Jeudi
24 juillet 2014
17h25
New Jersey
Pensée du jour 
Qu'est-ce qu'un intellectuel? C'est quelqu'un qui, en dehors de sa propre compétence, porte sur la place publique des problèmes de fond. L'intellectuel pose des problèmes généraux et fondamentaux, à la différence des experts.
Edgar Morin, sociologue et écrivain français (Jeune Afrique No. 2004, p. 23)
accueil | vote | forums | chatLe BDPiste | répertoires | images | communiqués
ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN MAI 2005.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT MAI 2005. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

bdpgabon.org
PRESENTATION
Présentation
Charte BDP
Cellules BDP
Comité directeur
Appel à la nation
Notre pensée
Que dit la presse?
Communiqués
CIGASANA
Le BDPiste
Donations
Gouvernement BDP
Gouvernement PDG
Publications New!
Audios New!
Videos New!
Rejoignez-nous!
Contactez-nous!
Publiez vos analyses!
Archives
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

 

 

 

Recherche Actualités:
 
Scandale Dieudonné: Bonne cause, mauvais combat
Auteur:  Dr. Daniel Mengara  | Date: 21 Février 2005  | Réactions ()
Section: Analyses et Opinions  | Source: BDP Presse
Agrandir Image
Dr. Daniel Mengara, Leader du BDP-Gabon Nouveau

Par le Dr. Daniel Mengara

Montclair, New Jersey (BDP Presse, 21 février 2005) – Le tollé qui a accueilli la publication le 17 février dernier par le site algérien Proche Orient Info (http://www.proche-orient.info) d'un article dans lequel Dieudonné M'bala M'bala aurait traité la Shoah juive de "pornographie mémorielle" est assez édifiant. La polémique née de cette supposée déclaration, que le démenti de Dieudonné n'a pas pu apaiser, traduit clairement le malaise des races qui existe dans la société française d'aujourd'hui.

Que la cause défendue par Dieudonné M'bala M'bala soit juste ne fait aucun doute. Elle est même, dans l'absolu des choses, noble. Dieudonné donne voix à une cause nègre trop souvent dissimulée sous le tapis de l'hypocrisie politique, spécialement en France où la langue de bois politique est devenue l'image de marque de ceux-là mêmes qui, derrière les murs, voient encore les Noirs comme des humains par accident.

Mais Dieudonné a choisi de défendre la noble cause du Nègre avec les mauvais outils et par le mauvais combat. En utilisant, comme il le dit lui-même, l'arme de "l'anti-sionisme politique" pour pourfendre le racisme historique ambiant dans la France chiraquienne et condamner le manque d'attention porté aux causes nègres, Dieudonné s'est épistémologiquement égaré.

Disons-le tout de suite: l'intention du comique est bonne, et n'importe quel Noir ayant longtemps subi, directement ou indirectement, les rudes assauts de l'oppression raciale partagera sans doute la rage historique qui anime Dieudonné. Mais il y a comme un hiatus dans sa démarche.

Comme Hitler le fit en organisant l'extermination des Juifs sous le fallacieux prétexte que les Juifs étaient "partout" et contrôlaient "tout" en Allemagne, Dieudonné semble maladroitement reprocher aux Juifs leur succès politique et leur nationalisme, et utilise malhabilement ce succès pour expliquer l'incapacité des Noirs eux-mêmes à imposer leurs vues aux autres. La maladresse de Dieudonné est en effet criante, malgré ses bonnes intentions: on ne peut reprocher aux Juifs de vouloir conserver la mémoire historique d'un peuple qui, comme le peuple noir, a connu une extermination génocidaire. On ne peut non plus leur reprocher leurs succès intellectuels, économiques ou politiques, surtout si de tels succès visent à rappeler au monde la souffrance des Juifs, qui est une souffrance résultant de crimes contre leur humanité. Le leur reprocher, c'est un peu faire montre de jalousie envers un peuple qui a, au cours de son parcours historique, su faire preuve de solidarité nationaliste envers lui-même et remonter la pente à chacune de ses descentes aux enfers; le leur reprocher, c'est aussi reconnaître sa propre incapacité.

