Socialisez

FacebookTwitterRSS

Yannick Jadot, député européen, qualifie Ali Bongo de dictateur

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2011
Catégorie(s): Monde,Politique

Dans un article de Libération du 16/7/2011, Yannick Jadot, député européen, remet en cause Ali BOngo, le considère dictateur.

Voici l’article:

—–
Contre Eva Joly, le défilé des gros sabots

Libération, le 16/7/2011

RÉCIT

Après sa remise en cause du côté militaire du 14 Juillet, la droite a contesté hier l’enracinement français de la candidate écologiste.
87 réactions

Par NICOLAS CHAPUIS

Eva Joly, sous le feu du tir de critiques de la droite hier. (© AFP Jean-Sebastien Evrard)

En proposant, jeudi, le remplacement du défilé militaire du 14 Juillet par un «défilé citoyen», Eva Joly a lancé un joli pétard. Et elle a, du même coup, appris la définition politique d’une attaque à l’arme lourde. Trois jours après l’élection à la primaire d’Europe Ecologie-les Verts (EE-LV) de l’ex-magistrate franco-norvégienne, les porte-flingues de la droite s’en sont en effet donnés à cœur joie, laissant augurer du ton que va prendre la campagne.

Le débat a rapidement tourné à l’affrontement droite-gauche sur l’identité française de la candidate, et sur la signification du 14 Juillet. Car si beaucoup ont fustigé le fond même de la déclaration, cette déferlante de réactions a surtout souligné l’ambiguïté de la droite face à la binationalité d’Eva Joly. Laquelle persiste et signe (lire ci-contre), et répond sèchement sur Europe 1 : «Je ne descends pas de mon drakkar.»

«Vichy». La Droite populaire, aile droite de l’UMP, a ouvert le feu par la voix de Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, et porteur d’un projet de limitation de la binationalité aux seuls membres de l’UE (à laquelle la Norvège n’appartient pas) : «Eva Joly fait preuve d’une ignorance crasse sur l’histoire du pays qu’elle aspire à représenter. Mais c’est normal, je ne serais pas apte à parler du rôle de la mer, de la pêche ou du poisson, qui font partie intégrante de la culture norvégienne.» Jamais avare d’un «point Godwin» (1), Lionnel Luca place cette déclaration dans la ligne «de cette gauche pacifiste héritière de Maurras, qui s’est retrouvée à Vichy, avec le slogan “la terre ne ment pas”.» Dans la catégorie «France du Maréchal», Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône, s’étonne qu’il «puisse encore exister des anti-France». Et Jacques Myard, député-maire de Maisons-Laffitte, s’est fendu d’un communiqué intitulé «Eva, souviens-toi de Narvik», en référence à la première victoire des alliés venus prêter main-forte aux Norvégiens pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans la catégorie hors-sujet, Marine le Pen s’est distinguée, se demandant si, dans le «défilé citoyen» d’Eva Joly, «il y aura des stands pour fumer le chichon aussi ?» Enfin, nouveau «point Godwin» atteint haut la main, avec Yannick Jadot, porte-parole d’Eva Joly : «Si je voulais être méchant, je dirais qu’au début des années 40, certains membres de la Droite populaire auraient été plus proches des politiques de Vichy que de celle de la Résistance.»

Au-delà des déclarations chocs, la question de la binationalité d’Eva Joly semble froisser à droite, jusqu’au Premier ministre. En visite à Abidjan, François Fillon a déclaré : «Je pense que cette dame n’a pas une culture très ancienne des traditions françaises, des valeurs françaises, de l’histoire française.»

Le PS qui, jusque-là, avait critiqué la proposition d’Eva Joly, en a profité pour renverser le débat. «Cette remarque de François Fillon est blessante, a réagi François Hollande. Non pas pour Eva Joly seulement, mais pour tous les Français qui ont acquis la nationalité depuis peu, voire pour certains depuis bien longtemps.» Harlem Désir estime de son côté «indigne, de la part d’un Premier ministre, de mettre en cause l’identité française d’un responsable politique et de le faire, de surcroît, depuis l’étranger».

A l’origine de la controverse, deux visions du 14 Juillet. Car la suggestion du défilé citoyen n’est pas nouvelle, les Verts l’avaient formalisée, en 2010, dans un vœu au conseil de Paris, qui avait été rejeté. Le statut de candidate à la présidentielle de Joly a donné de l’ampleur à la proposition.

