Socialisez

FacebookTwitterRSS

Mariages: vers une année record au Gabon (REPORTAGE)

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2011
Catégorie(s): Culture,Société

L’année 2011 se présente au Gabon comme celle de tous les records au niveau des mariages tant coutumiers que civils à la lumière du nombre croissant des célébrations observées depuis mai dernier à travers le territoire national.

Jeudi, 13 aout, la matinée s’annonce ensoleillée. Dans les jardins de l’Hôtel de ville de Libreville, des hôtesses moulées dans des jupes uniformisées accueillent les invités et peaufinent le scénario de l’arrivée des futurs mariés.

Dans le parking, des dizaines de véhicules de toutes marques et des bus, décorés de ruban blanc, rose ou bleu, prennent position.

A l’intérieur de la salle des fêtes, plusieurs femmes se distinguent par leur coiffure des grands jours, relevés par des chapeaux. A leur côté, les époux, eux-aussi endimanchés, échangent de chaudes poignées de main.

La cérémonie commence devant les témoins des conjoints et une assistance qui applaudit inlassablement après le ”oui” prononcé par les jeunes mariés.

La veille, tradition oblige, le couple avait reçu l’onction des deux familles lors d’un mariage coutumier, de plus en plus célébré, à travers le pays.

GENS DE TOUS LES MILIEUX

Des gens de tous âges, de toutes conditions, de tous les milieux et de plusieurs nationalités adoptent ce rituel.

Mais, cette année, selon les témoignages, il est susceptible que l’on s’achemine vers une cuvée exceptionnelle. Les deux formes d’union, légale ou traditionnelle, suscitent un réel engouement.

Devant un tableau où s’affichent les bans, Marcellin B, employé municipal, avoue que la liste est loin d’être exhaustive.

”De nombreuses personnes en particulier des jeunes ont déjà manifesté leur désir de s’unir légalement ici. Nous célébrons parfois une dizaine de mariage, par jour’’, avec des pics, le vendredi, informe-t-il.

Phénomène visible dans les rues embouteillées de Libreville où circulent des cortèges nuptiaux très bruyants, sous escorte de la police.

” Le mariage reprend ses droits dans nos familles qui devenaient dangereusement monoparentales”, se réjouit Angèle, enseignante retraitée, bien instruite sur ”ce mouvement” dont elle dit qu’il est ” une chance pour la société”.

MARIAGE, FONDEMENT DE LA FAMILLE

” Aujourd’hui, ne laissons pas les jeunes filles et garçons dans les bas-fonds et les marécages alors qu’il faudrait oser leur proposer les sommets. Éduquer, c’est tirer vers le haut. Et non vers le bas. C’est pour vous dire que nous parents, nous devons expliquer à nos enfants le sens du mariage et notamment son caractère sacré, fondement de la famille », a-t- elle poursuivi.

Marguerite, veuve, mère de 5 enfants, secrètement déchirée par la séparation récente d’un être bien-aimé, parle, elle, en femme plus avertie: ” je ne suis pas gênée à l’idée de me remarier, c’est une quête permanente. J’y ai trouvé le bonheur”.

Au terme de 30 ans de vie commune, Norbert et Jeanne, choisissent de donner une forme légale à leur relation en présence de leurs enfants et petits-enfants, en admiration devant leur mamy et papy.

Le brave homme qui parle longuement et avec beaucoup d’affection se présente chez le Maire pour la ” consécration juridique d’un rêve très ancien” de sa relation conjugale demeurée depuis des lustres au stade du concubinage.

« Je me suis décidé après moult menaces de ma belle famille qui ne supportait plus de nous voir ainsi. C’était maintenant ou jamais », reconnait –il.

” Ah la saison sèche ! Elle nous fait vivre des moments agréables. Cette période est propice aux mariages coutumiers, occasion des retrouvailles, d’agapes et de culture”, se délecte Joseph M, fonctionnaire, en vacances à Ntoum, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale gabonaise.

Lui qui s’émerveille devant le ”retour en force” de ses compatriotes aux valeurs traditionnelles, estime que ce regain d’intérêt découle de l’importance donnée par les plus hautes autorités au mariage coutumier qui devrait être légalisé et mieux encadré.

La revalorisation attendue de cette forme d’union ravit, Marie-Édith S., un peu plus de la vingtaine. Resplendissante de beauté, parée de pagne et foulard, elle s’apprête à recevoir, à Okala, quartier du 1er arrondissement de Libreville, la ”bénédiction” de son oncle avant de pouvoir, selon les us et coutumes, prendre place aux cotés de son partenaire.

Auparavant, des orateurs, maniant la rhétorique, se livraient à des débats entrecoupés de conciliabules, de paiement de pénalités pour retard, absence d’un symbole fort …

L’un des grands moments demeure, sans conteste, la remise de la dot, sorte de présent, au montant varié, sous le regard des familles des conjoints, amis et connaissances.

Des objets tels que la lime doivent figurer sur la liste déclinée les parents de la future mariée.

