Socialisez

FacebookTwitterRSS

Economie / Le développement d’une PME locale freinée par la SEEG

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2011
Catégorie(s): Economie

Las de lutter, Hervé Oyono, promoteur d’une petite et moyenne entreprise (PME) gabonaise dénommée « Tartare Plus », spécialisée dans la restauration rapide, est monté au créneau récemment pour expliquer et évaluer les préjudices de son entreprise causés par ce qu’il a qualifié d’”abus de position dominante de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG)”. Créée en 1992 sur les trottoirs dans l’informel, la PME supposée devenir le « Mc Donald’s » gabonais, n’a malheureusement pu atteindre ses objectifs de départ en près de 20 ans de dur apprentissage suite à un conflit survenu avec la SEEG qui l’a privée de fourniture d’eau et d’électricité durant 789 jours entre 2002 et 2004.

D’où la conférence de presse organisée il y peu par son créateur afin d’analyser l’impact de cette crise sur le développement de l’entreprise au cours de ces dix dernières années de lutte juridique contre la SEEG.

A l’origine, rappelle Hervé Oyono, la SEEG avait également suspendu ses prestations à son domicile, un mois après avoir coupé l’électricité et l’eau de son restaurant pour de supposées pratiques « frauduleuses », bien que non avérées. La SEEG lui avait exigé de payer 2.500.000FCFA (3750 euros environ) allant à l’encontre des décisions du tribunal.

Selon le promoteur de Sauce Tartare, entre 2002 et bientôt 2012, il y a eu douze décisions de justice, soit une rendue presque chaque année et plus de 25 actes d’huissiers de justices ayant abouti seulement à 51 millions de francs CFA en guise de règlement d’astreinte obtenu alors qu’il en réclame encore 500 millions de FCFA au lieu des 2,18 milliards établis sur la base de la logique Scientifique du rapport annuel « Doing Business», au titre du préjudice moral et financier subi par son entreprise.

Le rapport “Doing Business”, établi que l’absence d’électricité fait partie des trois premiers facteurs qui freinent le développement des PME, qui perdent de ce fait 60 heures de travail par an. Sur cette base, le conseil du jeune entrepreneur établi que la SEEG lui a fait perdre 15 780 heures de travail, soit 175,33% de son chiffre d’affaires chaque année représentant un manque à gagner de 2,18 milliards de francs CFA de 2002 à 2004.

« Il se trouve qu’en 1992, nous avons réussi à réaliser un chiffre d’affaires de 20 millions de francs CFA, l’année. La 10e année, nous sommes arrivés à 400 millions de francs CFA de chiffre d’affaires. Ce qui représente près de 1000 personnes reçues par jour, 180 000 personnes durant l’année. Et selon les experts, le chiffre d’affaires de l’entreprise évoluait à un taux de 40% par an. Lorsque le courant est suspendu en 2002, l’entreprise subi un préjudice important: le chiffre d’affaires passe de 400 millions à 200 millions et il est resté à ce niveau deux années durant. Et lorsque le courant est revenu en 2004, le chiffre d’affaires a recommencé à monter en 2005. Les années de crise pèsent cependant sur l’entreprise, elle les porte comme un boulet derrière elle l’empêchant de retrouver sa vitesse de croisière. Et depuis, je me bats pour que le tribunal rende une décision qui condamne la SEEG à me payer le préjudice subi, à réparer les torts qu’elle m’a causé. J’en suis toujours à attendre», a expliqué, preuves à l’appui, Hervé Oyono.

«Je ne demande pas l’aumône, je souhaite que le droit soit respecté, une justice pour tous, une justice qui ne fait pas disparaître les dossiers au tribunal et qui ne roulerait pas pour les mastodontes », a-t-il dénoncé lui qui a saisi plusieurs fois les plus hautes autorités de l’Etat y compris le Premier-Ministre, sans succès.

