- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : “Les rédactions indépendantes pouvant financer du journalisme d’investigation n’existent pas encore”

Ancien de LCI, ancien chef d’édition à France24, Prix News 1986 avec son «Enquête sur la disparition d’Alain Colas» et créateur de “No comment” sur Euronews, Philippe Dubern constituait, avec Pascal Catuogno (journaliste d’investigation, notamment pour Canal Plus), la paire d’experts-consultants venue de France pour les besoins du séminaire organisé, du 6 au 8 décembre dernier, par la Commission nationale de lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite (CNLCEI) sur le “Journalisme d’investigation dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite”. Il donne, à travers cette interview, son appréciation du journalisme d’investigation et, surtout, des journalistes gabonais.

Durant trois jours, avec Philippe Dubern, vous avez travaillé au Gabon où vous étiez invités à partager votre expérience en journalisme d’investigation. Qu’avez-vous apporté et quelle impression vous ont laissé les journalistes Gabonais qui prenaient part à ce séminaire ?

En fait, quand on arrive dans un pays et qu’on le connait mal, c’est toujours un inconvénient et avantage, parce qu’on a un œil neuf. Au départ on apporte ce qu’on connait, c’est-à-dire la pratique des enquêtes dans les différents médias qu’on a traversé. Moi, je dois dire que je connais très bien l’investigation dans le domaine de la télévision, qui n’est certes pas le média le plus performant dans ce genre journalistique. Mais, c’est un média de grande diffusion et donc on apprend à y raconter des histoires en s’appuyant souvent, il faut bien le reconnaître, sur les enquêtes des autres, partiellement. Donc, on adapte pour la télévision.

Ce qui nous a frappés, c’est d’avoir constaté beaucoup d’énergie dans la partie gabonaise. Mais, cette énergie est tellement fragmentée qu’il faut sans doute réfléchir à la question de plus de diplomatie entre les différents médias pour un regroupement afin de se donner plus de force. Ce qui permet d’être plus indépendant dans le cadre de l’investigation. L’indépendance pour moi, dans le journalisme d’investigation, réside dans la capacité à sortir des affaires, donc à se faire respecter. Elle est doit être une indépendance économique. De ce point de vue, il y a des progrès très importants à réaliser au Gabon. Il faut probablement réfléchir à cette question. Chacun ne peut pas monter son média, encore moins son média d’investigation… en tous cas prétendre faire du journalisme d’investigation en étant seul ou à deux. Je pense que quand il y a un regroupement, plus de solidarité, il est plus facile de peser face à des autorités quelles qu’elles soient, ou devant des gens mal intentionnés, qu’ils soient dans une entreprise ou dans les rouages de l’Etat.

Pourtant, dans le cas de la France, on voit des individus, à l’instar de Pierre Péan, Marie-Monique Robin ou Stephen Smith, entreprendre tous seuls des investigations. Ce ne sont pas toujours des regroupements de journalistes qui mènent l’investigation…

C’est un phénomène particulier en France. Parce que, habituellement, les investigations ont été conduites à travers des rédactions puissantes. Dans les cas que vous citez, ce sont effectivement des gens extrêmement performants en solitaire, parce qu’aujourd’hui le journalisme d’investigation en France a muté, il s’est transformé en vingt ans. Dans le passé, il y avait un nombre de rédactions qui étaient très fortes en investigation. Je citerais “Le Canard enchaîné”, “Le Point”, “L’Express” et, évidemment, “Le monde”. De ces rédactions, qui ont changé dans leur fonctionnement ou qui ont, quelques fois, eu des rapprochements avec le pouvoir, sont sortis des gens qui étaient très aguerris à l’investigation qui ont fait 20 ans d’enquêtes avec une grande connaissance du secret. Ces gens là sont arrivés à une telle notoriété qu’ils avaient la capacité de se mettre à travailler seuls. En réalité, en se rapprochant du monde de l’édition. D’ailleurs, depuis à peu près une quinzaine d’années, le marché de l’investigation s’est déplacé vers l’édition, où les gens travaillent plus seul ou à deux sur un produit qui se vend cher. Ils ont un modèle économique qui fonctionne.

Je ne parlais de l’incapacité des journalistes gabonais à travailler seuls. Mais, sur le plan économique c’est quand même plus facile, économiquement, d’appartenir à une rédaction pour se lancer dans l’investigation. En France on est dans une économie qui a 60 millions d’habitants. Au Gabon, les rédactions indépendantes qui ont les reins assez solides pour financer du journalisme d’investigation n’existent pas encore. Il est donc encore plus difficile à des gens seuls de se lancer dans une enquête approfondie, même si aujourd’hui avec des outils comme Internet, on a des coûts tellement abaissés et donc un peu plus de marge de manœuvre. Ce n’est pas facile de s’affirmer seul, même si on a de l’expérience dans le journalisme d’investigation.