«Pisse-vinaigre». Le symbole d’une armée paradant sur les Champs-Elysées dérange les écologistes. «Quand on ferme les yeux une seconde et qu’on imagine un défilé militaire dans un autre pays, on pense immédiatement à une dictature», explique Yannick Jadot. Il rappelle au passage que les défilés de 2008 et 2009 se sont faits «devant Bachar al-Assad, ou devant des dictateurs africains comme Ali Bongo. Faire défiler nos armées devant des personnes qui massacrent leurs peuples, ce n’est pas un signal très positif envoyé à la République».

Cette remise en cause du défilé militaire trouve un écho particulier alors que la France a perdu sept soldats ces derniers jours en Afghanistan. Une raison pour laquelle de nombreux dirigeants socialistes ont pris leurs distances avec les Verts. Ségolène Royal, partisane de l’intervention de l’armée dans les établissements scolaires en difficulté, a glissé une pique à la candidate d’EE-LV : «Je dirai simplement qu’Eva Joly est plus douée pour lutter contre la corruption que pour improviser des déclarations.»

Martine Aubry, en visite au forum Libération à Avignon, a écarté la proposition : «J’ai entendu ce qu’a dit Eva Joly. Bien évidemment, ce n’est pas acceptable, ça n’a même pas de sens.» Cette journée fertile en propos corsés – Jean-Luc Mélenchon fustigeant pour sa part «l’excitation de tous ces pisse-vinaigre» – aura eu au moins le mérite de tracer les lignes de front autour de la candidate écolo.