« Au moment où le Président de la République invite tous les Gabonais et notamment les jeunes à se mobiliser pour l’émergence du pays, la PME Sauce Tartare, présente depuis 20 ans déjà et qui n’a pas fait faillite du fait d’une mauvaise gestion de ses ressources mais plutôt à cause de la mauvaise foi d’une entreprise en situation de monopole, demande que réparation lui soit faite. Afin qu’aucun abus de monopole ne soit plus possible dans notre pays et que le Gabon emboîte le pas des pays émergents tel que l’Afrique du sud », a-t-il conclu en exhortant les autorités à assainir le cadre d’affaires pour permettre aux jeunes Gabonais de se lancer.  


SUR LE MÊME SUJET
Ayant suspendu, sur des motifs sournois, la fourniture de l’eau et de l’électricité à l’entreprise "Sauce Tartare", la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) est attaquée pour un dédommagement des différents préjudices subies par la PME. Dans cette confronation qui figure David et Goliath, Hervé Oyono, fondateur de la PME plaignante, qualifie l’indifférence de la SEEG d’abus de position dominante, déplore des absurdités dans le système judicaire gabonais et en appelle à l’intercession des plus hautes autorités nationales. Au terme de dix ans de combat juridique marqué par douze décisions de justice et plus de 25 exploits d’huissier, Hervé ...
Lire l'article
La direction générale de la société d’énergie et d’eau du Gabon, (SEEG) a souhaité une nouvelle fois, que l’Etat gabonais s’acquitte de sa dette de 18 milliards de francs CFA. Une somme qui représenterait les consommations 2009 et 2010 entre autres, a appris Afriscoop à Libreville. Fort de cette dette, la SEEG a dressé une nouvelle mise en demeure au gouvernement au début du mois d’Avril. Pour rappel, le pic du désamour avait été atteint lorsqu’en février dernier la société avait publié les résultats de son audit. Il en ressortait que la société aurait rempli ses engagements et obligations contractuels principaux en ...
Lire l'article
La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) s’est engagée à injecter cette année 47 milliards de FCFA pour améliorer la qualité de ses services aux clients, selon un rapport du conseil d’administration de l’entreprise dont copie est parvenue lundi à l’AGP. Les sommes l’investies en 2010 (27,5 milliards de FCFA) et en 2009 (18 milliards de FCFA) se sont révélées insuffisantes pour réaliser certains travaux nécessaires à l’amélioration de la distribution de l’eau et de l’électricité sur l’ensemble du territoire national, indique le rapport publié à l’issue du conseil d’administration réuni vendredi dernier à Libreville. Par ailleurs, le ...
Lire l'article
Electricité de France (EDF) a acquis la moitié des parts (51%) détenue depuis 1997 par Veolia dans sa filiale gabonaise de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), a appris l'AGP EDF a racheté 25% des parts de Veolia pour un montant de 975 milliards de FCFA, a indiqué une source proche de la SEEG. La Commission de l’Union européenne (UE) a notifié en début de semaine la transaction autorisant l’acquisition en commun, par Electricité de France (Edf) et Veolia, de 51% du capital de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Au directoire de la SEEG, on ...
Lire l'article
L’Union européenne n’a rien eu à redire sur le rachat de la moitié des 51% des parts de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), détenus par Veolia Environnement SA. La Commission européenne a validé ce 25 janvier le contrôle conjoint de la SEEG par les deux groupes. La Commission européenne a autorisé ce 25 janvier la prise de contrôle commune de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) par Veolia Eau et Electricité de France (EDF), via l'acquisition en commun de la société Veolia Water India Africa, actuellement exclusivement contrôlée par Veolia Eau. ...
Lire l'article
