Socialisez

FacebookTwitterRSS

Imbroglio sur le coût de la CAN au Gabon

Auteur/Source: · Date: 25 Jan 2012
Catégorie(s): Economie,Société,Sports

De nombreux doutes s’installent sur les fonds engagés pour la CAN 2012, sur fond de rumeurs de gaspillages et de détournements d’argent.

Une bonne frange de l’opinion nationale gabonaise, relayée par la presse indépendante locale, se demande quelles sont les retombées de l’organisation, pour leur pays notamment, de la Coupe d’Afrique des nations et surtout, combien cela a-t-il coûté et comment les fonds pour cet évènement ont-ils été gérés. Certaines formations politiques de l’opposition n’en pensent pas moins.

Alors qu’elle dénonçait le budget 2010 défendu par le gouvernement devant le Parlement, la Coalition des groupes et partis politiques de l’opposition notait, en janvier 2010, qu’au «au chapitre de la CAN, le pouvoir entend consacrer près de 92 milliards de francs CFA à la seule réfection du stade omnisport, soit plus que ce que la CAN a couté au Burkina Faso !». Un budget en effet étonnant pour une seule infrastructure, quand on se souvient qu’en 2008 le gouvernement avait annoncé qu’il comptait débloquer une enveloppe de 140 milliards FCFA pour la construction des infrastructures sportives et hôtelières de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football 2012. Le budget annoncé cette année-là au terme d’un conseil des ministres comprenait, entre autres, la construction de l’actuel stade de l’Amitié, la réhabilitation du stade Président Omar Bongo de Libreville et la construction d’un village olympique à Bongoville dans la province du Haut-Ogooué (sud-est).

On pourrait donc conclure à l’inflation galopante, si on tient compte de ce qu’aujourd’hui il est question d’une «enveloppement estimé à 400 milliards de francs CFA», déclarée le 17 janvier dernier par Louis Claude Moundziéoud Koumba, porte-parole du COCAN Gabon. Celui-ci a précisé que cette enveloppement a permis la construction de trois stade et le financement d’un projet de 600 km de routes bitumés dans le pays.

Des questions qui restent sans réponses satisfaisantes

Le poste concernant les infrastructures hôtelières aurait-il donc été rayé ? Le COCAN annonce la réfection de 600 km de chaussées alors que le Gabon ne compte qu’environ 900 km de routes revêtues, est-il vrai alors que 66% de ses routes aient été réhabilitées ?

Si les stades de Libreville et de Franceville ont coûté la bagatelle de 250 milliards de francs CFA, selon des chiffres fournis en novembre 2011 par Henri Ohayon, directeur général de l’Agence nationale des grands travaux du Gabon (ANGT), maître d’œuvre des infrastructures de la CAN, les routes réhabilitées et les autres charges inhérentes à l’organisation de cette fête panafricaine du football (transport, communications, hébergement, restauration, dispositif médical, ressources humaines, etc.) n’ont-elles donc coûté que 150 milliards sur les 400 annoncés par le COCAN ?

L’opposition gabonaise, toujours elle, a dernièrement annoncé que la CAN 2012 a coûté trop cher au pays. Elle avance le chiffre de 500 milliards de francs CFA, dépassant ainsi de 100 milliards le chiffre annoncé par le porte-parole du COCAN. Sans doute l’opposition ne prend-elle pas en compte le fait que pour résoudre le problème des transports entre Franceville et Libreville et entre le Guinée-Équatoriale, le pays s’est résolu à louer 3 Boeing 737 à une compagnie lituanienne et un Falcon 900 pour toute la durée de la CAN.

De nombreuses zones d’ombre subsistent qui ne permettent pas de déterminer avec exactitude ce que la CAN Orange 2012 coûte au Gabon. Ce pourquoi de nombreux titres de la presse indépendante gabonaise souhaitent qu’un audit soit effectué au terme de la compétition, persuadés qu’ils sont de ce qu’il y a nécessairement eu de grosses malversations financières avec les 500 milliards de francs CFA qu’il y avait à gérer. La rumeur est certes le marché noir de l’information, mais au marché noir on ne trouve pas que du toc.