Autrement dit, c'est par jalousie et incapacité que Hitler utilisa les Juifs comme boucs émissaires d'une doctrine génocidaire qui cachait mal la criminalité d'état qui fut celle du régime hitlérien. Le fait pour les Juifs d'être "partout" et de contrôler "tout" ne traduisait-il pas, dans ce sens, l'incapacité des Allemands à faire mieux dans un contexte de fair-play et de compétitivité démocratique? Quand Le Pen, par exemple, s'attaque aux Noirs et aux Arabes, les accusant de "prendre" les emplois des Français, ne traduit-il pas la peur et l'incapacité des Français à faire face aux Arabes et aux Noirs dans un contexte d'équité et de compétitivité où seule la force de travail et la capacité mentale ou physique détermineraient le succès? Dieudonné a mieux à faire de sa noble cause qu'à la rabaisser à une perspective basée sur la jalousie du succès des autres.

Que les Juifs, par nationalisme et devoir de mémoire, aient pu mettre leur cause au centre de la conscience humaine internationale n'est pas en soi un fait qui doit leur être reproché. Les vraies questions que Dieudonné, et partant, tout Nègre, doivent se poser sont les suivantes: Pourquoi les Noirs ont-ils tendance à oublier là où les autres se souviennent? Pourquoi les Noirs ont-ils tendance à abandonner là où les autres perdurent? Pourquoi les Noirs ont-ils tendance à avoir peur de mourir là où les autres sont prêts à donner leur vie pour une cause commune ou pour leur pays? Pourquoi les Noirs ont-ils tendance à se diviser à cause d'intérêts personnels ou particuliers là où les autres s'allient et se sacrifient pour atteindre un objectif commun? Combien de vrais martyrs du peuple y a-t-il eu en Afrique en dehors de Nelson Mandela?

Trouver des réponses claires à ces questions se doit de devenir le devoir de tout Africain, qu'il soit du continent ou de la diaspora. Les Africains et Noirs en tous genres doivent abandonner la langue de bois et commencer à se regarder en face.

La mise en esclavage du Noir africain fut sans doute le crime le plus odieux que l'homme n'ait jamais eu à commettre contre l'homme. A côté de l'horrible holocauste des Juifs en Europe lors de la deuxième guerre mondiale, il y a le fait, indéniable et reconnu, de plus de quatre siècles d'holocauste du Noir par l'esclavage transatlantique organisé par les Européens. Cependant, cet esclavage des Noirs, Dieudonné ne doit jamais l'oublier, fut aussi arabe. Avant même que les Européens ne commencent le leur au 15e siècle, les Arabes transféraient déjà des millions de Nègres vers l'Arabie et le Moyen-Orient depuis le 7e siècle. Zanzibar fut la plaque tournante de ce commerce d'hommes et de femmes. La seule différence entre les deux formes d'esclavages est que celui des Européens fut plus intensif puisqu'il fit, en quatre siècles seulement, plus de ravages que l'esclavage arabe en près de 1200 ans. Les chiffres les plus osés estiment l'holocauste transatlantique des Noirs par les Européens à près de 28 millions sur 400 ans, et le génocide esclavagiste des Noirs par les Arabes sur 1200 ans à près de 20 millions (morts et survivants inclus dans les deux cas). Aussi fous ou exagérés que ces chiffres puissent paraître, ils traduisent néanmoins le fait indubitable que le Noir fut la victime tout autant du capitalisme impérialiste européen que du prosélytisme guerrier arabe. Et ce n'est pas fini: Le Soudan et la Mauritanie sont encore là pour nous rappeler que l'esclavage arabe est toujours présent en Afrique.

Il y a donc comme un petit malaise quand Dieudonné va s'attaquer aux Juifs dans un pays arabe d'Afrique nommé Algérie.

S'il faut véritablement parler réparations et devoir de mémoire, les Noirs doivent se tenir prêts à demander des comptes non seulement aux Européens, mais aussi aux Arabes.

Les Noirs d'Afrique ont subi, aux mains des Européens tout autant que des Arabes, les pires ignominies inhumaines du monde: Pourquoi ont-ils oublié et pourquoi ne commencent-ils pas à mieux s'organiser pour en parler eux-mêmes? A chaque peuple son combat. Il n'appartient aucunement aux Juifs de laisser de côté leurs propres préoccupations historiques pour venir, à la place du Nègre, s'occuper de placer au-devant du monde, le souvenir de la souffrance nègre. Si le souvenir historique du Nègre déshumanisé se perd progressivement faute d'activistes, ce n'est certainement pas à cause du Juif. C'est à cause du Nègre lui-même.