On a parlé de formation tout au long de ce séminaire. Il a été reproché à de nombreux journalistes gabonais de n’avoir pas été formés dans les écoles de journalisme. Croyez-vous qu’un bon journaliste, de surcroit d’investigation, doit forcément avoir été formé dans une école de journalisme ?

Je crois que c’est un aspect à double tranchant. En France, il y a pas mal d’écoles de journalisme. On a vu des journalistes qui font ce qu’il faut pour aller dans une école et en quatre, cinq ans, ils ont les bonnes bases, ils savent travailler. En réalité, dans bien de cas, cela donne des journalistes qui travaillent tous de la même manière. C’est donc intéressant parce que le niveau est là. Mais, à l’inverse, ça ne révèle pas beaucoup de talents un peu plus originaux. Il me semble que quand on est journaliste depuis longtemps et qu’on exerce bien, on apprend autant qu’en étant dans une école. Ce qu’on n’apprend peut-être pas sur le tas ce sont les bases réglementaires. Si on n’a pas des notions d’économie ou de droit, il faut combler ces manques par sa propre culture. Mais je ne pense pas qu’il faut opposer ceux qui ont été formés dans les écoles de journalisme, ou dans un parcours de l’apprentissage du métier de journaliste, à ceux qui n’y ont pas du tout été.

Dans tous les pays du monde, il y a d’excellents journalistes qui n’ont pas du tout un background de journalisme. Il y a de nombreux journalistes qui ont été tout à fait autre chose avant. Et puis, dans l’investigation, certains viennent de la police ou des administrations des impôts, comme on l’a parfois vu en France. On y a vu des gens qui ont fait quelques années dans l’administration des impôts avant de bifurquer vers le journalisme. Hors de l’investigation, il y a plein de journalistes qui sont, en France, d’anciens économistes, d’anciens médecins.

Ce n’est pas une limitation de ne pas avoir un background en journalisme. Je ne crois pas que, ne pas avoir ce modèle de formation soit un vrai handicap. Sauf, évidemment, qu’il faut du talent. Et ce n’est pas ce qui manque au Gabon. Au Gabon, il y a des gens qui ont de l’envie, du talent. Je crois que quand il en a été question, ceux qui soulevaient cette question voulaient parler de l’ensemble. Sur la masse, sur la totalité des journalistes, c’est peut-être un handicap. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas quatre, cinq, dix plumes percutantes, efficaces, bons enquêteurs sur la place.  