De forts soupçons de détournements d’argent

Une frange de l’opinion publique nationale pense que l’organisation au Gabon de la Coupe d’Afrique des nations de football n’aura été qu’un gouffre financier, assorti de très peu de retombées positives pour le pays. Le porte parole du COCAN, Louis-Claude Moundzieoud Koumba, rappelle cependant que «les Stades, les infrastructures sont au peuple gabonais, à l’Etat gabonais, indépendamment de qui le dirige. C’est un héritage pour l’avenir». Dans le même ordre d’idées, le réseau routier autour de Libreville a été réhabilité. La CAN a permis de créer 4 000 emplois dont 2 500 emplois stables, avec des jeunes qui sont partis en formation pour apprendre de nouveaux métiers qui permettront, une fois la compétition passée, de gérer bien des choses, notamment les infrastructures construites. Plus de 50 000 visas à 30 000 franc CFA l’unité devaient être accordés durant cette compétition qui devait attirer 2 000 journalistes du monde entier. Ce qui n’empêche cependant pas de penser au passif de plusieurs centaines de millions de dollars que doit gérer l’Afrique du Sud après avoir organisé la dernière Coupe du monde de football. 


SUR LE MÊME SUJET
Le Stade de l'Amitié, où se déroukeront les matchs de la CAN 2012 à Libreville, aurait coûté, aux dires de l'opposition, 30 milliards de F CFA. Un chiffre difficile à vérifier. A quatre jours du coup d’envoi de la 28e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-Orange 2012) Gabon-Guinée équatoriale, que le peuple gabonais attend depuis cinq ans, le budget concédé pour la réussite de cette manifestation semble être trop coûteux pour l’opposition de ce pays. Pendant que les autorités gabonaises affirment que le pays est fin prêt pour accueillir la compétition de la CAN Orange 2012 avec la réalisation des ...
Lire l'article
Le Gabon, classé 3ème derrière la République Démocratique du Congo (RDC, 2ème) et la Guinée-Equatoriale (1er), serait le troisième pays le plus cher en matière de coût d’accès à l’eau au niveau de l’Afrique centrale selon le dernier bulletin d’information du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM). Ce classement découle d’un rapport dit « Analyse comparative des coûts de facteurs en Afrique Centrale », mené par le GICAM. L’analyse relève que dans l’ensemble, les tarifs appliqués aux entreprises sont légèrement supérieurs à ceux des particuliers, sauf en RDC où le différentiel est grand (environ 1 000 FCFA sur le coût ...
Lire l'article
(REPORTAGE) Jadis haut lieu de vente de « fripes » et autres « moutouki », vêtements souvent de seconde main, le marché de Mont-Bouët, dans le 3ème arrondissement de Libreville, par la pléthore de produits cosmétiques qu’il propose désormais à moindre coût, contribue à embellir la gent féminine locale au point de faire mentir le célèbre adage : « la beauté à un prix ». Reportage. PLUS BELLES QU’AVANT Teint hâlé, extensions capillaires multicolores, raides ou bouclées, sourcils rehaussés de noir, couche de brillance sur des lèvres souvent pulpeuses, motifs « psychédéliques » ornant le bout de ...
Lire l'article
L’absence de politiques volontaristes en faveur de la biodiversité va occasionner un coût économique estimé à 14.000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050, selon un communiqué de presse publié à Libreville, dans le cadre de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE) prévue du 12 au 16 septembre dans la capitale gabonaise. «Si des politiques volontaristes pour la biodiversité et les services éco systémiques ne se mobilisent pas, le coût économique de cette inaction sera estimé à 14 000 milliards d’euros par an à l’horizon 2050», souligne le communiqué de presse distribué à l’ouverture de la réunion des experts ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo, possède un grand nombre de propriétés en France, et des doutes existent sur la manière avec laquelle elles ont été acquises.(Georges Gobet/AFP/Getty Images)PARIS – Un avocat français empêché de se rendre au Gabon pour défendre son client emprisonné après avoir porté plainte contre Omar Bongo a demandé, le 9 janvier 2009, aux autorités françaises de lever cette mesure qu'il juge illégale. Me Thierry Lévy, qui avait obtenu un visa pour se rendre au Gabon afin de défendre un acteur clé dans l'affaire qui porte sur le patrimoine immobilier ...
Lire l'article