” Chez les Fangs du nord du Gabon, nous faisons la différence entre les limes. A un mariage coutumier, il est impératif de présenter une lime dont la durée de vie est de 10 ans. Elle doit être de couleur grise, plus résistante pour les travaux champêtres. C’est une manière d’honorer sa belle-famille”, éclaire Gervais, gérant d’un libre-service où se sont écoulés des produits (tissu, boisson, machette…) incontournables dans un mariage à la coutume.

RETOMBEES ECONOMIQUES

Dans cet exercice, chacun y trouve son compte. Les retombées économiques sont réelles.

Des tailleurs reçoivent, par vagues, des commandes au point d’en être débordés. Des traiteurs livrent des repas dans la limite des commandes. Les structures spécialisées dans la sonorisation font également recette. Les plus sollicitées sont celles qui louent chaises et tentes (VIP ou standards).

A noter que les meilleurs artistes et autres humoristes s’arrachent à prix d’or afin d’agrémenter la fête.

Toutefois, derrière ces images se cache une autre réalité.

”Nombre de mariages sont conclus sans représentants de famille’’, révèle Lydie.

« Une amie s’est récemment mariée, à Libreville, à l’insu de sa famille. Il y avait tout juste 4 personnes devant l’officier d’État-Civil. Et, cette pratique est courante », soutient-elle.

RENCONTRE SUR FACE-BOOK

Mademoiselle Lydie rapporte que sa copine a épousé un européen après des échanges réguliers sur Face-Book. Un an plus tard, ce dernier débarque au Gabon pour les formalités de mariage… et hop, les deux tourtereaux mettent le cap sur l’Europe.

Sacrilège ! S’écrit, Harouna M, commerçant nigérien qui condamne, avec véhémence, le geste de celle ayant convolé en noces, à huis-clos, sans les siens.

” Même si Internet nous apprend à vivre avec notre temps” et ”avoir des idées larges’’, il y a des ”lignes à ne pas franchir”, s’irrite son compatriote Moussa T.

Comment éviter autant de souffrance et de torture morale, devenues des réalités ordinaires aux parents?

Un chercheur suggère que ”si, dans la vie quotidienne, les adultes sont pleins de bon sens et pleins de légitime attention, les pouvoirs publics devraient favoriser leur accès à la radio et télévision notamment pour des interventions et conseils.

Il part d’un constat: ” Les questions et les éclairages des parents sont rares dans les médias. Ils abandonnent souvent leur légitime esprit critique et leur capacité de discernement à des gens qui pensent pour eux et sont plus savant qu’eux”.

Une adresse également en direction des mouvements associatifs aussi bien laïcs que chrétiens ou musulmans aux fins de sensibiliser sur le mariage au moment où cette institution reprend du poil de la bête.
 


