Socialisez

FacebookTwitterRSS

Henriette Ekwe : «L’Union africaine semble être sous tutelle de l’Occident»

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique

Le 8 mars 2011, à l’occasion de la Journée de la femme, la journaliste camerounaise Henriette Ekwe a reçu à Washington le prix du Courage féminin 2011, décerné par le département d’Etat américain. Quel bilan tirer de l’année 2011 ? Est-ce une année exceptionnelle ?Au micro de Christophe Boisbouvier sur RFI, elle donne son point de vue, depuis Douala sur cette année vraiment pas comme les autres.

RFI : Est-ce que l’année 2011 restera dans l’histoire ?

Henriette Ekwe : Tout à fait. Pour moi oui, parce que nous avons eu les révolutions arabes qui ont montré que des peuples déterminés peuvent venir à bout des dictatures, même quand ces dictatures semblent soutenues par les grandes puissances occidentales. La deuxième chose, ce sont les bombardements en Côte d’Ivoire et en Libye où la solution politique n’était pas du tout acceptée par l’Occident et ce qui s’en est suivi. Et la troisième chose, ce sont ces oppositions qui sont allées récemment aux élections et qui ont appelé au secours la communauté internationale pour plus d’équité, pour la transparence. Je pense par exemple à l’opposition au Gabon qui n’a pas pu obtenir cet arbitrage-là et donc on a l’impression qu’il y a deux poids, deux mesures. L’Afrique est un peu désemparée face aux positions de l’Occident.

RFI : Quelle est l’image la plus forte que vous garderez de cette année ?

H. E. : Mon prix, qui m’a beaucoup impressionnée bien sûr (rires).

RFI : Le Prix du courage féminin que vous avez reçu à Washington des mains d’Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine ?

H. E. : Tout à fait. Et puis, évidemment ces femmes africaines qui ont eu le Prix Nobel de la paix, avec ceci de particulier que ce prix est plus souvent décerné à ceux qui ont la culture anglo-saxonne plutôt qu’aux francophones. Le Prix Nobel en Afrique revient le plus souvent à des hommes politiques ou à des personnalités africaines, mais plutôt de culture anglo-saxonne comme Desmond Tutu, Nelson Mandela, Kofi Annan, Wangari Maathai et aujourd’hui Ellen Johnson Sirleaf… et d’autres. C’est peut-être une particularité du Nobel.

RFI : Quelles sont les images qui vous ont choqué cette année ?

H. E. : La mort de Mouammar Kadhafi [ex-leader libyen, ndlr] bien sûr. La façon dont il a été traîné et exécuté sous l’œil d’un vidéaste amateur. Et puis, peut-être pas le transfert de Laurent Gbagbo [ancien président de Côte d’Ivoire, ndlr] à la Cour pénale internationale (CPI), mais la façon dont on l’a sorti de son bunker.

RFI : Mais certains disent que ces deux hommes l’ont cherché ?

H. E. : (rires). Je ne sais pas s’ils l’ont cherché parce que Kadhafi, je sais qu’il tenait la dragée haute à l’Occident. Mais les émissaires de l’Union africaine (UA) avaient proposé une sortie politique du conflit qui l’opposait à Benghazi. Et je pense qu’on aurait pu débarquer Kadhafi sans ces bombardements. Tout ça pour ça.

RFI : Et Laurent Gbagbo, est-ce qu’il ne l’a pas un petit peu cherché lui aussi ?

H. E. : A partir du moment où il a proposé le recomptage des voix, il ne l’a pas obtenu et puis je ne suis pas sûre que les droits de l’homme soient plus respectés sous Alassane Ouattara depuis qu’il est au pouvoir. Mais la façon dont lui et sa femme ont été traités, ce sont des images quand même qui touchent un peu les Africains et qui font penser que le panafricanisme est plus que jamais à l’ordre du jour, une réelle unité à l’Union africaine. Or l’Union africaine semble être sous tutelle et subir un peu ce que veut l’Occident. C’est dommage.

RFI : À un moment cette année, au vu des évènements au Cameroun, au Burkina Faso, on a cru que le vent du printemps arabe pouvait souffler jusqu’en Afrique subsaharienne. Et puis non, rien n’a changé. Est-ce que le « printemps arabe » a un effet chez vous ou pas du tout ?

H. E. : Ca a un effet. Lorsqu’on discute avec les gens, il y a un effet. Les gens se demandent dans la rue quand une telle étincelle pourrait avoir lieu. Le « printemps arabe » a de l’effet chez les intellectuels, chez les classes moyennes et chez les jeunes aussi, qui subissent un chômage massif. Maintenant, pratiquement, tout le monde a le câble, dans les villes notamment, et les jeunes regardent et suivent ce qui se passe là-bas avec beaucoup d’attention et d’intérêt. C’est certain.

