment en laissant le libre accès de son réseau routier aux agents de l’administration forestière en mission, en fournissant et installant des barrières fixes avec des sentinelles, en interdisant tout port d’armes à feu, munitions et câbles ...
Lire l'article
Lutte contre le braconnage : 150 défenses d’éléphants et 200 fusils de chasse saisis par le tribunal d’Oyem
Gabon : Les enjeux de la conservation et de la lutte contre le braconnage
Des vedettes pour renforcer la lutte contre la pêche illégale et le braconnage au Gabon
Gabon: le président Bongo créé une unité militaire contre le braconnage
Patrouilles conjointes pour lutter contre le braconnage dans un parc situé à la frontière du Gabon et du Cameroun
Signature d’un accord entre le Gabon et l’UE pour lutter contre le commerce illicite du bois
Des commissariats de proximité pour lutter contre l’insécurité à Libreville, selon Ndongou
Au Gabon, du gospel pour lutter contre le sida
Au Gabon, du gospel pour lutter contre le sida
Gabon : Addax pretroleum Gabon s’engage à lutter contre le braconnage

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Avr 2011
Catégorie(s): Environnement,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*