- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon: Pour une justice à l’abri des tentations

Chaque premier lundi du mois d’octobre, Cours et Tribunaux procèdent à la relance de leurs activités. La tradition a été respectée. En effet, le premier président de la Cour des Comptes, Gilbert Ngoulakia a présidé lundi dernier à dans la salle d’audience du Tribunal de Première Instance de Libreville, la cérémonie solennelle de rentrée des Cours et Tribunaux pour l’exercice 2011-2012, en présence du Chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, par ailleurs Président du Conseil Supérieur de la Magistrature. A constaté un journaliste d’Infos Gabon.

Pour Gilbert Ngoulakia, l’année judiciaire écoulée s’est déroulée normalement en dépit de quelques difficultés rencontrées par les juges dans l’exercice de leurs fonctions. Les données résultant de l’activité de chaque juridiction peuvent le confirmer. 256 décisions ont été rendues au niveau de la Cour de Cassation,1459 au niveau de la Cour d’Appel judiciaire de Libreville, 115 au niveau de la Cour d’Appel de Port-Gentil dans la Province de l’Ogooué-Maritime (ouest), 228 à celle de Franceville dans le Haut-Ogooué (sud-est) et 17 au niveau de la Cour d’Appel Administrative.

Au sein des Tribunaux de Première Instance, celui de Libreville a battu le record des décisions rendues avec 18 046 au total.

Le premier président de la Cour des Comptes a indiqué qu’il n’y a point de développement économique en l’absence d’un pouvoir judiciaire indépendant, cohérent et à l’abri des tentations. D’où son appel au corps judiciaire à jouer en toute quiétude leur rôle qui est celui d’appliquer et de faire respecter les textes législatifs et réglementaires en vigueur sans tenir compte des menaces et autres chantages et trafics d’influence.

M. Ngoulakia a expliqué que la dépendance de la justice peut résulter de l’influence du pouvoir si celui-ci a les allures d’une dictature, mais aussi de la force de l’argent qu’offrent les corrupteurs actifs qui peuvent être des parties craignant de perdre le procès, des hommes d’affaires, des membres des ONG, des syndicalistes ou des hommes et des femmes politiques de tous bords.

« La justice doit être crédible. Une crédibilité se traduisant et se justifiant par l’acceptation des décisions juridictionnelles par les justiciables ainsi que par les effets positifs et dissuasifs desdites décisions », a-t-il conclu.

Auparavant, Mme le Procureur Général près la Cour des Comptes représentant le ministère public, Charlotte Mpaga a tressé des lauriers au Président Ali Bongo Ondimba pour sa volonté de hisser le Gabon au rang des Nations dites Emergentes. Pour cela, elle a apprécié les différentes réformes et nombre des chantiers engagés à Libreville et ailleurs dans cette optique. 