RFI : Vous parliez du Gabon et du Cameroun. On pourrait aussi parler du Congo-Kinshasa ou du Congo-Brazzaville. Pourquoi y a-t-il alternance dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et pas dans les pays d’Afrique centrale ?

H. E. : Les pays d’Afrique centrale sont très riches. Les pays de la Cemac [Commission de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, ndlr], le golfe de Guinée, c’est un petit conglomérat d’émirats. Donc, les chefs d’Etat des pays du golfe de Guinée sont très riches et ils ont une capacité de corruption extraordinaire. S’ils font en sorte que les oppositions sont souvent glissantes, on ne sait pas très bien, on est ferme un moment et après on lorgne du côté du pouvoir. Donc, il y a une capacité de corruption assez importante. Il y a aussi le fait qu’en tant que réservoir de matières premières, ces pays sont souvent protégés par les pays occidentaux, les pays amis, les Etats-Unis pour un pays comme la Guinée équatoriale, la France pour le Gabon, le Cameroun et les autres. Et compte tenu de cela, même la répression dans ces pays n’aura pas le même retentissement qu’ailleurs. Je me souviens qu’en février 2008, il y a eu une répression féroce des marches des jeunes, mais on n’en a pas beaucoup parlé ! Par contre, au mois de septembre 2009 lorsque Moussa Dadis Camara fusille à peu près 150 personnes dans un stade à Conakry, tout de suite ça prend de l’ampleur. Le procureur de la Cour pénale internationale descend à Conakry etc… Mais dans les pays du Golfe de Guinée où il y a une répression constante, on n’a pas l’impression que cette répression a le même effet sur les pays amis, les pays occidentaux.

RFI : Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a jugé que la présidentielle d’octobre dernier dans votre pays, le Cameroun, était « acceptable ». Qu’en pensez-vous ?

H. E. : Là, il nous a choqués. Il faut se souvenir qu’Alain Juppé a été à l’époque du RPR délégué au congrès fondateur du RDPC [Rassemblement démocratique du peuple camerounais, ndlr] en 1985 à Bamenda. Il a des amis au Cameroun. Le fait de dire que c’était « acceptable » pour les Camerounais, c’était une insulte. C’était comme dire qu’on peut avoir une démocratie à deux vitesses et la nôtre serait la deuxième vitesse. 


