Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : André Mba Obame commence-t-il à comprendre ?

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2011
Catégorie(s): Politique

Après sa convocation à la jacobolerie nationale (Assemblée Nationale) et la mise en place d’une commission de jacobiers pour l’entendre, lui, le « président de la république du PNUD », André Mba Obame (AMO) s’est ressaisi et a convoqué son petit comité pour contourner la démarche des jacoboliers. Amer et généreux en confodences, il a ainsi remonté le moral au plus bas de ses plus proches combattants.

AMO : « Ne soyez pas tristes. Moi je vais voir le député qui sera capable de lever mon immunité parlementaire. Tous ces gens là je les connais. Quand j’étais ministre de l’Intérieur, je sais comment ils ont, pour la plupart, été élus. J’ai tous leurs résultats. Ce qui me contraste, c’est des gens comme Eyeghé Ndong et Myboto. Ils n’osent même pas lever le petit doigt pour me défendre à l’Assemblée Nationale. Mais quand il faut prendre les primes, ils courent aller signer chez un petit Questeur. Je prends bonne note. Vous avez raison de dire qu’il vaut mieux que je mène mon combat seul. Au moins, je suis à l’abri de toute trahison ».

On croirait entendre un ultime sermon sur les monts de Cristal, perché sur la ville de Medouneu (ville natale de Mba Obame dans la province du Woleu-Ntem, ndlr). AMO sait que ce qui le rend encore invulnérable, c’est son immunité parlementaire. Et pourtant on croyait que le « président » jouissait d’une immunité totale, durant tout son mandat. Comment comprendre qu’un « président » en vint à s’accrocher à son immunité parlementaire. Voilà qui mériterait une deuxième commission de jacoboliers.

A force de recevoir des conseils, AMO a donc commencé à reconnaitre le bon chemin, chemin du droit. Aussi, il a pris sa plume, la semaine dernière, après l’humiliation qu’il dit avoir subi devant ses collègues, pour rédiger une requête afin d’attaquer la légalité de la commission parlementaire mise en place pour l’entendre auprès du Conseil d’Etat. De même il attaquera la constitutionalité de cet arrêté devant Cour constitutionnelle.

Mais on sait déjà que toute cette procédure ne vise qu’à gagner du temps et à prendre date avec l’opinion. Reconnaissant sa démarche vouée à l’échec, il cherche déjà des parfaits coupables : les institutions de la République qu’il compte rendre coupable de la levée de son immunité parlementaire. Il y a six mois, dans son journal Jeune Afrique, il disait pourtant que la Cour constitutionnelle était semblable à une bise, qu’elle penche toujours du même coté même si c’est cette cour, soit dit en passant, qui a confirmé l’immunité pour laquelle il est prêt à se suicider aujourd’hui.

La procédure de la Cour constitutionnelle a donc évolué, et AMO a été convoqué le 17 avril 2011 pour aller défendre sa requête. A bord de son Range rover et deux de ses deux lieutenants dont le Général Obiang, il a décidé d’aller impressionner les Magistrats de la Haute cour. Alors qu’il a pris le chemin de la sablière et qu’il venait de dépasser la Résidence Maïsha Myboto, il jette un coup d’œil devant et aperçoit un déploiement des forces de sécurité de Zeus (Ali Bongo, ndlr). AMO poussa alors un cri dans la voiture et intima l’ordre à son chauffeur de rebrousser chemin rapidement. Ce qui a provoqué une jolie ambiance dans la voiture entre AMO et son aide de camp : AMO : « j’étais sûr que cette convocation était un piège. Ils veulent m’arrêter mais ils ne m’auront pas ». Le Général Obiang : « Non, patron ils ne peuvent rien nous faire. C’est la petite escorte qui vient souvent chercher le Président, chaque matin, enfin, le président désigné quoi ». AMO : tu vois que même toi aussi ta langue commence à fourcher. Quand tu parles de président tu t’adresses à moi. Quant à Ali, je le connais bien. Si les soldats étaient là c’est à cause de moi. On lui a dit que serai à la Cour constitutionnelle ce matin, c’est pourquoi il a mis les véhicules de police dehors. Je le connais bien ». Une escorte « présidentielle » qui a peur d’une autre escorte présidentielle ; c’est du jamais vu. Toujours est-il qu’AMO a couru se bunkériser derrière le Lycée d’Etat. Chez lui. Préférant se faire représenter par son avocat à l’audience prévue à la Cour constitutionnelle, une audience sollicitée par lui-même, en déposant un recours devant la Haute cour.