SUR LE MÊME SUJET
Une tornade a ravagé lundi soir de nombreuses habitations dans plusieurs quartiers de Makokou, chef-lieu de la province de l'Ogooué-Ivindo, dans le nord-est du Gabon, faisant de nombreux sans abri. Plusieurs maisons ont eu leurs toitures emportées et des éboulements de terrains se sont produits un peu partout dans la ville. Bananiers et branches d’arbres ont été emportés par la bourrasque qui, heureusement n’a fait aucune victime. Un véritable spectacle de désolation s’est offert au regard au lendemain du passage de la tornade qui a également causé d’importants dégâts matériels à Massaha, village situé à 58 km à l’est ...
Lire l'article [1]
La cour de cassation a autorisé ce mardi après-midi la reprise de poursuites judiciaires sur le patrimoine immobilier significatif dont disposent en France les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée Équatoriale. Voilà une décision dont l'Elysée se serait bien passé. La Cour de cassation a autorisé mardi après-midi la reprise de poursuites judiciaires concernant l'important patrimoine immobilier accumulé en France par trois chefs d'Etats africains. Les personnalités visées sont le président gabonais Ali Bongo, le président congolais Denis Sassou Nguesso et le président de la Guinée Equatoriale Téodoro Obiang Nguema ainsi que leurs familles. Sherpa (www.asso-sherpa.org/) et Transparency ...
Lire l'article [2]
Le 4 octobre dernier, pour répondre à un rituel qui se déroule depuis de nombreuses années, en cette période, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, en présence des présidents des institutions républicaines, des invités de marque et des membres du gouvernement, a assisté à la cérémonie solennelle de la rentrée judicaire au tribunal de Libreville où les magistrats ont, dans leur propos, voulu l’émergence d’une justice pour tous. En effet, ce dessein participe, de fait, à l’envie de s’arrimer au contexte actuel, prôné par le président de la République, qui veut inscrit le Gabon dans le giron des ...
Lire l'article [3]
La Cour d'appel de Paris a annoncé le 17 september qu'elle rendrait le 29 octobre prochain son verdict sur l'autorisation au juge d'instruction d'enquêter sur les «Biens mal acquis» de chefs d'Etats d'Afrique centrale en France. Cette décision doit trancher sur l'appel du parquet de Paris suite au feu vert du doyen des juges d'insctruction pour ouvrir une information judiciaire sur cette affaire qui butte depuis plusieurs années sur l'immunité diplomatique des personnes visées. © D.R. En France, Transparency International mène des actions pour dénoncer les prétendus "Bien mal acquis" des chefs d'Etats africains, ici devant ...
Lire l'article [4]
Elle refuse d’annuler les saisies de neuf comptes bancaires du président gabonais Le juge d’exécution du tribunal de grande instance de Paris a refusé, mardi, d’ordonner la mainlevée des saisies de neuf comptes bancaires appartenant au président Omar Bongo Ondimba. Ces comptes, domiciliés à la BNP-Paribas et au Crédit Lyonnais, en France, avaient été bloqués en février après une décision de la cour d’appel de Bordeaux. A Monaco, dans "l’affaire des biens mal acquis", une enquête judiciaire ordonnée par la justice de la principauté révèle l’existence de deux comptes au nom de la défunte première dame du Gabon, Edith Bongo. Mais ...
Lire l'article [5]
La cérémonie officielle de rentée judiciaire 2008 – 2009 du tribunal de 1ère instance de Mouila mardi a été précédée lundi de l’installation de trois nouveaux magistrats et un greffier. Le cérémonial conçu et présidé par le président du tribunal Rufin Dikoumba a en présence du Gouverneur de Province de la Ngounié, Michel Mouguiama a prévu la présentation du bilan de l’année judiciaire écoulée et l’installation des agents nouvellement affectés. Le procureur de la république, François Bouka Mombo dressant le tableau des grands moments qui ont marqués le déroulement de l’année judiciaire écoulée s est déterminé à poursuivre « les efforts ...
Lire l'article [6]
Le nouveau premier président de la Cour de cassation, Simon Allogho Eya, promu le 4 décembre dernier lors du Conseil supérieur de la magistrature a officiellement pris ces fonctions ce jeudi au Palais de justice de Libreville. Magistrat hors catégorie, Simon Allogho Eya, est né en 1945 dans la province du Woleu – Ntem (nord). Titulaire de plusieurs diplômes en science juridique, il a été président de chambre, avant ses fonction actuelle. Simon Allogho Eya remplace Antoine Guéma Essone (en poste depuis 1994), promu Haut commissaire à la présidence de la République chargé de la juridiction internationale et de l’OHADA. « Hier ...
Lire l'article [7]
Cinq magistrats promus à la Cour de cassation, dont deux présidents et trois conseillers, ont pris leur fonction ce vendredi à la faveur d’une cérémonie solennelle organisée au tribunal de première instance de Libreville. Jean Marie Ntoutoume et Mme Mbazabany Nelmatha entrent à la Cour de cassation en qualité de présidents et les autres membres en tant que conseillers. L'année judiciaire écoulée a été marquée par l'absence de cohésion dans la prise de décision entre les magistrats et les auxiliaires de justice d'une part, et entre les magistrats et les officiers de police judiciaire, d'autre part. En 2007, la Cour de cassation ...
Lire l'article [8]
Le Premier ministre gabonais a ouvert mercredi à Libreville, les premières rencontres Afrique-Europe des huissiers de justice, sur le thème : ''L'huissier de justice tradition et modernisme'', a constaté l'AGP. ''Ces travaux vous permettront d'échanger d'expériences. Il importe à l'huissier de reconnaître les prérogatives que lui confère la loi'', a déclaré le premier ministre. Pour sa part, la présidente de la chambre nationale des huissiers de justice du Gabon, Eliane Oberdeno a indiqué que le présent forum prévu pour durer trois jours servira à réfléchir sur les échanges réguliers visant à améliorer l'expertise des membres de l'Union internationale des huissiers de justice. ''Il ...
Lire l'article [9]
Au moment où, à l’échelle de la planète, la justice internationale encore balbutiante et en phase de recherche amorce son tournant majeur depuis bientôt un mois, la nouvelle du déplacement en équipage renforcé, du 22 juin au 3 juillet, en terre gabonaise, d’une délégation de la Coalition pour la Cour pénale internationale (CPI), conduite le Coordonnateur du Bureau régional Afrique, Me Francis Dako, donne à penser que l’enjeu de cet événement reste le renforcement de la coopération judiciaire entre cette institution et le gouvernement, d’autant que la scénographie de cette visite prévoit notamment des séances de travail avec le Garde ...
Lire l'article [10]
Une tornade fait des sans abri dans le nord-est du Gabon
La justice française va enquêter sur le patrimoine de trois chefs d’Etats africains (Ali Bongo, Sassou Nguesso, Obiang Nguema)
Politique / Pour la Première rentrée judiciaire d’Ali Bongo Ondimba, les magistrats souhaitent l’émergence d’une justice pour tous
Justice : Paris décidera le 29 octobre pour l’enquête des «Biens mal acquis»
La justice française ne lâche pas Omar Bongo
Gabon: Justice : la rentrée judiciaire du tribunal de Mouila s’effectue sous fond de déficit en personnel
Gabon: Justice : Simon Allogho Eya prend les manettes de la Cour de cassation
Gabon: Justice: la Cour de cassation se renforce avec l’arrivée de cinq membres
Gabon: Justice : Le Premier PM ouvre les premières rencontres Afrique-Europe des huissiers de justice
Gabon: Justice / La coalition pour la Cour pénale internationale (CPI)à Libreville, l’intégration du Statut de Rome en toile de fond