L’audit diligenté par le gouvernement en vue de mettre en lumière les défaillances et les impairs de la Société d’énergie et d’eau Gabon (SEEG) devrait être publié à la mi-novembre, a indiqué le ministre de l’Energie, des Ressources hydrauliques, Régis Immongault qui a par ailleurs relevé que des contingences techniques et financières sont l’origine du report de ces résultats qui devaient être rendus public en fin août dernier. Ce rapport est très attendu car il déterminera si l’Etat gabonais maintiendra ou non la concession avec la société, face aux carences patentes qu’elle accuse dans la production et la distribution d’eau ...
Lire l'article
Le Président Directeur Général de la Société d’Energie et d’Eau du Gabon(SEEG), François Ombanda, a dévoilé le 13 juillet dernier, au cours d’une conférence de presse tenue au siège de la Société à Libreville, le plan stratégique d’investissements, pour la période 2010/2017, dans le secteur de l’électricité et de l’eau, avec en prime, une réelle ambition de satisfaire, au mieux, sa clientèle, a constaté GABONEWS. Présentant le nouveau plan stratégique d’investissements (PSI) de la société d’Energie et d’Eau du Gabon qui prévoit d’importantes réalisations sur les sept (7) prochaines années, avec un coût global chiffré à 337 milliards de francs ...
Lire l'article
Les membres du Réseau gabonais pour la protection des consommateurs (RGPC) a fait un sit-in, ce vendredi devant l’immeuble abritant le siège de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), pour protester contre le mauvais fonctionnement de cette société et les délestages récurrents auxquels font face les consommateurs. Avant le sit-in, les adhérents du RGPC ont fait une marche de protestation qui a commencé au quartier Akebé, dans le 4ème arrondissement, sillonnant quelques artères de la capitale gabonaise, avant de s’arrêter devant les locaux de la seule entreprise ayant le monopole de la distribution de l’eau et de l’énergie ...
Lire l'article
Le société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a honoré vendredi dernier à Port-Gentil ses travailleurs méritants en leur décernant des médailles du travail, rapporte mardi un correspondant de l'AGP. A cette occasion, le président directeur général de cette entreprise, François Ombanda a déclaré que l'année 2007, qui correspondait aux dix ans de privatisation de la SEEG, n'a pas vu la décoration des agents à cause des événements défavorables qu'a connus l'entreprise. ''D'ailleurs, même les dix ans de la privatisation n'ont pas été fêtés'' a-t-il renchéri. Selon lui, en 2007, la ville de Libreville a connu de nombreux délestages ainsi que des coupures ...
Lire l'article
Gabon : La SEEG a annoncé vendredi des pertes de près de 6 milliards de F CFA pour 2007
L’Assemblée générale ordinaire des actionnaires de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) s’est tenue vendredi 16 mai à l’hôtel Meridien Re-Ndama de Libreville. Le Conseil d’administration a défendu son bilan 2007 et a annoncé un résultat net déficitaire de -5,9 milliards de francs CFA, soit -5,1% du chiffre d’affaires. Pour la SEEG, l’année 2007 avait été marquée par une perte de 6 milliards de F CFA. Malgré ces difficultés, la SEEG a investi, avec le concours de l’Etat gabonais, 20 milliards de F CFA pour permettre l’arrivée du gaz à Owendo dans le but de renforcer la puissance ...
Lire l'article
Gabon : L’abus de position dominante de la SEEG attaquée par une PME
Gabon : La SEEG somme l’Etat à s’acquitter de sa dette de 18 milliards de FCFA
La SEEG va investir 47 milliards de FCFA pour améliorer ses prestations
EDF dans le capital de la SEEG
Gabon : L’UE dit oui au contrôle de la SEEG par Véolia et EDF
Economie / Le rapport de l’audit de la SEEG est pour la mi-novembre
La SEEG dévoile sa stratégie d’investissement pour les 7 ans à venir
Gabon: Les consommateurs font un sit-in devant la SEEG
Gabon : La SEEG honore ses travailleurs méritants à Port-Gentil
Gabon : La SEEG a annoncé vendredi des pertes de près de 6 milliards de F CFA pour 2007


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2011
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*