Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : CAPO envahit la gare routière de Libreville

Auteur/Source: · Date: 12 Oct 2011
Catégorie(s): Education

Las de leurs difficultés à rallier la banlieue Sud de Libreville où se trouve leur établissement scolaire, les élèves du Lycée technique national Omar Bongo, communément appelé Capo, ont procédé à une manifestation, le 11 octobre, à la gare routière de Libreville. L’année scolaire pourrait être donc mouvementée, si des solutions ne sont pas trouvées.

Connus pour leur esprit vindicatif, les élèves du Lycée technique national Omar Bongo ont envahi la rue, le 11 octobre, en milieu de matinée à l’ancienne gare routière de Libreville, rapporte le quotidien “Gabon Matin”. Ce mouvement d’humeur avait pour mobile la difficulté pour ces élèves de rallier Owendo, la banlieue sud de Libreville, où se trouve leur établissement scolaire.

«Il n’y a pas de jours où nous ne sommes confrontés aux problèmes de transport (…) il faut que les pouvoirs publics trouvent des solutions», explique Arielle, une élève abordée par “Gabon Matin”. «L’absence de bus au Gabon est fréquent (…) Cette situation cause malheureusement beaucoup de dommages, notamment le retard des élèves dans leurs lieux d’apprentissage. Le mouvement d’humeur des élèves est une colère, car certains chauffeurs de bus de la Sogatra ont décidé de ne plus circuler dans la zone d’Owendo», précise Randy, un autre élève.

Unique société de transport urbain, la Société gabonaise de transport (Sogatra) ne dispose de 80, assure le quotidien. Il est donc difficile pour elle de quadriller efficacement la capitale gabonaise. Une source sûre de cette entreprise, cité par “Gabon Matin”, assure qu’il «faudrait au moins 200 bus pour arriver à desservir toute la ville de Libreville et ses environs.»

Par ailleurs, les taxi-bus rouges et blancs, empruntés en recours par ces élèves, boudent la ligne d’Owendo sur laquelle sont érigés de nombreux postes de contrôle. Et, il est de notoriété publique au Gabon, qu’à chacun de ces contrôles, les taximen doivent graisser la patte aux agents des forces de l’ordre et de défense, parfois postés sur de courtes distances pour un seul et même corps.

“Gabon Matin” indique que «les usagers de l’axe pont Nomba-Lycée technique, par exemple, constatent qu’entre ces deux distances, il y a de nombreux contrôles de la gendarmerie». Ce qui est tout de même absurde sur une ligne littéralement droite et donnant au cul-de-sac qu’est Owendo.

On ose croire que l’alerte sonnée par les élèves de CAPO, sera entendue par les pouvoirs publics qui devront étoffer davantage le parc automobile de la Sogatra et réduire ces contrôles qui s’appliquent quotidiennement sur les mêmes véhicules. Le Lycée technique national Omar Bongo, communément appelé Capo du fait de s’être jadis dénommé Centre d’apprentissage professionnel d’Owendo (CAPO), est le «porte-étendard des établissements scolaires dans les manifestations», rappelle “Gabon Matin”. Il faut donc éviter une récidive qui pourrait se contaminer à d’autres établissements secondaires.

