Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: la société civile demande à Fillon de ne plus soutenir la dictature

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique

Treize ONG et syndicats ont demandé dans une lettre au Premier ministre français François Fillon, en visite samedi et dimanche à Libreville, à la France de ne plus plus soutenir le président Ali Bongo Ondimba dont elle qualifie le régime de dictature ignominieuse.

La présidence gabonaise a réagi en rappelant que s’ils peuvent dire cela, c’est justement parce qu’ils ne sont pas dans une dictature.

Ils (les signataires) critiquent l’ingérence de la France, ils disent que la France se mêle de nos affaires, et ensuite, ils appellent la France pour qu’elle intervienne. C’est quand même curieux, a ajouté à l’AFP la secrétaire générale de la présidence Laura-Olga Gondjout.

Les signataires parmi lesquels Marc Ona, figure de la société civile, Prix Goldman de l’Environnement 2009, ont écrit dans leur lettre: La grande France, le pays des droits de lhomme et du citoyen de 1789 ne doit plus soutenir ce régime criminel, cette dictature ignominieuse!.

Marc Ona, ainsi que Georges Mpaga, autre signataire, avaient notamment été arrêtés pendant plusieurs jours en décembre 2008 et janvier 2009 pour être en possession d’une lettre ouverte réclamant la transparence financière au président gabonais Omar Bongo Ondimba. La police les avait accusés de faire de la propagande et d’inciter à la révolte.

Parmi les ONG et syndicats signataires figurent la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), majoritaire dans l’enseignement, ou l’Union des syndicats des agents du secteur public (USAP), principal syndicat de la fonction publique.

Avant une élection présidentielle en France, il est de coutume que les plus hauts représentants de lEtat français programment une tournée en Afrique (…) Les relations qui +unissent+, ou plus précisément, qui ligotent le Gabon à la France sont décidées dans vos palais, écrivent les ONG et syndicats en allusion à la +Françafrique+, terme qui recouvre les relations ambiguës entre Paris et ses ex-colonies, et dont le Gabon a été un symbole.

Vendredi à Abidjan, M. Fillon avait estimé que les accusations et critiques (sur la Françafrique) correspondaient à des logiciels dépassés.

La classe politique française, aveuglée par la défense de ses intérêts, méprise encore la conscience et lintelligence des peuples du monde. (…) Plus de 50 ans après son indépendance, le Gabon (…) est plongé dans une désolation indescriptible.

La corruption touche toutes les sphères du régime: la famille Bongo particulièrement sest accaparée toutes les ressources matérielles et financières de lEtat gabonais, victime dun pillage et dune spoliation à grande échelle, accusent les ONG.

Le Premier ministre François Fillon est arrivé vers 18h (17h GMT) à Libreville en provenance du Ghana. Il devait rencontrer en soirée le président Ali Bongo Ondimba. 