Car le Nègre africain d'après les indépendances s'est honteusement prostitué de manière multiforme. A la négritude de Senghor, de Césaire et de Fanon, et au panafricanisme de Nkrumah, Kenyatta et Garvey, basés sur le devoir de mémoire et de prise en charge du Nègre par le Nègre, il a substitué une "pornographie économique et intellectuelle", qui cultive une dépendance chronique vis-à-vis des "autres", qu'ils soient Juifs, Asiatiques, Arabes, Européens ou Américains. Quand, donc, Dieudonné, pour soulever un débat sur une cause juste comme celle du racisme historique envers le Nègre, se voit obligé de reprocher au Juif ses succès nationalistes pour le bien du peuple et de la mémoire juifs, il faut voir en cette approche la manifestation même de la maladie du Nègre, qui ignore sa propre prostitution et préfère se réfugier derrière des paravents et des discours de victime qui accentuent maladroitement l'incapacité du Noir à s'occuper de ses propres problèmes et à se prendre lui-même en charge. Pour n'avoir pas encore compris que le monde actuel n'est pas un monde de bontés, mais plutôt une jungle où le plus fort mange le plus faible, et pour s'être toujours placé en situation d'infériorité et de dépendance, le Noir doit aujourd'hui faire le bilan de ses propres incapacités, de ses propres manquements.

La prostitution du Noir, elle est partout. On la voit sous la forme d'Harlem Désir, devenu député européen pour s'occuper de régler les problèmes de l'Europe, plutôt que ceux de l'Afrique et des Antilles. La prostitution du Noir, on la voit dans ces présidents roitelets qui, comme au Gabon et au Togo, se sont autoproclamés présidents à vie, restant 38 ans au pouvoir alors même qu'ils sont en train de tuer leurs peuples à petit feu sous le joug de dictatures aussi génocidaires que kleptocrates. On la voit dans ces infâmes complicités capitalistes où les régimes africains vendent la dignité de leurs peuples aux plus offrants. On la voit dans les régimes mafieux d'Afrique francophone, impliqués et embourbés dans une mafia françafricaine qui tue l'Afrique à petit feu. On la voit chez le Nègre réfugié dans son mutisme, passant son temps à débiter des inepties anti-françaises assis dans un café de Paris, mais ne faisant rien pour améliorer son devenir et celui de ses compatriotes au pays de ses origines. Il attend que quelqu'un d'autre aille nettoyer la merde de son pays ou chasser le dictateur pour lui. C'est à ces maux que Dieudonné et tous les Nègres du monde doivent s'attaquer, pas aux Juifs qui, au moins, prennent leurs responsabilités en tant que peuple uni et renforcé par le souvenir. La prostitution du Noir, c'est de toujours tout attendre des autres et rien de soi-même.

Il y en a marre.

Le Noir, qu'il soit d'Afrique ou d'ailleurs, ne peut qu'éprouver de la sympathie pour la cause défendue par Dieudonné M'bala M'bala. Comme le dit si bien l'humoriste, la souffrance du Nègre se ressent férocement dans la "chair" même du nègre. La souffrance du nègre est une souffrance que le Noir porte avec lui en permanence et de manière héréditaire, voire même génétique. Dieudonné, à ce titre, se veut la voix des sans-voix, la voix de ceux qui souffrent en silence et qui veulent arrêter de souffrir. Mais ce silence et ces chaînes de la souffrance, ce ne sont ni les Juifs, ni les Européens, ni les Arabes qui les briseront à la place du Noir. Le Noir devra lui-même choisir de parler et d'imposer aux autres son devoir de mémoire tel qu'il le conçoit. Si le Nègre n'a pas de voix aujourd'hui, c'est parce qu'il refuse lui-même de se la donner et de l'imposer aux autres. Il s'est trop prostitué pour cela car la pornographie intellectuelle et économique l'a emporté sur le devoir de mémoire de tout un peuple.

Le Juif, dans ce sens, devrait en toute logique devenir un allié, implicite ou explicite, du Noir. L'histoire des deux peuples est similaire: tous deux ont subi des holocaustes. Leur histoire est également différente: à son holocauste, le juif a répondu par un "plus jamais" catégoriquement nationaliste, tandis que le Noir a choisi d'oublier, de renoncer, de se prostituer. L'exemple du Juif, qui consiste en un nationalisme inébranlable et à un sens de la solidarité qui, au-delà des états et des frontières, s'affirme avec une abnégation que l'on ne peut manquer d'admirer, aurait dû servir d'inspiration aux Noirs du monde et leur apprendre la leçon fondamentale: seuls les peuples qui s'assument ont une voix.