La masse salariale au Gabon atteindra 320,8 milliards de francs CFA en 2009 contre 312,3 milliards de F CFA dans la loi de finances 2008. Arrêtées à 185 milliards de F CFA dans le budget initial, les dépenses relatives aux « biens et services » connaîtront une hausse de 7,5 milliards de F CFA pour s’établir à 192,5 milliards de F CFA. Rappelons que le gouvernement avait estimé récemment les dépenses de fonctionnement à 726,3 milliards de F CFA dans le budget initial mais l’a réévalué à 817, 5 milliards de F CFA dans le budget rectifié de l’année 2008. Ces dépenses ...
Lire l'article
La masse salariale au Gabon atteindra 320,8 milliards de FCFA (environ 660 millions de dollars US) en 2009 contre 312,3 milliards de FCFA en 2008, a appris la PANA mardi de source officielle. Arrêtées à 185 milliards de FCFA dans le budget initial de 2008, les dépenses relatives aux "biens et services" connaîtront une hausse de 7,5 milliards de FCFA pour s'établir à 192,5 milliards de FCFA. Rappelons que le gouvernement gabonais avait estimé récemment les dépenses de fonctionnament à 726,3 milliards de FCFA dans le budget initial mais l'a réévalué à 817,5 milliards de FCFA dans le budget rectifié de l'année ...
Lire l'article
En collaboration avec la direction générale des impôts (DGI), un cabinet spécialisé dans le Droit des affaires et fiscal, organise à l’endroit des entreprises, un séminaire fiscal portant sur le « Crédit d'impôt, création d'emploi et réduction d’acompte». Le séminaire organisé en une seule journée, regroupe des responsables d’entreprises d’assurances, de banques, de prestations de services, de transports… Il permet d’édifier les entreprises sur les nombreux changements liés aux bouleversements des lois et règlements du Droit des sociétés, du Droit fiscal, les procédures collectives de réduction d’acompte, notamment dans le payement des impôts… « C’est pour aider et expliquer aux entreprises quel est ...
Lire l'article
La présidente de l’association des commerçantes du Gabon, Patience Dabany s’est entretenue lundi avec le gérant du marché municipal, Julien Mpouho Epighat d’Akébé, Youssef Obiang, au centre des discussions, la problématique du coût des boxes et des étales, jugés trop élevés par les commerçantes du marché. Entièrement réhabilité il y a quelques mois, le marché Julien Mpouho Epighat d’Akébé, dans le troisième arrondissement de Libreville, était devenu le théâtre de chaudes altercations entre le gérant et les commerçantes, qui protestaient contre le coût des boxes et des étales. Au départ fixé à 150.000f CFA le boxe et 45.000f CFA les étales, les ...
Lire l'article
Port Gentil, capitale économique du Gabon, bâtie sur du sable, c'est-à-dire non propice à l’agriculture, connaît une situation difficile qui entraîne de sérieuses répercutions sur le contenu du panier de la ménagère, où le riz devient l’aliment de base de 8 foyers sur 10, à cause de la rareté des produits vivriers qui, une fois venus des autres provinces ou des départements de l’Ogooué – Maritime (ouest), se revendent trois à quatre fois plus chers par rapport au prix d’achat initial et entraîne du coup, une cherté de la vie et des complications d’existence dans cette province. Dans la capitale économique ...
Lire l'article
L’opposition dénonce le coût trop élevé de la Coupe d’Afrique de football
Économie – coût d’accès à l’eau : Le Gabon serait le 3ème pays le plus cher dans la sous-région
Société / Être belle à moindre coût, à Libreville
Le coût économique de la dégradation de la biodiversité estimé à 14.000 milliards d’euros par an
Imbroglio entre la France et le Gabon sur le patrimoine de Bongo
Gabon : Augmentation de la masse salariale en 2009
Augmentation de la masse salariale du Gabon en 2009
Gabon: Fiscalité: des entreprises s’arment de rudiments nécessaires pour le payement d’impôt à moindre coût
Gabon: Les commerçantes du marché Julien Mpouho d’Akébé dénoncent le coût élevé des étales
Gabon: Port Gentil, capitale économique où le coût de la vie est des plus élevé


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Jan 2012
Catégorie(s): Economie,Société,Sports
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Imbroglio sur le coût de la CAN au Gabon

  1. Christopher

    25 Jan 2012 a 08:35

    C’est vrai qu’il est utile de se poser des questions sur les fonds engagés pour l’organisationde la CAN. Bien que, maintenant nous pouvons voir que la compétition se passe avec beaucoup de simplicité et avec une joie assez bien, compte tenu du spectable et des buts que nous donnent notre équipe nationale. Vive la CAN ! vive le Gabon !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*