(1) Point atteint dans une conversation où les opposants se traitent de nazis rendant stérile tout débat. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Yannick Jadot réaffirme qu’Ali Bongo est un dictateur
Attaqué en diffamation et injure par le président gabonais, Yannick Jadot, l’ancien porte-parole d’Eva Joly, la candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle française, a réaffirmé le 15 décembre dernier devant le tribunal correctionnel de Paris qu’Ali Bongo Ondimba, qui préside le Gabon depuis la fin 2009, est un «dictateur». A la suite d’une plainte déposée par le président gabonais, Ali Bongo Ondimba contre l’ex-porte-parole d’Eva Joly, candidate d’Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle française, pour injure et diffamation, Yannick Jadot, a réaffirmé le 15 décembre dernier devant le tribunal correctionnel de Paris qu’Ali Bongo Ondimba, qui préside le Gabon ...
Lire l'article
Diffamation: procès le 15 décembre de Yannick Jadot poursuivi par Ali Bongo
Yannick Jadot, l'ancien porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, comparaîtra le 15 décembre devant le tribunal correctionnel de Paris où il est attaqué en diffamation par le président gabonais Ali Bongo Ondimba | Bertrand Guay Yannick Jadot, l'ancien porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, comparaîtra le 15 décembre devant le tribunal correctionnel de Paris où il est attaqué en diffamation par le président gabonais Ali Bongo Ondimba, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires. Interrogé par l'AFP, l'avocat de Yannick Jadot, Me William Bourdon, a assuré que son client serait présent ...
Lire l'article
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Communiqué de Presse - Plateforme Citoyenne – le 31 juillet 2011 Ayant été choquée par l’information divulguée le 21 juillet 2011 par le Washington Post selon laquelle le dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba avait, une fois de plus, dilapidé l’argent du Gabon dans l’achat, à hauteur de 6,5 millions de dollars, de la villa huppée du défunt Ted Kennedy sise au 2416 Tracy Place NW à Washington, DC, la Plateforme Citoyenne, une organisation de Gabonais activistes, appelle la communauté gabonaise et les amis du Gabon résidant dans ce pays à un sit-in de protestation le lundi 22 août prochain à 10h00 ...
Lire l'article
Après l’annonce d’une plainte d’Ali Bongo contre Yannick Jadot pour injure et diffamation, les avocats du président gabonais ont lancé une pique à Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle française. Dans leur communiqué publié le 24 juillet, Patrick Maisonneuve et Georges Arama estiment qu’«Eva Joly ne devrait pas confondre ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques». Le ton est donné pour ce qui s’annonce comme le feuilleton judicaire de la saison au Gabon. Après la plainte d’Ali Bongo contre Yannick Jadot, porte-parole d’Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle française, pour ses propos rapportés ...
Lire l'article
Dans un communiqué parvenu ce dimanche à la Rédaction de GABONEWS, les avocats du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, notamment Maître Patrick Maisonneuve et Maître Georges Arama, tous deux avocats au Barreau de Paris (France), ont invité Madame Eva Joly, à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques ». Les avocats du président de la République gabonaise montent ainsi au créneau suite à tous les amalgames nés des propos de Yannick Jadot, porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle française, Eva Joly, tenus récemment dans le quotidien français ...
Lire l'article
La présidence gabonaise décide d’ester en justice le porte-parole d’Eva Joly
La présidence gabonaise portera plainte contre Yannick Jadot, porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle française de 2012, Eva Joly pour des propos tenus dans le journal français Libération, selon un communiqué officiel. ‘’La présidence gabonaise, va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation contre M. Yannick Jadot, porte-parole de Mme Eva Joly, pour les propos qu’il a tenus et qui ont été rapportés par le quotidien Libération dans son édition du 16 juillet 2011 « Contre Eva Joly, le défilé des gros sabots »’’, selon le communiqué ‘’La présidence de la République tient à préciser ...
Lire l'article
Gabon: plainte contre Yannick Jadot
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba va porter plainte contre Yannick Jadot, porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle Eva Joly, pour des propos tenus dans le journal Libération, selon un communiqué. "Le président Ali Bongo Ondimba, chef de l'État gabonais, va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation contre Yannick Jadot, porte-parole de Mme Eva Joly, pour les propos qu'il a tenus et qui ont été rapportés par le quotidien Libération dans son article du 16 juillet 2011:"Contre Eva Joly, le défilé des gros sabots". "La présidence de la République gabonaise tient à préciser ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié ‘’d’inacceptable’’ la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon, où quelque 4700 immigrés en provenance de 14 pays africains, ont été expulsés début juin, pour s’être livrés sur le site au braconnage à grande échelle des éléphants de l’ordre d’une vingtaine par jour et à l’exploitation anarchique de l’or. ’Ce qui se passait à Minkébé, ce sont des choses qui ne sont pas acceptables’’, a déclaré, mardi à Lambaréné, le chef de l’Etat gabonais, au cours d’une conférence de presse, au terme de son séjour dans le Moyen-Ogooué (centre) ...
Lire l'article
Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd'hui qu'"on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète" au lendemain de la mort du président du Gabon Omar Bongo, "symbole" selon lui de "la Françafrique". "On ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de la planète. Tous ceux qui sont attachés à la démocratie ne pleureront pas la mort du président Bongo", a déclaré M. Mamère, interrogé sur France Inter. Selon lui, Omar Bongo "était le symbole de tout ce que nous dénonçons depuis 30 ans, c'est-à-dire la Françafrique, ces relations incestueuses, mafieuses ...
Lire l'article
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate (BDP-Gabon Nouveau, 25 mai 2007) - Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d'opposition gabonais en exil, condamne avec la plus grande vigueur la réception, ce vendredi 25 mai, du dictateur gabonais Omar Bongo par Nicolas Sarkozy. Le BDP-Gabon Nouveau déplore que le nouveau président français, confirmé au pouvoir il y a à peine une semaine, ait choisi d'inaugurer son règne par l'arrogante affirmation des valeurs mafieuses de la françafrique, valeurs qui nient à l'Afrique son droit à l'humanité et dont le Gabon est non seulement le symbole le plus vil, mais aussi le plus affligeant. Le BDP-Gabon Nouveau s'étonne ...
Lire l'article
Gabon : Yannick Jadot réaffirme qu’Ali Bongo est un dictateur
Diffamation: procès le 15 décembre de Yannick Jadot poursuivi par Ali Bongo
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Gabon : Les avocats d’Ali Bongo persiflent Eva Joly
Les Avocats d’Ali Bongo Ondimba invitent Eva Joly à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques
La présidence gabonaise décide d’ester en justice le porte-parole d’Eva Joly
Gabon: plainte contre Yannick Jadot
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié d’inacceptable la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon
Bongo: “une crapule disparaît”(Mamère) Le député Noël Mamère (Verts) a affirmé aujourd’hui qu'”on ne va pas pleurer sur une crapule de plus qui disparaît de
Le BDP-Gabon Nouveau condamne la réception du dictateur gabonais Omar Bongo par Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 16 Juil 2011
Catégorie(s): Monde,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*