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon va financer un fonds souverain pour les générations futures
Le Conseil des ministres gabonais a adopté samedi 4 février les règles de financement du Fonds souverain de la République gabonaise (FSRG). Il est destiné à financer des grands projets d'aménagement et de développement, une sorte de fonds pour les générations futures collecté grâce à la manne pétrolière. Ce Fonds souverain de la République gabonaise sera doté de 500 milliards de francs CFA, soit 760 millions d'euros. Il sera alimenté jusqu'à ce montant par un prélèvement de 10% sur les recettes pétrolières prévues chaque année dans la loi de finances. A cela s'ajoutera la moitié des recettes budgétaires qui proviendraient d'un ...
Lire l'article [1]
Les journalistes gabonais, toutes tendances confondue, reçoivent depuis lundi en matinée, à Libreville, une formation dispensée par Daniel Glick, éminent journaliste ayant appartenu au magazine américain, ‘’Newsweek’’, organisée par le Conseil national de la Communication avec l’appui de l’ambassade des Etats unis d’Amérique, au Gabon. Ce séminaire qui arrive après plusieurs autres, vient donner un coup de pousse au métier et aux journalistes eux-mêmes, dans la mesure où l’on décrit de plus en plus la facilité et la légèreté avec lesquelles l’on manipule désormais l’information. Axé sur l’approfondissement et les nouvelles tendances du métier, qui donne à revisiter la déontologie, les ...
Lire l'article [2]
Le gouvernement gabonais a débloqué 65 millions de FCFA pour financer 101 microprojets initiés par des femmes gabonaises, dans le cadre de la lutte contre la précarité et de l’autonomisation de la gent féminine. L’enveloppe financière a été remise par le ministre de santé et de la Famille, Flavien Nzengui Nzoundou, dans le cadre des manifestations de la journée nationale de la femme, célébrée le 17 avril dernier, un évènement qui marque l’entrée de la première femme gabonaise dans un gouvernement de la République. A l’époque âgée de 36 ans, Me Marylise Issembé, première avocate gabonaise inscrite au ...
Lire l'article [3]
Un concours mondial ayant pour but de sensibiliser le public aux questions environnementales et de développement durable, en encourageant des normes de qualité du plus haut niveau en matière d’information environnementale vient d’être lancé par l’Union internationale pour la conservation de la nature, la Fondation Thomson Reuters et COMplus, indique un communiqué parvenu ce lundi à GABONEWS. Ce concours récompense les journalistes de la presse écrite et en ligne. Ceux-ci sont invités à présenter des articles en vue des Prix UICN-Reuters-COMplus 2010. Les gagnants seront sélectionnés par un jury composé de spécialistes des questions environnementales et des ...
Lire l'article [4]
Reporters sans frontières (http://www.rsf.org) Communiqué de presse 2 mars 2010 TOGO: Les rédactions de Radio France, RFI, RTL et La Croix empêchées de couvrir l'élection présidentielle Reporters sans frontières dénonce le refus d'accréditation opposé par les autorités togolaises à plusieurs médias français à la veille de l'élection présidentielle du 4 mars 2010. L'organisation soutient les rédactions de Radio France, RFI, RTL et La Croix qui, privées de visas pour le Togo, publient la déclaration suivante : "Les envoyés spéciaux des rédactions de Radio France, Radio France Internationale, RTL et La Croix se sont vus refuser l'accès au Togo pour y couvrir l'élection présidentielle de ...
Lire l'article [5]
En recevant, ce mercredi après-midi, les présidents des institutions constitutionnelles, pour le compte de la deuxième journée de la série de vœux à lui adressés à l’occasion du nouvel an, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est déclaré favorable, sous sa gouvernance, à l’application stricte de la loi, aux réformes souhaitées dans le système judiciaire et au respect de la séparation des pouvoirs, a ordonné la création d’une filière de journalisme à l’UOB et flétri les détentions illégales dans les prisons, sans compter l’établissement fantaisiste de certificats de nationalité, devenu le sport prisé de certains ...
Lire l'article [6]
La communication officielle le disait affecté par la mort de sa dulcinée Edith, décédée à Rabat (Maroc) en mars dernier. On le disait en retrait pour pouvoir faire le deuil. Cette version des évènements a été vite rattrapée par les faits qu’on ne saurait cacher pendant longtemps. Omar Bongo est malade ! Le ministre des affaires étrangères espagnol Miguel Angel Moratinos a, le jeudi 21 mai 2009, personnellement porté l’information à la connaissance du monde : Bongo est bel et bien souffrant d’un cancer intestinal et est hospitalisé dans une clinique privée à Barcelone. Voilà un soi-disant chef d’Etat malade qui pourtant ...
Lire l'article [7]
A l’ouverture, ce mardi à Libreville, du séminaire de formation des journalistes des Etats membres de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI), consacré à « la propriété intellectuelle » qui se déroule du 12 au 14 mai, le ministre de la Défense nationale, représentant le Ministre de la communication, empêché, a invité « les Rédactions à s’engager dans les politiques de spécialisation pour une meilleure maîtrise de l’information ». Organisé conjointement avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et le gouvernement gabonais, via le ministère de la Communication, ce séminaire axé sur « les stratégies de promotion de ...
Lire l'article [8]
Un atelier de réflexion sur la problématique de la formation en journalisme et communication au Gabon est sur le point d’être organisé, durant cette période estivale, à Libreville par l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), en collaboration avec le ministère de la Communication , des Postes, des télécommunications et des nouvelles Technologies de l’Information, a appris GABONEWS.
Lire l'article [9]
Les journaux privés "Le Temps" et "Nku'u le Messager" ont reçu la visite le 21 avril dernier du Secrétaire général adjoint du Conseil national de la communication (CNC), Joseph Marie Ambourouet, qui a exhorté ces organes de presse à se conformer aux nouvelles recommandations structurelles, administratives et fiscales du CNC sur la presse écrite gabonaise. Organiser les organes en entreprises de presse, s'acquitter de la redevance annuelle au trésor public et délivrer aux journalistes les cartes professionnelles de presse, autant de recommandations que le secrétaire général adjoint du Conseil national de la communication (CNC), Joseph Marie Ambourouet, ...
Lire l'article [10]
Le Gabon va financer un fonds souverain pour les générations futures
Des journalistes gabonais s’imprègnent des tendances nouvelles du journalisme
65 millions de FCFA pour financer 101 microprojets initiés au Gabon par des femmes
Les Prix UICN-Reuters-COMplus 2010 pour le journalisme environnemental lancé
TOGO: Les rédactions de Radio France, RFI, RTL et La Croix empêchées de couvrir l’élection présidentielle
« J’appuie l’application stricte de la loi, condamne les détentions illégales et l’établissement fantaisiste de certificats de nationalité, ordonne la création d’une filière de journalisme
L’Afrique peut-elle un jour avoir un hôpital pouvant soigner ses gouvernants ?
Gabon: Formation des Journalistes de l’OAPI: le ministre de la Communication invite les « Rédactions à s’engager dans les politiques de spécialisation »
Gabon: Médias/ L’UNESCO préconise un atelier de réflexion sur le journalisme au GABON
Gabon : Le CNC entame une tournée d’inspection dans les rédactions de la presse privée