Publié le 12-10-2011 Source : Gabon Matin Auteur : Gaboneco
 


SUR LE MÊME SUJET
La gare routière de l’axe Franceville-Moanda a été délocalisée du quartier Maba pour la sortie Ouest de la ville depuis plusieurs semaines, a constaté l’AGP. C’est une vieille promesse de l’autorité municipale qui vient de connaître son aboutissement en raison de plusieurs manquements constatés. Les taxis qui, habituellement débarquaient à plusieurs kilomètres les populations des quartiers Mabuku, Mingara, Petit Paris et Mbaya sont dorénavant forcés d’arriver au terminus afin de mieux profiter. Sur le coup, ils satisfont le vœu des populations jadis brimées, car celles-ci allaient jusqu’au déboursement des sommes pharamineuses pour se rendre à quelques pas de chez eux. Cette délocalisation a eu ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - Le retour des commerçants Nigérians sur le site abritant l'ancienne Gare routière de Libreville a provoqué mercredi un tollé chez leurs collègues Gabonais, rapporte l'AGP. L'organisation du commerce sur ce site, situé près de Mont-Bouët, principal marché de la capitale gabonaise, avait été interdite, selon une décision municipale mardi. Plusieurs commerçants (Nigérians, Gabonais, Ghanéens) ont été appelés à quitter les lieux pour s'installer à l'intérieur du marché. Cette mesure qui concernait tous les commerçants n'a pas été respectée par les vendeurs Nigérians, lesquels ont réinvesti le site, provoquant un tollé chez les commerçants gabonais, selon des journalistes de l'AGP. ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Un incendie ravageur vient de réduire en cendres des habitations et des box situés aux abords de l’ancienne Gare routière, dans le prolongement du marché Mont Bouët de Libreville, ce mardi, aux alentours de 23 heures trente locales, a constaté GABONEWS. Actualité du :16/09/2009 Le drame, deuxième du genre, quasiment au même endroit, en moins d’un mois, est parti d’une bâtisse - dont le rez-de-chaussée abrite des boutiques et l’étage des habitations – avant de se propager dans les environs, en raison du retard accusé par les sapeurs pompiers et ...
Lire l'article
LIBREVILLE, (AGP) - Le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, est descendu ce jeudi à l'ancienne gare routière de la ville pour relancer l'opération de déguerpissement des commerçants qui occupent anarchiquement l'espace, a constaté l'AGP. Il y a environ six mois une opération similaire avait été lancée pour déguerpir les commerçants qui vendaient à même le sol, obstruant l'entrée du marché de Mont-Bouët, en bordure des chaussées, avec tous les risques que représente le passage des véhicules. ''L'ancienne gare routière est réservée pour des travaux d'aménagement, ce grand espace n'est pas pour les commerçants'', a répété M. Ntoutoume Emane aux ...
Lire l'article
Libreville, 21 août (GABONEWS) - Depuis l’incendie qui a ravagé le marché Mont-Bouët de Libreville, dans le 3ème arrondissement, il y a quelques jours, force est de constater le retour à la physionomie d’antan, avec de nombreux commerçants qui ont désormais pris d’assaut l’ancienne Gare routière. En effet, à l’ancienne gare routière, les commerçants qui exercent à ciel ouvert exposent des victuailles de tout genre à même le sol. Une situation d’autant plus déplorable qu’il en va de la santé de la population gabonaise qui se ravitaille dans ce lieu. Un autre aspect non négligeable est celui de l’insécurité. Cet esplanade qui ...
Lire l'article
Une gare routière, créée spontanément au PK 12 sur la route nationale n°1, rend difficile la circulation où des embouteillages monstres sont constatés en permanence, a relevé le correspondant local de l'AGP. Cette gare est surtout le lieu de départ et d'arrivée des ''clandos'' véhicules à usage de transports en commun clandestin desservant les villages, Essassa, Nkok, Bizango-Bibéré. L’érection de cette gare routière par les transporteurs présente un réel danger pour les piétons et autres riverains, qui côtoient tous les jours les grumiers, gênés par des véhicules mal garés, à l'embarquement ou à la descente des passagers. Le porte-parole des transporteurs, Adamou, s'est ...
Lire l'article
Certains propriétaires des échoppes démolies à l’ancienne gare routière par la direction de la Propreté et de la gestion des déchets urbains à la mairie de Libreville, se sont mués en commerçants ambulants dans les artères du marché Mont Bouët. De l’avis des réparateurs et cireurs de chaussures, ayant repris leur place près de l’arrêt-bus, certains commerçants ayant perdu leurs échoppes lors du passage des services de la mairie chargés de la démolition, écoulent actuellement leurs produits à bord des brouettes et des automobiles prêts à déguerpir à la moindre alerte. « Ce sujet n’est pas à l’ordre du jour pour ...
Lire l'article
Les agents municipaux, bénéficiant de l’appui des forces de sécurité, ont démoli dix nouveaux box commerciaux vendredi à l’ex gare – routière de Libreville. L’opération coup de poing s’est déroulée devant les regards impuissants des propriétaires. La mairie de Libreville, reproche aux commerçants d’occuper illégalement les espaces publics placés sous son autorité. La construction desdits box n’a pas obtenu l’approbation de la maire qui veille à la gestion et l’organisation des espaces commerciaux de Libreville. « L’exploitation illicite des espaces publics entraîne un désordre que la mairie ne peut plus accepter », a déclaré l’un des agents municipaux pendant l’opération. Le 19 juin dernier, en ...
Lire l'article
Un vaste réseau de couturiers dits « rapides » s’est installé, depuis peu, sur le site de l’ancienne gare routière de Libreville où accourent, chaque jour, de nombreuses personnes désireuses de se faire confectionner des vêtements dans « les meilleurs délais et à bon prix ». « Ici il n’y a pas de faux rendez-vous comme avec ceux installés dans les quartiers qui ne respectent pas souvent les délais de livraison fixés de commun accord avec les clients. Les vêtements sont toujours livrés dans les délais exigés par le client. Même en moins de 24h. C’est ce qui fait la différence ...
Lire l'article
Depuis quelques années, les citadins de la capitale ont pris l’habitude de parcourir et parfois d’acheter les livres exposés dans les pseudo librairies dites ‘’par terre’’ de la gare routière de Libreville, muées en véritables centres d’approvisionnement des ouvrages d’occasion. Ils sont plus d’une trentaine de commerçants, qui vendent des livres de tout genre dans des box pour certains, ou de manière plus ou moins anarchique pour d’autres, le plus souvent sur les trottoirs de la gare routière et dans certaines ruelles de la capitale. Selon l’un des vendeurs, le ravitaillement en ouvrages de seconde main s’effectue auprès des librairies agréées, dans ...
Lire l'article
La gare routière de Franceville-Moanda délocalisée
Société : Tollé chez des commerçants de la gare routière de Libreville
Gabon: Des habitations et magasins ravagés par un incendie nocturne à la Gare Routière de Libreville
Gabon-mairie: des commerçants de l’ancienne gare routière déguerpis à nouveau
Gabon: L’ancienne Gare routière à nouveau pris d’assaut par les commerçants
Gabon: Une gare routière ’’spontanée’’ cause des embouteillages au PK 12
Gabon: Les expulsés de l’ancienne Gare routière reconvertis en commerçants ambulants
Gabon: Municipalité : Dix box commerciaux démolis par la mairie de Libreville à l’ex gare routière
Gabon: Un réseau de couturiers « express » à l’ancienne gare routière de Libreville
Gabon: Le marché des livres d’occasion d’avantage fructueux à la gare routière de Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Oct 2011
Catégorie(s): Education
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*