Comme quoi AMO tient vraiment à son immunité parlementaire. Pour rien au monde il risquera quoi que ce soit pour la perdre. On avait déjà oublié que c’était la rare élection qu’il ait remportée à Medouneu, après avoir été battu, des années durant, sur ses terres. Pourvu qu’il soit réélu en juillet prochain, sinon il risquerait de s’auto proclamer Président de la jacobolerie nationale. Avec une écharpe en bandoulière.

FIN/INFOSGABON/CE/2011 Source : LA GRIFFE


SUR LE MÊME SUJET
André Mba Obame appelé à suivre la procédure légale pour une évacuation sanitaire
Le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 30 août 2009, André Mba Obame qui a demandé de sortir du Gabon pour « soigner un nerf sciatique paralysant », a été invité par le Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba à suivre la procédure légale pour une évacuation sanitaire. C’était lors d’une conférence de presse que le numéro un gabonais a animée, à l’issue du 5ème Conseil des Ministres dit délocalisé, à Koula Moutou dans la Province de l’Ogooué-Lolo (sud est). L’ancien Ministre de l’Intérieur est poursuivi après la levée de son immunité parlementaire, par la justice gabonaise. Ceci, suite à son ...
Lire l'article
Le feuilleton politico-judiciaire impliquant André Mba Obame vient de connaître un nouveau rebondissement. En effet, la Ministre gabonaise en charge de la Justice, Ida Reteno Assonouet a déposé dernièrement, à l’Assemblée Nationale une lettre du Procureur Général demandant la levée de l’immunité parlementaire du Député du département du Haut Komo (Medouneu). Ainsi, l’« honorable » André Mba Obame devra comparaitre dans les prochaines semaines, devant une juridiction appropriée. Après la décision du bureau de l’Assemblée Nationale sur la question, conformément à l’article 38, alinéa 2 de la Constitution gabonaise qui donne la latitude de procéder à la levée d’immunité. Depuis sa sortie ...
Lire l'article
Dans une interview «exclusive» publiée le 21 février par le bimensuel gabonais "Nku’u le messager", André Mba Obame l'autre Président élu , le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier au siège du PNUD à Libreville, explique les motivations de son esclandre, justifie sa participation aux législatives partielles de juin dernier et laisse entrevoir sa position quant au dialogue de sortie de crise invoqué par différents acteurs politiques Gabonais. Quinze mois après l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, qu’est-ce qui justifie l’acte que vous avez posé le 25 ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, 3e à l'élection présidentielle du Gabon selon le nouveau comptage de la Cour constitutionnelle, reste gréviste de la faim mais oeuvre à la création d'un parti politique, a-t-il affirmé mercredi à l'AFP. "Je continue de jeûner", a-t-il affirmé à son domicile, précisant qu'il avait reçu une assistance médicale et une perfusion mardi. "J'arrêterai quand la situation politique sera apaisée. J'ai craint des violences", a-t-il poursuivi, restant énigmatique sur ce qui motivera l'arrêt de sa grève entamée le 12 octobre. "Nous travaillons à la création d'un parti (politique). J'ai obtenu 90.000 voix, pourquoi ne le ferais-je pas ?", ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, arrivé 3e de l'élection présidentielle selon le nouveau comptage de la Cour constitutionnelle, a affirmé mercredi à la presse qu'il poursuivait sa grève de la faim entamée lundi. "J'économise mes forces. Le combat continue, vous allez voir que ce n'est pas un jeu. Et vous continuerez à entendre parler de nous", a affirmé à la presse M. Mba Obame, présent lors d'une déclaration commune de la coalition de candidats de l'opposition rejetant les résultats de la présidentielle. Visiblement fatigué, M. Mba Obame avait annoncé lundi avant la validation de l'élection d'Ali Bongo à la présidence commencé ...
Lire l'article
