Jeudi
27 novembre 2014
20h17
New Jersey
Pensée du jour 
Au Gabon, il y a assez d'argent (...) sans que l'on ait besoin de devenir mendiant auprès du FMI, de la Chine ou autres. Cet argent est coincé dans les comptes privés d'Omar Bongo, de sa famille et de ceux qui sont complices avec lui pour tuer et dépecer le Gabon
Dr. Daniel Mengara, Discours à la nation du 17 août 2004
accueil | vote | forums | chatLe BDPiste | répertoires | images | communiqués
ATTENTION - CE SITE EST VIEUX
NOUS AVONS CHANGE DE SITE!!!

NOUS AVONS CHANGE DE SITE EN MAI 2005.
CE SITE EST MAINTENANT UN SITE D'ARCHIVES CONTENANT TOUS NOS ARTICLES
PUBLIES AVANT MAI 2005. POUR ALLER SUR NOTRE NOUVEAU SITE, CLIQUEZ ICI

bdpgabon.org
PRESENTATION
Présentation
Charte BDP
Cellules BDP
Comité directeur
Appel à la nation
Notre pensée
Que dit la presse?
Communiqués
CIGASANA
Le BDPiste
Donations
Gouvernement BDP
Gouvernement PDG
Publications New!
Audios New!
Videos New!
Rejoignez-nous!
Contactez-nous!
Publiez vos analyses!
Archives
Eveille toi Gabon, une aurore se lève.
Encourage l'ardeur qui vibre et nous soulève !
C'est enfin notre essor vers la félicité.

 

 

 

Recherche Actualités:
 
Pierre Akendengué: "Réutiliser la tradition en essayant de lui rester fidèle"
Auteur:  Patrick Labesse  | Date: 2 Avril 2005  | Réactions ()
Section: Loisirs/Divertissement  | Source: Le Monde

Pierre Akendengué:  chanteur Le musicien gabonais sort un 14e album et se produit au Bataclan, à Paris.

Il Sort un nouvel album, Ekunda-Sah, le quatorzième d'un parcours commencé en 1967 au Petit Conservatoire de Mireille. Chanteur-philosophe, musicien-conteur, il croise la luxuriance des rythmes et des voix de la forêt équatoriale d'Afrique centrale avec la chanson française. Après vingt ans en France, il est retourné au Gabon en 1985 où il est devenu conseiller culturel du président Bongo. Il se produit le 4 avril au Bataclan, à Paris.

Vos chansons, en langue myéné et en français, ont des allures de conte. quel est le sens de ce parti pris dans votre écriture ?

Le conte, c'est un héritage de la société ancestrale. Je reste fidèle à cette civilisation de l'oralité. Au-delà, c'est aussi pour moi une manière d'exprimer ce que j'ai sur le coeur. L'art doit être un ferment de contestation dans une société, pour lui éviter de se scléroser. Le conte offre cette possibilité ; il dit une chose et en signifie une autre. Quand j'étais étudiant, j'ai été interdit d'antenne et de séjour chez moi. Les choses ont évolué. La preuve : j'ai accepté le poste de conseiller culturel. Notre culture, bien plus que le fer ou le manganèse, est la première richesse de notre pays et devrait être plus valorisée. Mais les politiques pensent qu'il y a d'autres priorités. Un conseiller n'est pas un décideur. Je donne des avis. Quant à ce qu'ils deviennent après...

Panafricain convaincu, vous n'avez jamais été gagné par le découragement ?

J'y crois de plus en plus. Pour se construire une indépendance politique et économique, l'Afrique doit nécessairement faire unité. Ce rêve n'est pas du tout utopique. Il a donné naissance à l'Organisation de l'unité africaine (OUA), qui a resurgi sous la forme de l'Union africaine. Celle-ci est d'ailleurs bien plus efficace que ne l'était l'OUA. Elle s'implique davantage dans les conflits africains, par exemple en Côte d'Ivoire ou au Togo.

Vous êtes perçu comme un pionnier de la musique africaine en france. assumez-vous cette présentation ?

Cela me gêne un peu. En réalité, je me suis inspiré d'autres, moi aussi. D'abord de mon peuple, dont je n'ai fait que réécrire la tradition, en essayant de lui rester fidèle. Mon premier 45-tours, Le Chant du coupeur d'okoumé, au début des années 1970, je l'ai produit à compte d'auteur, car les maisons de disques n'avaient de faveur à l'époque que pour les artistes qui faisaient danser. Mes chansons, "d'inspiration philosophico-religieuses", ne les intéressaient pas. Ce disque est tombé entre les mains de Pierre Barouh -créateur du label Saravah-.

Il a sorti mon premier album, Nandipo, en 1974. Ce sont des gens comme lui qui sont les pionniers. Ou bien d'autres chanteurs, tels que le Congolais Franklin Boukaka, assassiné en 1972, qui avait chanté avant moi Les Immortels, ceux qui ont cru en la libération de l'homme et en particulier des peuples sous le joug colonial.

Ekunda-Sah, 1 CD Taxi Records/ Codaex. Concert le 4 avril au Bataclan, 50, bd Voltaire, Paris-11e. M° Oberkampf. Tél. : 01-43-14-35-35. 29,50 €.

Discutez dans le forum Société ou laissez un commentaire ()


Bio de Patrick Labesse: Pas de biographie pour le moment
Réagir ( commentaires postés)
 Envoyez cet article à vos amis!

Copyright©Le Monde. Tous droits réservés.
 
Récents Articles::GABON::AFRIQUE::MONDE
Gisement de fer de Belinga: Le consortium est constitué
1.520.000 Gabonais recensés à la veille des élections: Sommes-nous envahis ?
Gabon : Suspension de la perception de la taxe aéroportuaire et portuaire
Togo: les quatre candidats à la présidentielle
Economie africaine: La France pilote et défend la zone franc
Le Nigeria envisage un organisme régional pour protéger le Golfe de Guinée pétrolifère
Le président Bongo Ondimba veut sauver Air Gabon
"Il faut sauver Air Gabon"
Conseil des ministres du jeudi 7 avril 2005: Communiqué final
Gabon-FMI: Félicitations et encouragements à notre pays pour les réformes entreprises
Sur la Nationale 1: Quatre morts et sept blessés graves
Pour échapper à la justice, l'assassin de Mandji se donne la mort
Les basketteuses du Gabon en regroupement pour préparer la 19ème CAN féminine
Un concubin jaloux tue sa compagne à Kafélé
Réel espoir pour juguler la crise de l'habitat

Lire aussi dans les rubriques: Economie | Politique | Santé | Science/Tech Société | Rumeurs | Divers | Loisirs | Médias | Education | Sports | Afrique BDP Annonces | Communiqués | Monde | Révélations | Rapports | Analyses BDP | Discours BDP | Conventions France-Gabon| Communiqués BDP | BDP dans les médias
 
DOSSIERS
Rapports
Révelations
ACTUS BDP
Analyses BDP
Discours

Communiqués BDP@Médias
DOCUMENTS
Conventions France-Gabon
RUBRIQUES
Economie
Politique
Santé
Science/Tech
Société
Rumeurs
Divers
Loisirs
Médias
Education
Sports
Afrique
Communiqués
Monde
ACTIVISME
Poésie liberté

 


BDP-Gabon Nouveau©1998-2007