SUR LE MÊME SUJET
Union africaine : duel au sommet entre Ping et Dlamini-Zuma
Des mois de suspense, de rumeurs et de démentis... Et finalement, le dénouement le 30 janvier. Réunis à Addis-Abeba pour le 18e sommet de l'UA, les chefs d'État du continent doivent y élire le futur président de la Commission. Ce sera le Gabonais Jean Ping (sortant) ou la candidate sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. Première surprise, les deux candidats à la présidence de la Commission de l'Union africaine (UA) font deux campagnes très différentes. Jean Ping, le sortant, a sillonné le continent à bord d'un jet mis à sa disposition par son pays, le Gabon. Le 15 janvier, il était à un sommet ...
Lire l'article
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Candidat à sa propre succession à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping pourra bien compter sur le soutien du Gabon. Malgré les doutes émis par certains... Parce que certains doutaient de la réalité de leur soutien à Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine (UA) et candidat à un deuxième mandat, les autorités gabonaises se sont fendues, fin décembre, d’un communiqué pour appuyer sa candidature. Il semble que, dès le mois d’août, elles aient adressé un courrier à la Guinée équatoriale pour l’informer de leur position. Depuis, des émissaires ont été dépêchés dans plusieurs ...
Lire l'article
Politique africaine - Le Gabon a exprimé son soutien sans faille à son ancien ministre des Affaires étrangères, Jean Ping, pour obtenir un second mandat à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA). 'La candidature de M. Ping, telle que soumise par le Gabon, bénéficie de l'appui des autorités gabonaises, au plus haut niveau', a déclaré à la presse l'ambassadeur du Gabon en Ethiopie et auprès de l'UA, André William Anguile. Il dément ainsi des informations selon lesquelles M. Ping ne pourrait pas être candidat à sa propre succession faute de soutien de son pays. «Je n'accuse aucun pays d'avoir ...
Lire l'article
Jean Ping, le président de la Commission de l'Union africaine, serait bien parti pour décrocher un second mandat en février 2012, selon un diplomate onusien. « Nous avons travaillé en bonne intelligence, Jean Ping a été très présent lors des crises ivoirienne et libyenne », explique un diplomate onusien, convaincu que le président de la Commission de l’Union africaine décrochera un second mandat, en février 2012, face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ex-épouse de l’actuel chef de l’État sud-africain. Les raisons de cet optimisme ? L’unité du bloc francophone (exception faite, semble-t-il, de l’Algérie), le fait que le Gabon, son pays, siège actuellement au ...
Lire l'article
Après avoir défendu, envers et contre tous, Gbagbo et Kaddafi, Pretoria avance ses pions au sein de l’Union africaine avec une candidature contre Jean Ping. Une ambition assumée, un volontarisme affiché… Mais la cohérence n’est pas toujours au rendez-vous. Desmond Tutu, qui ne décolère pas depuis que son invité vedette, le dalaï-lama, s’est vu privé de visa pour venir souffler avec lui au Cap les quatre-vingts bougies de son anniversaire, et Jean Ping, tout ébaubi encore de se retrouver face à une concurrente déclarée – qui n’est autre que l’ex-épouse de Jacob Zuma – à la présidence de la Commission de ...
Lire l'article
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
Deux candidats déclarés, deux styles. Entre Jean Ping le consensuel et Nkosazana Dlamini-Zuma l’ambitieuse, la bataille diplomatique est déjà engagée pour remporter la présidence de la Commission de l'Union africaine. « Mais qu’on me dise ce qu’on me reproche ! » lance Jean Ping. Dans son grand bureau moquetté au dernier étage du siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba, le président de la Commission reçoit ses amis avec des accents d’homme blessé. Ping n’a fait qu’un mandat. Il ne comprend pas pourquoi, en vue du prochain sommet de l’UA, en janvier 2012, l’Afrique du Sud présente contre lui une candidate, et pas n’importe qui : Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-ministre ...
Lire l'article
Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Paul Biyoghe Mba a présidé, vendredi dernier, l cérémonie de passation de charge entre le ministre de l’Intérieur, Jean-François Ndongou et le ministre de la Justice Anicette Nanda Oviga. La Sécurité pénitentiaire est, depuis vendredi dernier, sous la tutelle du Ministère de la Justice. La passation de charges a eu lieu à la prison centrale de Libreville entre le ministre de la Justice Anicette Nanda Oviga et son collègue de l’Intérieur Jean-François Ndongou, en présence du Premier Ministre, Paul Biyoghé Mba. Le Chef du Gouvernement a signifié à cette occasion que la passation de service ...
Lire l'article
Le mandat de Jean Ping à l’Union africaine sera-t-il celui au cours duquel l’on comptabilisera le plus de coups de force ? Avec le récent passage en force d’Andry Rajoelina à Madagascar, il est fort à parier que ce sera le cas. Hier il en était ainsi aux Îles Comores, en Mauritanie, en Guinée-Conakry et en Guinée-Bissau. Aujourd’hui, c’est la Grande Île qui voit sa démocratie naissante stoppée dans son élan par un jeune homme qui doit sa victoire à la rue et à l’armée. Face à ce qui est arrivé, c’est le scénario habituel : condamnation sans appel de l’Union ...
Lire l'article
Situé à une vingtaine de kilomètres au Sud Ouest de Franceville, l'aéroport international de Mvéngué est le troisième du pays à être confié à l'Agence pour la sécurité et la navigation aérienne (ASECNA) qui régit le trafic aérien en Afrique subsaharienne et Madagascar. Ce changement de tutelle a été rendu possible grâce à l'application des normes de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) depuis janvier 2008 dans cet aéroport. Après l’aéroport international Léon Mba de Libreville et celui de Port-Gentil, l’aéroport international de Mvengué, à Franceville, vient de rejoindre la houlette technique de l’Agence pour la sécurité et la navigation ...
Lire l'article
Elu à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA) le 1er février dernier, le gabonais Jean Ping enregistre son baptême de feu : Le problème zimbabwéen pour lequel il revient d'une mission en Afrique australe et à propos duquel il a déclaré, le 7 mai à Arusha (Tanzanie), que le devoir du gouvernement zimbabwéen est d’assurer la sécurité de ses citoyens. Ouverte le mardi 6 mai dernier à Arusha en Tanzanie, la 11è session extraordinaire du Conseil exécutif de l’UA était essentiellement consacrée à au projet d'intégration africaine. La crise zimbabwéenne y a également été évoquée, même si ...
Lire l'article
Union africaine : duel au sommet entre Ping et Dlamini-Zuma
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Union Africaine: Le Gabon soutient Jean Ping pour un 2nd mandat
Union africaine : Ping bien noté par l’ONU
Union africaine : l’OPA de Jacob Zuma
Union africaine : Ping en duel avec Dlamini-Zuma
La sécurité pénitentiaire placée sous tutelle de la Justice
Union africaine et instabilité politique: Les voies de Ping sont insondables
Gabon : L’aéroport de Franceville passe sous la tutelle de l’ASECNA
Union africaine : Le Gabonais Jean Ping prend son baptême de feu sur la crise zimbabwéenne


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*