COMMUNIQUÉ DE PRESSE Libreville, le 12 octobre 2009 Ce dimanche 11 octobre 2009, à 21 heures, 3 camions remplis de militaires, ont pris d’assaut la ville de Medouneu, prenant ainsi en otage les populations de cette petite ville sans antécédents de violence qui compte moins de 2000 habitants. Interrogés sur les raisons de cette démonstration de force, les militaires ont indiqué qu’ils avaient reçu l’ordre de se déployer dans les villes de la province du Woleu Ntem, pour empêcher les mouvements de violence des populations qui surviendraient à l’annonce des résultats définitifs de l’élection présidentielle par la Cour Constitutionnelle. Au motif que André Mba ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, arrivé deuxième à l'élection présidentielle mais qui revendique la victoire, assure qu'il sera bel et bien "président" du Gabon et dénonce une dérive sécuritaire du gouvernement. "Je serai président de la République. Je ne peux pas dire dans combien de temps mais tant que je ne trahis pas l'immense confiance du peuple gabonais, l'issue est inéluctable", affirme André Mba Obame, 52 ans, surnommé "AMO". Comme l'opposant Pierre Mamboundou, arrivé 3e, il réside actuellement dans un "lieu sûr" où il a reçu l'AFP. "Je suis prêt à accepter toutes les tracasseries, les provocations. Je m'expose à des ...
Lire l'article
En vue de dénoncer le non-respect de la loi et du processus électoral en cours, l'ancien ministre de l'Intérieur, André Mba Obame, un des trois candidats à revendiquer la victoire à la présidentielle de dimanche, a donné une conférence de presse le lundi 31 août dernier au QG de Zacharie Myboto, autre candidat à la même élection qui a tenu le même discours un peu avant. © Gaboneco - Le candidats autoproclamé vainqueur André Mba Obame, accompagne de M. Éyéghé Ndong et M. Myboto, rallié après sa défaite annoncée, le 31 août 2009 ...
Lire l'article
Au cours d'une conférence de presse donnée le lundi 31 août, Andre Mba Obame, ancien ministre de l'intérieur, et naguère proche d'Ali Bongo, a critiqué la déclaration ce dernier selon laquelle il était le vainqueur de l'élection présidentielle qui venait de se dérouler et donc le nouveau président des Gabonais. Aux côtés d'Andre Mba Obame étaient présents : Jean Eyeghe Ndong, Paul Mba Abessole, Medhi Teale, Jean Ntoutoume Ngoua et Anna Claudine Ayo Assayi. La conférence se tenait dans le QG de Zacharie Myboto avec lequel Andre Mba Obame s'est déclaré en phase (Myboto a également critiqué la déclaration "précipitée" d'Ali ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l'Intérieur, André Mba Obame, a eu une séance de travail le 11 janvier dernier à Libreville avec les gouverneurs des neuf provinces du Gabon. Cette réunion était essentiellement consacrée aux préparatifs du lancement de l'opération de révision des listes électorales qui débute le 14 janvier.  Les gouverneurs des neufs provinces du Gabon se sont retrouvés le 11 janvier autour du ministre de l'Intérieur André Mba Obame pour mettre la dernière main sur le lancement du processus électoral d'avril prochain. Avec ses hôtes, le ministre de l'intérieur a passé au peigne fin toutes les questions relatives à l'organisation des ...
Lire l'article
André Mba Obame appelé à suivre la procédure légale pour une évacuation sanitaire
Gabon : Le compte à rebours pour André Mba Obame
Gabon : André Mba Obame le Président élu s’explique
Gabon: André Mba Obame, toujours en grève de la faim, veut créer un parti
Gabon: André Mba Obame poursuit sa grève de la faim
Urgent: Andre Mba Obame entame une grève de la faim
L’opposant gabonais André Mba Obame: “Je serai président”
Gabon : André Mba Obame dénonce la mise en marche d’un «coup d’État électoral»
Gabon : Andre Mba Obame dénonce une tentative de hold up électoral
Gabon : Les gouverneurs de provinces chez André Mba Obame

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*