Mercredi
17 juillet 2019
07h30
New Jersey
Pensée du jour 
A travers la palabre se dessine la constitution d'un espace public, et plus généralement d'un état d'esprit qui ne conçoit pas la vérité sous un seul angle. La palabre met en scène le pouvoir, met en ordre une société et donne du sens au langage.
Jean-Godefroy Bidima, Docteur en philosophie.
accueil | vote | forums | chatLe BDPiste | répertoires | images | communiqués
ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN MAI 2005.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT MAI 2005. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

bdpgabon.org
PRESENTATION
Présentation
Charte BDP
Cellules BDP
Comité directeur
Appel à la nation
Notre pensée
Que dit la presse?
Communiqués
CIGASANA
Le BDPiste
Donations
Gouvernement BDP
Gouvernement PDG
Publications New!
Audios New!
Videos New!
Rejoignez-nous!
Contactez-nous!
Publiez vos analyses!
Archives
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

 

 

 

Recherche Actualités:
 
Pour échapper à la justice, l'assassin de Mandji se donne la mort
Auteur:  L'Union  | Date: 8 Avril 2005  | Réactions ()
Section: Faits Divers  | Source: L'Union

Ghislain Loubouga, le concubin qui avait tué, vendredi dernier, sa compagne Adeline Ngani à l'aide d'un fusil à canon superposé s'est donné la mort mercredi.

IL ne rendra plus des comptes à la justice. C'est pour justement échapper, à celle-ci que Ghislain Loubouga, le concubin jaloux qui avait tué, vendredi dernier à Mandji, sa compagne Adeline Ngani, s'est donné la mort mercredi en se tirant deux balles en plein coeur. Le suicide a eu lieu en milieu de matinée au quartier Bongaville, en face du célèbre bar " La Manoise".

Dès l'annonce de la nouvelle, les autorités locales se sont rendues sur place. Elles y ont trouvé le corps du jeune homme gisant dans une mare de sang, côté du fusil à canon superposé avec lequel il avait abattu sa compagne et qu'il a retourné contre lui-même. En fait c'est la pression exercée sur lui par les éléments de la gendarmerie nationale dépêchés à Mandji, qui l'a contraint à se donner la mort. En effet, les militaires l'avaient pourchassé la veille dans le dessein de le capturer et de le livrer à la justice.

Mais Ghislain Loubouga a préféré mettre fin à son séjour sur terre pour ne pas répondre de ses actes. Dans une large mesure, sa mort n'a pas émue les Manois, tant il est vrai qu'il avait plongé toute la ville dans la psychose. Au lendemain de l'assassinat de sa compagne; le jeune homme âgé d'une trentaine d'années, s'était réfugié dans une forêt environnante. Cinq jours durant, les populations de Mandji ont déserté leurs champs de crainte de tomber sous les balles du criminel. Vingt-quatre heures après s'on acte odieux, Ghislain Loubouga est revenu en ville, à la recherche des membres de sa famille qu'il voulait éliminer à leur tour.

La psychose était telle que tous les habitants du quartier Miguébi, théâtre du crime, ont déménagé momentanément. Le jeune homme, furieux, ratissait tous les périmètres où ses parents étaient susceptibles de se trouver. Mais la présence du psychopathe en ville, armé d'un fusil à canon superposé et d'une cartouchière chargée de munitions, a plongé Mandji dans une sorte d'hibernation.

Dès 17 heures, les riverains fermaient volets et portes de leurs maisons, et y restaient cloîtrés jusqu'au lever du jour. Pour tout dire, la vie a tourné au, ralenti cinq jours durant. Les établissements commerciaux comme les bars sont restés déserts durant cette période.

Pour préserver la paix sociale à Mandji, les autorités gouvernementales avaient donc décidé d'envoyer des forces de sécurité pour renforcer la brigade de trois gendarmes en service dans le chef-lieu de Ndolou. Lesquels n'ont pu faire face au criminel, faute de moyens d'intervention. Tout compte fait, la mesure prise par les responsables du. ministère de la Défense nationale s'est révélée payante. Ne pouvant pas affronter les éléments dépêchés sur place, Ghislain Loubouga n'a pas trouvé mieux que de se suicider. Les parents de la défunte Adeline Ngani ont exigé qu'il soit enterre dans les mêmes conditions que sa victime. C'est-à-dire sans cercueil et sans cérémonie rituelle.

Les parents du jeune homme soutiennent que ce dernier avait agi sous l'effet du chanvre indien qu'il fumait régulièrement comme bon nombre de jeunes de la localité. Il avait abattu sa concubine en lui tirant trois coups de fusil à la jambe; à l'épaule gauche et en plein coeur. Il l'accusait d'entretenir une relation amoureuse avec son propre cousin, Peter Dikoumba, résidant à Libreville.

Toute chose que réfute ce dernier. « Je ne reconnais pas ce dont il m'accusait. J'ai été surpris d'apprendre u'il a tué sa concubine au motu qu'elle sortait avec moi. Je ne me suis à aucun moment trouvé face à cette jeune fille. Elle a perdu la vie pour rien. Loubouga était mon parent mais son acte est déplorable. J'aurais voulu qu'il vive, qu'il apporte la preuve de ses accusations et qu'il rende des comptes à la justice» , a-t-il déclaré.

Discutez dans le forum Société ou laissez un commentaire ()


Bio de L'Union: Pas de biographie pour le moment
Réagir ( commentaires postés)
 Envoyez cet article à vos amis!

Copyright©L'Union. Tous droits réservés.
 
Récents Articles::GABON::AFRIQUE::MONDE
Gisement de fer de Belinga: Le consortium est constitué
1.520.000 Gabonais recensés à la veille des élections: Sommes-nous envahis ?
Gabon : Suspension de la perception de la taxe aéroportuaire et portuaire
Togo: les quatre candidats à la présidentielle
Economie africaine: La France pilote et défend la zone franc
Le Nigeria envisage un organisme régional pour protéger le Golfe de Guinée pétrolifère
Le président Bongo Ondimba veut sauver Air Gabon
"Il faut sauver Air Gabon"
Conseil des ministres du jeudi 7 avril 2005: Communiqué final
Gabon-FMI: Félicitations et encouragements à notre pays pour les réformes entreprises
Sur la Nationale 1: Quatre morts et sept blessés graves
Pour échapper à la justice, l'assassin de Mandji se donne la mort
Les basketteuses du Gabon en regroupement pour préparer la 19ème CAN féminine
Un concubin jaloux tue sa compagne à Kafélé
Réel espoir pour juguler la crise de l'habitat

Lire aussi dans les rubriques: Economie | Politique | Santé | Science/Tech Société | Rumeurs | Divers | Loisirs | Médias | Education | Sports | Afrique BDP Annonces | Communiqués | Monde | Révélations | Rapports | Analyses BDP | Discours BDP | Conventions France-Gabon| Communiqués BDP | BDP dans les médias
 
DOSSIERS
Rapports
Révelations
ACTUS BDP
Analyses BDP
Discours

Communiqués BDP@Médias
DOCUMENTS
Conventions France-Gabon
RUBRIQUES
Economie
Politique
Santé
Science/Tech
Société
Rumeurs
Divers
Loisirs
Médias
Education
Sports
Afrique
Communiqués
Monde
ACTIVISME
Poésie liberté

 


BDP-Gabon Nouveau©1998-2007