SUR LE MÊME SUJET
La Société gabonaise de raffinage (Sogara) vient d’annoncer une production record de 926 000 tonnes pour le compte de l’année 2011. Le directeur de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), Pierre Reteno Ndiaye, vient d’annoncer une production de 926 000 tonnes en 2011 contre 900 000 tonnes en 2010. Le patron de la Sogara a également annoncé un objectif de 950 000 tonnes en 2012. La SOGARA produit du fuel, du bitume, du gasoil, de l’essence, du kérosène et d’autres hydrocarbures comme le pétrole lampant et le gaz. 80% de sa production est destinée au marché national dont les besoins sont ...
Lire l'article
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
Le directeur général de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), Pierre Reteno Ndiaye a récemment annoncé à son personnel que la société avait atteint son record de production en 2011 avec 926 000 tonnes contre 900 000 tonnes en 2010. La SOGARA qui envisage de raffiner 950 000 tonnes d’hydrocarbures en 2012 a toutefois rencontré courant 2011 des difficultés d’ordre technique, notamment avec des outils de production vieillissants. La SOGARA qui produit différents hydrocarbures, possède un capital de 1,2 milliard de francs CFA réparti entre Total (43,84%), l’Etat gabonais (25%), Portofino Assets Corporation (16,99%), Petro Gabon (11,67%) et l’Italien ENI International (2,50%). La ...
Lire l'article
Le projet de construction de la Zone économique Spéciale (ZES) de Nkok, de plus de 800 millions de dollars américain, sur une surface de plus de 1126 hectares, prend forme chaque jour avec un rythme de travail intense imprimé dans ce chantier par l’investisseur, la multinationale OLAM et ses sous traitants, et qui devrait offrir d’opportunités énormes dans la réalisation du Gabon industriel prôné par le président de la République, Ali Bongo Ondimba. D’emblée, à l’approche de ce site, les voies d’accès, 2x2, surplombées de lampadaires, s’offrent au regard du citoyen médusé. Et selon Thérence Onganga, assistant responsable de ce projet ...
Lire l'article
L’athlète gabonaise Ruddy Zang Milama a battu son propre record sur 100 m avec un chrono de 11’’09, vendredi dernier au stadium d’Albi, dans le sud de la France, s'ouvrant la voie des prochains championnats du monde prévus du 27 au 4 septembre prochain à Daegu en Corée du sud. Agée de 24 ans, la recordwoman gabonaise a déjà raflé plusieurs podiums, au cours de sa carrière qui s’annonce brillante. En 2010, elle a terminé troisième sur 60 m aux championnats du monde en salle à Doha (Qatar) et 3ème au 200m, lors des derniers championnats d’Afrique au Kenya. Soutenue par la ...
Lire l'article
La mise en circulation, il y a quelques semaines, des nouveau bus réceptionnés par la Société Gabonaise de Transport (SOGATRA), aiguisent la curiosité des Librevillois, qui y ont adhérer massivement et qui en demandent davantage pour couvrir toute la ville, a constaté GABONEWS. SUCCES MANIFESTE Intense activité à la gare routière de Libreville. Comme à l’accoutumée le transport en fait souvent les frais. Les embouteillages incitent les conducteurs au cafouillage. Se muant en chauffards, ils alimentent alors les jurons et autres mouvements d’humeur. Chaleur intense. Il y a des jours comme ça, les taximen sont difficiles. Pour les courtiser, il ...
Lire l'article
Chers Amis, Avant toute chose, je voudrais vous adresser mes vœux les meilleurs pour cette nouvelle année 2010. Je sais pertinemment que, vu mon retard, tout vous a déjà été souhaité : Amour, Ardeur, Argent…, toutes ces choses, commençant par A, B… si éphémères, si précaires et si commerçables. Aussi, voudrais-je moi, à mon tour, m'attarder sur celles qui le sont moins ; moins infidèles, moins vulnérables, moins négociables... Je souhaite donc que cette année 2010 soit celle qui libérera ENFIN chacun de NOUS, filles et fils du Gabon, de notre esclavage mental ; fruit de 50 ans d'escroquerie coloniale, dont 43 ...
Lire l'article
Depuis cinq jours, les habitants de Libreville connaissent une pénurie de taxis, occasionnée par des mesures répressives de la mairie contre le non paiement, par les trois quarts des propriétaires de véhicules servant de transport urbain, de la patente et de la taxe municipale comptant pour l’exercice budgétaire 2009, a constaté GABONEWS. Usagers massés le long des artères, bagarres et bousculades – assorties de petits vols - pour emprunter les rares taxis qui circulent, telle est la scène qui s’offre, depuis cinq jours, à l’œillade de celui qui pratique la circulation urbaine de Libreville aux heures ...
Lire l'article
Le leader de la téléphonie mobile en Afrique, Zain, a annonce des résultats financiers record pour l’exercice 2008, avec des revenus en hausse de 26% pour atteindre 7,44 milliards de dollars. Le groupe annonce une augmentation de 50% de sa clientèle sur l’exercice 2008, avec une augmentation du bénéfice net de 6% qui fait prendre 0,33 dollars à l’action en bourse. 1,8 milliards de dollars seront dégagés pour l’investissement pour étendre et renforcer son réseau. La dégradation de la conjoncture économique mondiale n’a pas empêché le groupe Zain, leader de la téléphonie mobile en Afrique, de réaliser au ...
Lire l'article
Le prix du pétrole brut a dépassé le seuil de 139 dollars le baril pour la première fois vendredi 6 juin, réalisant un envol jamais vu en une séance. A 20 h 45 (heure de Paris), sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juillet a touché le niveau sans précédent de 139,01 dollars, tandis que sur l'Intercontinental Exchange de Londres, le baril de brent de la mer du Nord est monté jusqu'à 138,12 dollars. Des tarifs qui effacent largement les précédents records du 22 mai où le baril avait atteint 135,14 ...
Lire l'article
La Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), filiale du groupe français Eramet, a réalisé en 2007 une production record de manganèse de 3,334 millions de tonnes, en hausse de 12% par rapport à celle de l’année 2006. Dans un communiqué publié jeudi à Moanda (sud est du Gabon) à l’issue de la réunion de son conseil d’administration, la COMILOG indique que son chiffre d’affaires a progressé de 40% et s’établit à 272 milliards de FCFA alors que le résultat d’exploitation a doublé et se chiffre à 79 milliards de FCFA. «Cette progression est le résultat de la croissance chinoise», a affirmé l’Administrateur directeur ...
Lire l'article
Gabon : Production record de 926 000 tonnes à SOGARA
Gabon : La SOGARA a atteint son record de production avec 926 000 tonnes en 2011
Reportage / La zone économique Spéciale (ZES) de Nkok, une voie vers la réalisation du ‘’Gabon industriel’’
La sprinteuse gabonaise Zang Milama bat son record sur 100m en France
Nouveaux bus de la SOGATRA: les Librevillois en veulent davantage (Reportage)
2010 : Année de l’Exploit…
Gabon: Les usagers de Libreville confrontés à une vaste pénurie de taxis (Reportage)
Gabon: Economie : Des résultats record pour Zain en 2008
Le prix du pétrole bat un nouveau record et s’approche des 140 dollars
Production record de manganèse au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2011
Catégorie(s): Culture,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*