SUR LE MÊME SUJET
La plate-forme de la société civile gabonaise "Ca suffit comme ça en France" (proche de l'opposition) a interpellé mercredi dans un communiqué les candidats à la présidentielle française de 2012, leur demandant de rompre "avec la Françafrique". "Depuis de nombreuses années déjà, des promesses démagogiques de bon nombre de politiques français ont allégué publiquement de rompre avec la Françafrique, sans jamais tenir leurs engagements", affirment les signataires, des membres de la plate-forme résidant en France. "Nous attendons de vous (les candidats) une politique (...) qui rompe avec le schéma de surexploitation économique et d’obstruction politique constatées depuis au moins les années 1960", ...
Lire l'article
Après Accra, François Fillon à Libreville : «l’amitié séculaire» célébrée par Ali Bongo
Par RFI Le Premier ministre français, François Fillon est arrivé le 16 juillet 2011 au Gabon, après une courte étape au Ghana, où il a rencontré le chef de l'État, John Atta Mills. Il devrait se rendre ce dimanche à la base militaire française de Libreville. À l'issue d'un dîner samedi soir, le chef du gouvernement français et le président Ali Ondimba Bongo ont souligné l'excellence des relations entre les deux pays. La société civile gabonaise a adressé une lettre ouverte au Premier ministre, demandant à Paris de ne plus soutenir le régime qu'elle qualifie de « dictature ignominieuse ». Le Premier ...
Lire l'article
Treize ONG ont adressé une lettre à François Fillon, Premier ministre français, qui est attendu à Libreville ce 16 juillet pour une visite de 48 heures. Dans son courrier, publié ci-après in extenso, la société civile gabonaise, qui évoque un «un état de dégradation du pays», invite la «grande France» à ne plus soutenir le régime du président Ali Bongo et compte sur la contribution de François Fillon pour l’instauration d’une vraie Démocratie au Gabon. LETTRE OUVERTE DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE A SON EXCELLENCE MONSIEUR FRANCOIS FILLON PREMIER MINISTRE DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE Monsieur le Premier ministre, Dans la perspective d’une élection présidentielle ...
Lire l'article
Plusieurs ONG et syndicats représentant la société civile gabonaise ont appelé jeudi dans un mémorandum de 85 pages le pouvoir et l'opposition à faire des concessions pour sortir de "la crise" actuelle. Alors que l'oppposant André Mba Obame est réfugié dans une agence onusienne après s'être autoproclamé président de la République le 25 janvier, la société civile demande notamment à l'opposition de reconnaître le président Ali Bongo tout en demandant au pouvoir de faire des efforts. "L'installation définitive d'un nouvel ordre démocratique requiert un certain nombre d'exigences parmi lesquelles la capacité d'organiser des élections libres et transparentes tout comme celle des dirigeants ...
Lire l'article
Alors que le nouveau président gabonais Ali Bongo prêtait serment, ce vendredi, à Libreville, l'opposant André Mba Obame poursuit sa grève de la faim. Il répond aux questions de LEXPRESS.fr. Elu à la présidence du Gabon le 30 août dernier, Ali Bongo Ondimba, 50 ans, a prêté serment ce vendredi à Libreville, à la faveur d'une cérémonie d'investiture empreinte de solennité. Dans son discours, le fils aîné et successeur du défunt Omar Bongo a promis "un Gabon exempt de la corruption et de l'injustice", vivant "en paix et dans la sécurité", "où les plus méritants seront récompensés et où la sanction juste ...
Lire l'article
Parmi les nombreux candidats brandissant avec énergie leur étiquette d’indépendant, deux d’entre eux risquent fort de voler la vedette. Deux prétendants rentrés au pays pour mener campagne et dont le discours, la posture et le positionnement sont en rupture avec les us et coutumes de cette démocratie gabonaise « conviviale ». Le plus radical, Daniel Mengara (42 ans), a fondé en 1998 le parti Bongo doit partir (BDP), surtout connu pour son site Internet qui n’a cessé de fustiger le régime Bongo. Après onze années passées aux États-Unis, cet originaire de la province du Woleu-Ntem (Nord-Ouest) – qui a eu ...
Lire l'article
La Société civile gabonaise a lancé hier un appel en faveur d’une élection présidentielle "juste, crédible et transparente" à la suite du décès d’Omar Bongo Ondimba, mettant en garde contre "toute interférence" étrangère dans le processus de succession. Dans un "appel citoyen", les principaux représentants de la Société civile rappellent à la présidente intérimaire Rose Francine Rogombé "l’impérieuse nécessité (...) d’aller vers une élection présidentielle juste, crédible et transparente". La paix, l’unité nationale, la stabilité et la sécurité de notre pays ne seront garanties que si le résultat du prochain scrutin reflète véritablement la volonté du peuple gabonais", affirment-ils, demandant "aux ...
Lire l'article
Six figures de la société civile gabonaises, parmi lesquelles se trouve un signataire de la plainte déposée en France mettant en cause le patrimoine immobilier du président Omar Bongo Ondimba, ont été interpellées mardi 30 et mercredi 31 décembre 2008, à Libreville (Gabon). Mardi 6 janvier au matin, trois d'entre eux demeuraient détenus par la police judiciaire pour des motifs qui n'ont pas été signifiés. Alors que la loi gabonaise fixe à 48 heures la durée de la garde à vue, le ministre de l'intérieur André Mba Obame a déclaré lundi à l'AFP que "les jours non ouvrables" incluant "le 1er ...
Lire l'article
Libreville a célébré le 26 juin dernier la Journée mondiale contre la drogue avec de nombreuses manifestions, des conférences, des exposés et des missions de sensibilisation contre la consommation et le trafic de drogues. A cette occasion, le président de l'association gabonaise de lutte contre la toxicomanie "Agir pour le Gabon", Alphonse Louma, a appelé à la mise en place d'une réelle politique des pouvoirs publics pour lutter efficacement contre le trafic de drogues et la recrudescence de sa consommation dans nos sociétés. A l'instar de la communauté internationale, le Gabon a célébré le 26 juin dernier la Journée ...
Lire l'article
Les Syndicats, ONG, Associations réunis sous la bannière du Front des organisations de la société civile pour la lutte contre la pauvreté au Gabon (FOSCPG) ont scellé samedi dernier, à la Chambre de Commerce de Libreville, les liens pour la lutte et pour un même combat à travers la signature d’une Charte visant à lutter contre l’inflation des prix des produits de première nécessité sur le territoire national. Sous le slogan « Non à la misère et à la précarité des gouvernés », les différents participants signataires de la Charte ont accomplit leur devoir, dans une salle comble en vue de ...
Lire l'article
Gabon – La société civile interpelle les candidats à la présidence en France
Après Accra, François Fillon à Libreville : «l’amitié séculaire» célébrée par Ali Bongo
Gabon : François Fillon répondra-t-il à l’appel de la société civile ?
Gabon: la société civile appelle pouvoir et opposition à des concessions
André Mba Obame: “Contre la dictature et la guerre civile”
Gabon: La société civile veut peser
GABON : La Société civile veut une présidentielle “crédible et transparente”
Trois leaders de la société civile gabonaise sont détenus par la police
Gabon : La société civile demande plus d’engagement pour lutter contre la drogue
Gabon: Lutte contre la pauvreté / Le Front des organisations de la société civile au Gabon procède à la signature d’une Charte


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*