Pour imposer aux autres le devoir de mémoire qui lui fera justice sur le plan historique, le Noir devra donc se défaire des postures immobilistes de victime qui sont maladivement devenues son refuge en ce contexte de mondialisation implacable, et rallumer le flambeau longtemps éteint qui fut celui de Senghor, Césaire, Fanon, Marley, Garvey, Kenyatta, Nkrumah, Lumumba, Luther King, Malcom X, Mandela, parmi d'autres. Ces noms qui symbolisent les valeurs de panafricanisme et de négritude d'antan manquent cruellement au monde africain d'aujourd'hui: les Africains, qu'ils soient sur le continent ou dans la diaspora, représentent de nos jours un monde hétéroclite écartelé par ses souffrances individuelles et handicapé par une approche individualisée, voire isolée, de ses combats.

Dieudonné, en bien ou en mal, a le mérite d'avoir rappelé aux Nègres de France et d'Afrique les enjeux existentialistes auxquels le Noir doit continuellement faire face. Il a défini la cause, la bonne cause. Il devra maintenant, pour réussir, adopter le bon combat. Celui qui consiste, si telle est sa vocation, à devenir le Messie qui revigorera les Nègres non seulement de France, mais aussi du monde, pour, collectivement, imposer à ceux qui ont voulu en faire un simple accident de l'histoire, le cruel souvenir du Nègre déshumanisé. Pour cela, nul n'est besoin de taire le souvenir Juif fait pour exprimer la souffrance juive. Les Noirs devront eux-mêmes, s'ils se veulent crédibles, trouver la voix de leur propre souvenir.

Le Dr. Daniel Mengara est le leader du BDP-Gabon Nouveau, mouvement gabonais d'opposition en exil dont la direction se trouve dans le New Jersey, aux Etats-Unis. Le Dr. Mengara est professeur d'études francophones à l'université d'état de Montclair dans le New Jersey.

BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216 TCB

West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-655-5143
Fax: 973-655-7909

Site: http://www.bdpgabon.org

Discutez dans le forum International ou laissez un commentaire ()


Bio de Dr. Daniel Mengara: Le Dr. Daniel Mengara est le leader du BDP-Gabon Nouveau, mouvement gabonais d'opposition en exil dont la direction se trouve dans le New Jersey, aux Etats-Unis. Le Dr. Mengara est professeur d'études francophones à l'université d'état de Montclair dans le New Jersey.
Réagir ( commentaires postés)
 Envoyez cet article à vos amis!

Copyright ©BDP-Gabon Nouveau - Cet article et son contenu (texte et photos) sont les propriétés exclusives du BDP-Gabon Nouveau. Toute reproduction, republication, diffusion, (re)transmission, réécriture, paraphrase ou redistribution sans autorisation écrite et préalable du BDP-Gabon Nouveau est strictement interdite.
 
Récents Articles::GABON::AFRIQUE::MONDE
Gisement de fer de Belinga: Le consortium est constitué
1.520.000 Gabonais recensés à la veille des élections: Sommes-nous envahis ?
Gabon : Suspension de la perception de la taxe aéroportuaire et portuaire
Togo: les quatre candidats à la présidentielle
Economie africaine: La France pilote et défend la zone franc
Le Nigeria envisage un organisme régional pour protéger le Golfe de Guinée pétrolifère
Le président Bongo Ondimba veut sauver Air Gabon
"Il faut sauver Air Gabon"
Conseil des ministres du jeudi 7 avril 2005: Communiqué final
Gabon-FMI: Félicitations et encouragements à notre pays pour les réformes entreprises
Sur la Nationale 1: Quatre morts et sept blessés graves
Pour échapper à la justice, l'assassin de Mandji se donne la mort
Les basketteuses du Gabon en regroupement pour préparer la 19ème CAN féminine
Un concubin jaloux tue sa compagne à Kafélé
Réel espoir pour juguler la crise de l'habitat

Lire aussi dans les rubriques: Economie | Politique | Santé | Science/Tech Société | Rumeurs | Divers | Loisirs | Médias | Education | Sports | Afrique BDP Annonces | Communiqués | Monde | Révélations | Rapports | Analyses BDP | Discours BDP | Conventions France-Gabon| Communiqués BDP | BDP dans les médias
 
DOSSIERS
Rapports
Révelations
ACTUS BDP
Analyses BDP
Discours

Communiqués BDP@Médias
DOCUMENTS
Conventions France-Gabon
RUBRIQUES
Economie
Politique
Santé
Science/Tech
Société
Rumeurs
Divers
Loisirs
Médias
Education
Sports
Afrique
Communiqués
Monde
ACTIVISME
Poésie liberté

 


BDP-Gabon Nouveau©1998-2007